Dent d'Oche, Château d'Oche


Le sommet de la Dent d'Oche, qui culmine à 2221 mètres, est celui que l'on voit le mieux, en fond de tableau, depuis la rive septentrionale du Lac Léman car il n'est séparé de ce lac que par des chaînons beaucoup moins élevés (principalement celui des Mémises). Cette situation éminente est liée à sa structure qui est celle d'une épaisse lame calcaire redressée et repoussée en chevauchement sur les couches plissées des chaînons plus septentrionaux.

image sensible au survol et au clic

Le groupe montagneux de la Dent d'Oche, vu de l'ouest d'avion
s.N = synclinal de Neuva ; a.R = anticlinal de Rianda ; ØdO = chevauchement de la Dent d'Oche ; ØcO = chevauchement des chalets et du Château d'Oche ; s.O = synclinal d'Oche ; d.B = décrochement de Bonnevaux ; f.cR = faille du col de Rebollion.
Les tirets bleus correspondent à la base des calcaires du Malm supérieur ; en rouge les surfaces de chevauchement soulignées par la présence de couches triasiques à la base de leur unité chevauchante.
D = Dogger à Cancellophycus ; jms = "couches de Vervine" (calcschistes du Bajocien-Oxfordien, propres à ce chaînon) ; Ms = calcaires massifs du Malm supérieur.



Coupe de la Dent d'Oche et des chaînons parallèles voisins (extrait retouché de la légende de la carte au 1.50.000° Thonon-Châtel) "Ds" = "Dogger à Cancellophycus".


Du côté occidental, la puissante barre rocheuse qui forme la crête de la Dent d'Oche s'interrompt brutalement peu avant d'atteindre le thalweg du vallon de l'Ugine (voir le cliché en haut de page). En outre on n'en retrouve aucun prolongement en rive opposée (ouest) de ce dernier : au contraire, aux abords du Mont Baron, affleure une succession stratigraphique différente, plus typique des "médianes plastiques", notamment par la présence de son épais Dogger argilo-calcaires "à Cancellophycus".
Cette terminaison brutale a une origne tectonique : elle correspond à une importante faille, orientée N40, le décrochement de Bonnevaux, par le jeu sénestre duquel on retrouve plus au sud-ouest, au Mont Ouzon (sur la rive gauche de la Dranse d'Abondance) la succession jurassico-crétacée particulière, plus proche du type "médianes rigides", qui est celle de la Dent d'Oche.

On notera que l'orientation de ce décrochement et le sens de son rejet apparaissent à première vue compatibles avec celle du raccourcissement associé au plissement ; toutefois on note un écart assez important avec la direction N10 qu'impliquerait ce raccourcissement (orienté N160) : on doit donc plutôt envisager qu'il s'agisse d'un accident qui a joué postérieurement au plissement, de la même façon que le décrochement dextre de la Bosse. On peut assez aisément envisager d'y voir deux accidents conjugués*, ayant délimité une sorte de poinçon s'avançant vers le nord (voir la carte en fin de page) à la faveur d'un épisode de raccourcissement pratiquement N-S.

image sensible au survol et au clic

Le sommet de la Dent d'Oche, vu du nord d'avion.
f.dO = faille du sommet de la Dent d'Oche ; f.cR = faille transversale du col de Rebollion
(N.B. : la crête du Château d'Oche se confond ici avec la crête orientale de la Dent d'Oche, alors qu'elle est en arrière-plan)


L'arête sommitale de la montagne est formée par les calcaires massifs du Malm, dont les couches pendent aux environs de 60° vers le sud : elles forment des dalles qui plongent de ce côté, vers le vallon d'Oche, et sont tranchées orthogonalement par les abrupts du versant nord : c'est un "crêt" typique. Ces calcaires déjà stratigraphiquement épais, y sont en outre presque redoublés par une petite faille de chevauchement secondaire qui franchit la crête 100 m à l'est du refuge (lequel est construit sur une épaule de l'arête ouest) : c'est cette cassure qui détermine le dernier ressaut qu'il faut franchir pour finir d'atteindre le sommet.

image sensible au survol et au clic

Le vallon d'Oche, vu de l'ouest, d'avion, depuis l'aplomb de Vacheresse.
f.dO = faille du sommet de la Dent d'Oche ; f.cR = faille transversale du col de Rebollion (rejet dextre) ; ØcO = chevauchement des chalets et du Château d'Oche ; s.O = synclinal d'Oche ; f.pO = faille des Portes d'Oche


Du côté sud la puissante lame calcaire de la Dent d'Oche s'enfonce de façon normale sous les calcschistes néocrétacés dans lesquels est ouvert le vallon d'Oche. Ce dernier a une structure de val car ces calcschistes y occupent le cœur d'un synclinal d'Oche, assez étroit et, surtout, dont le flanc sud est rompu en pli-faille par un chevauchement. Sur la crête frontière la surface de cassure de ce chevauchement du Château d'Oche est pratiquement dénudée par l'érosion dans les pentes méridionales du sommet de ce nom, où les calcaires du Malm, disposé à l'envers supportent un placage de couches triasiques garnissant la surface de chevauchement.

On observe là une sorte de "sur-renversement" du flanc méridional du synclinal d'Oche qui est occasionné par un repli à dessin antiforme qui affecte aussi bien la surface de chevauchement du Château d'Oche que les couches du Malm situées sous le chevauchement.
En outre ce repli est tranché, orthogonalement à son plan axial, par la faille qui détermine l'étroite brèche des Portes d'Oche. La lèvre opposée (méridionale) de cette faille des Portes d'Oche est abaissée car elle est constituée par le Malm des Aiguilles de Darbon dont les couches dessinent une voûte anticlinale enveloppant le Lias du col de la Case, qui appartient au compartiment chevauchant (c'est-à-dire au chaînon de la Pointe de Pelluaz).
Par son orientation NW-SE, son attitude sub-verticale et son rejet cartographique, cette faille semble être un décrochement dextre. Ses rapports avec le flanc méridional du synclinal d'Oche montrent qu'elle est plus tardive que la torsion en "surdéversement" que subit là ce dernier.
Quoi qu'il en soit l'origine précise de ces complications, propres à ce petit secteur, reste à ma connaissance plutôt obscure ...

Le versant nord-oriental de la montagne est, quant à lui, entaillé presque orthogonalement aux structures et en donne donc une bonne coupe naturelle d'ensemble.

image sensible au survol et au clic

Le Château et la Dent d'Oche, vus du nord-est, d'avion, depuis l'aplomb du hameau de La Planche (vallon de Novel).
a.R = anticlinal de Rianda ; ØO = chevauchement de la Dent d'Oche ; f.dO = faille du sommet de la Dent d'Oche ; s.O = synclinal d'Oche.
Les tirets bleus correspondent à la base des calcaires du Malm supérieur ; en rouge les surfaces de chevauchement soulignées par la présence de couches triasiques à la base de leur unité chevauchante.
D = Dogger ("à Cancellophycus") ; jms = "couches de Vervine" (calcschistes du Bajocien-Oxfordien, propres à ce chaînon) ; fH = flysch de la nappe de la Simme.


Mieux encore que sur le versant nord-ouest, on y voit que les abrupts du Malm de la crête de la Dent d'Oche couronnent une succession normale, mais d'épaisseur très réduite, dont la base est formée par du Trias supérieur argilo-dolomitique.
Ce dernier repose en chevauchement sur un dispositif plissé où les couches du Malm sont beaucoup moins épaisses et où le Dogger est présent sous la forme de l'épaisse série marno-calcaire dite des "couches à Cancellophycus".

Cette opposition annonce celle entre "Médianes rigides" (compartiment chevauchant) et "Médianes plastiques" (compartiment chevauché). [voir à ce sujet la page"stratigraphie"], à cela près que les calcaires du Trias moyen (typiques des "rigides") ne sont pas représentés dans la semelle du chevauchement de la Dent d'Oche.

 


    aperçu général sur le massif du Chablais  


cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Thonon - Châtel
.
Carte géologique très simplifiée de la bordure septentrionale du Chablais
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M. Gidon (1977), publication n° 074.


Mémises

Novel
 

LOCALITÉS VOISINES

Grammont

Mont Baron, Vacheresse

Bénévent

Cornettes de Bise
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section CHABLAIS

retour au début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 5/06/16