Crévoux, Pic Saint-André, pentes NW du Parpaillon

la rive gauche de la Durance à la latitude d'Embrun

À la latitude d'Embrun la rive gauche de la Durance reste dominée, comme plus en amont (voir page "Châteauroux"), par de hauts versants sculptés dans le flysch à Helminthoïdes de la nappe du Parpaillon. Ils sont entaillés par la vallée E-W de Crévoux qui y sépare deux crêtes de même orientation qui culminent, beaucoup plus à l'est, au sommet de Chabrières pour la plus septentrionale et au Parpaillon pour la plus méridionale. Les extrémités occidentales de ces crêtes assez peu déclives surplombent la vallée de la Durance par des escarpements qui les tranchent presque orthogonalement en dessinant ainsi des "facettes" triangulaires, respectivement au Pic du Clocher et au sommet du Méale.
Ce trait du relief résulte sans doute de ce que, lors de son occupation par les glaciers quaternaires, ces derniers ont élargi la vallée par un rabotage latéral tendant à réaliser le classique profil en U : ils ont ainsi tranché de façon abrupte les extrémités de ces crêtes, qui descendaient originellement de façon plus douce jusqu'à un lit de la rivière qui devait se situer alors beaucoup moins bas.

image sensible au survol et au clic

Le vallon de Crévoux, vu de l'W-NW depuis le Mont Guillaume (cliché original obligeamment communiqué par M. B. Genre)
u.P = nappe du Parpaillon (fHc, fHg = flysch à Helminthoïdes, calcaire ou gréseux ; scv = schistes du col de Vars, de base de la succession) ; u.pC = unité du Pic Crévoux ; ØBr = surface de chevauchement de l'écaille briançonnaise de la Platrière ; SB = unités subbriançonnaises (sab = schistes à blocs ; fNg = grès de Pinfol ; fn = flysch noir ordinaire).
ØE = surface basale de chevauchement des nappes de l'Embrunais : ØsS = surface de chevauchement de l'écaille de Saint-Sauveur, (Sé et Nc). f.M = faille du Méale (d'orientation presque N-S) : compartiment de droite soulevé et sans doute décalé vers le nord (= en sens dextre)
(pour la structure du Méale voir la page "Les Orres").


La partie supérieure des versants boisés qui dominent la vallée de la Durance est également constituée par le flysch à Helminthoïdes de la nappe du Parpaillon. À leur partie basse on voit (surtout en vive droite du débouché de la vallée de Crévoux) que cette nappe repose sur l'autochtone par l'intermédiaire d'une tranche de terrains charriés qui est épaisse ici en moyenne de 300 m et qui appartient au domaine subbriançonnais. Elle est formée par un flysch un peu particulier pour ce domaine ; on y distingue, de bas en haut :
- la formation de Saint-Clément, qui est un olistostrome* formé par un mélange d'éléments de matériel subbriançonnais resédimentés dans une matrice de flysch noir et ;
- la formation de Pinfol, formée de grès ressemblant aux Grès du Champsaur et à peu près de même âge
(plus de détails à la page "Châteauroux").
Le tout est le plus souvent coiffé par des "schistes à blocs", à éléments décimétriques à métriques de flysch à Helminthoïdes.

image sensible au survol et au clic

La partie aval de la vallée de Crévoux, vue d'avion, du sud.
sB = unité subbriançonnaise (flysch noir gréseux de Pinfol) ; u.pC = unité du Pic Crévoux ("digitation"* supérieure de la nappe du Parpaillon) ; Øs , Øi = surfaces de chevauchement supérieure et inférieure de cette unité ; s.? = synclinal couché affectant vraisemblablement le flysch à Helminthoïdes ; a.C = anticlinal de Crévoux (voir le cliché suivant).
N.B. : la bande plissée qui traverse la crête du Ratel n'a pas la géométrie de replis de flanc inverse : elle ne doit donc pas avoir été générée par la formation des grands plis couché (comme celui de Crévoux).


Le torrent de Crévoux coule dans un vallon dont le fond est assez largement colmaté par les alluvions glaciaires et dont la roche en place n'est bien visible que dans les escarpements de sa rive droite. Ceux-ci ne montrent guère d'ailleurs que la monotone succession répétitive des alternances de bancs et de lits schisteux du flysch à Helminthoïdes, que viennent agrémenter, de ci de là, quelques plis assez franchement couchés vers l'ouest.

image sensible au survol et au clic

Le village de Crévoux, vu du sud
Bel exemple de paroi formée de flysch à Helminthoïdes calcaire, montrant un pli couché qui est un anticlinal déversé vers l'ouest (vers la gauche).
En fait ce pli est sans doute le prolongement, décalé vers le sud par décrochement, de l'anticlinal du Rabious de la rive droite de la Durance (voir la page "Couleau").


image sensible au survol et au clic

La partie amont de la vallée de Crévoux, vue d'avion, du sud.
u.pC = unité du Pic Crévoux ("digitation"* supérieure de la nappe du Parpaillon) ; Øs , Øi = surfaces de chevauchement supérieure et inférieure de cette unité ; s.? = synclinal couché affectant vraisemblablement le flysch à Helminthoïdes ; a.C = anticlinal de Crévoux : son plan axial est tangent à la rive gauche de la vallée entre Crévoux et la crête de Pellet, dont les grès constituent le cœur du pli.


À l'est de Crévoux les pentes les plus hautes de cette rive droite montrent que la succession des couches du flysch à Helminthoïdes est redoublée à deux reprises par l'effet d'un chevauchement annexe, celui dit "du Pic Crévoux" (d'après le nom donné sur les anciennes cartes - y compris sur le 1/50.000°géologique - à la crête de l'Eyssina) ; mais le fond de vallée, qui remonte vers le sud en direction des crêtes sommitales du Parpaillon reste en contrebas de cette surface tectonique, au sein du corps de la nappe du Parpaillon.


coupe SW-NE, transversale à la vallée de Crévoux (extrait retouché de la carte Embrun 2° éd.)
Br = écaille de matériel briançonnais ; SB = écaille de matériel subbriançonnais ; ØE = surface de chevauchement des nappes de l'Embrunais ; s.cV = schistes noirs et pourpres du col de Vars (formation basale du flysch à Helminthoïdes) ; f.Hg = flysch à Helminthoïdes inférieur, gréseux ; f.Hc = flysch à Helminthoïdes calcaire (masse principale)

 


Carte géologique simplifiée
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074

aperçu d'ensemble sur l'Embrunais
cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Embrun

Châteauroux

Saint-Clément

Risoul
Embrun

LOCALITÉS VOISINES

Mayt-Claux

Boscodon

Les Orres

Parpaillon
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil EMBRUNAIS

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 9/04/13