Le Collet d'Allevard

chaînon du Grand Charnier

Le Collet d'Allevard constitue l'extrémité septentrionale du chaînon du Grand Charnier. Ce dernier se détache vers le nord, au Pic du Frêne, de l'axe principal de la chaîne. Il recoupe presque orthogonalement, du sud-est au nord-ouest, les diverses bandes de terrain de sa partie occidentale, depuis le granite des Sept Laux jusqu'aux micaschistes du rameau externe, qui forment le soubassement de la montagne du Collet d'Allevard, tant dans les gorges du Veyton que dans celles du torrent de Bens

image sensible au survol et au clic

La montagne du Collet d'Allevard vue de l'ouest, depuis le sommet de Bramefarine
a.mB = accident médian de Belledonne ; f.O = faille de l'Occiput (faille extensive principale) ; la surface de base du Permien discordant sur la pénéplaine anté-triasique est soulignée de tirets roses et la base du Trias carbonaté de tirets rouges (au Grand Collet il s'agit seulement d'une bande de cargneules, intercalée dans les grès d'Allevard qui forment aussi le sommet de la butte).
Les charnières anticlinales représentées concernent l'inflexion qui affecte la surface de la pénéplaine anté-triasique (et non une structure antérieure, interne aux micaschistes).

La station et le domaine skiable du Collet d'Allevard occupent une zone de la crête où celle-ci s'élargit en une échine accidentée de petits vallons. Elle correspond à l'extension d'affleurements de pélites noires et grès du Houiller et des pélites vertes pourpres ou grises du Permien qui reposent en chapeau sur les micaschistes du rameau externe de la chaîne.


La cuvette de Super-Collet, vue du NE, depuis les replats entre col de l'Occiput et alpages des Plagnes.


Ce chapeau est conservé là, à la voûte de l'anticlinal que dessine la surface de la pénéplaine anté-triasique, à la faveur de son abaissement, de 300 à 400 m, par rapport au socle cristallin qui affleure plus au sud est sur la crête des Plagnes par la faille de l'Occiput (qui détermine le col de ce nom).

image sensible au survol et au clic

Détail des abords de la station, vu d'avion de l'ouest.
f.C = faille du Collet d'Allevard ; f.sC = faille de Super Collet ; f.O = faille de l'Occiput.
les affleurements de cargneules triasiques sont surchargés de rouge


Les affleurements permo-triasiques du Grand Collet sont en outre découpés en escalier par d'autres failles parallèles mais à moindre rejet dont le pendage atteint la verticale et tend même, surtout vers le haut, à subir un basculement vers l'ouest. En outre les divers niveaux du Houiller et du Permien pris entre ces failles ont été écrasés en plis assez serrés qui ont même localement pincé un peu de cargneules triasiques dans les cœurs de leurs synclinaux.

Puisqu'elles affectent le Trias ces déformations doivent sans doute être attribuées aux serrages "alpins", qui ont abouti au ploiement en voûte du rameau externe de Belledonne (mais qui se sont exercés là sur des roches plus malléables que les micaschistes du socle cristallin proprement dit).

image sensible au survol et au clic

La montagne du Collet d'Allevard vue du sud-est, depuis le Crêt Pointu (crête entre Gleyzin et Veyton)
a.mB = accident médian de Belledonne ; la surface de base du Permien discordant sur la pénéplaine anté-triasique est soulignée de tirets roses et la base du Trias carbonaté de tirets rouges.
f.sC = faille de Super Collet ; f.O = faille de l'Occiput.
(suite vers la droite au cliché suivant)


Ce faisceau de failles jalonne un accident important, qui se suit sur plusieurs dizaines de kilomètres à travers les crêtes du revers ouest de la chaîne. Cette faille extensive subverticale, orientée NE-SW, est en outre jalonnée du côté nord-ouest par un panneau de grès et schistes houiller qui se rétrécit en profondeur à une bande de moins de 200 mètres de large et qui descend à peu près jusqu'au fond des thalwegs du Veyton et du Bens.

 Cette cassure est grossièrement parallèle à l'accident médian de Belledonne et doit sans doute être considérée comme une faille satellite de ce dernier. En effet elle a fonctionné, comme lui, à l'alpin, en abaissant le Permien et le Trias de son compartiment nord-ouest, contribuant à déniveler en escaliers, au Jurassique, la surface de la pénéplaine anté-triasique. Il apparaît en outre qu'elle ne fait que reprendre (également comme lui) un accident antérieur, d'âge fini-hercynien (ancien synclinal ou peut-être ancien graben ?) que les serrages alpins ont transformé en une pincée subverticale. Cette dernière est analogue au panneau de grès houillers de la Boutière, de la marge ouest du massif de Belledonne, et en représente même, peut-être, le prolongement septentrional.

image sensible au survol et au clic

Le Grand Charnier vu du sud-est, depuis le Crêt Pointu (crête entre Gleyzin et Veyton)
a.mB = accident médian de Belledonne.
La zone de gneiss injectés de granite, créée par la métamorphisme de contact en marge ouest du pluton des Sept Laux, vient se faire trancher en biseau par l'accident médian de Belledonne, aux abords orientaux du col de Claran (elle ne se prolonge pas, de l'autre côté de la crête, au delà du vallon de Bens et n'existe plus dans le chaînon des Grands Moulins).
(suite vers la gauche au cliché précédent)


L'accident médian de Belledonne est moins vertical que les failles du Grand Collet (son pendage avoisine 45° vers le SE). Il se déverse assez nettement vers l'ouest et il est jalonné par une lame (disconinue ?) de cargneules triasiques qui garnissent stratigraphiquement la surface du rameau externe. En effet ces cargneules sont souvent séparées des micaschistes par un peu de grès d'Allevard, plaqués sur ces micaschistes avec un pendage vers l'est (cette disposition témoigne de ce que l'on se trouve là sur le flanc oriental de voûte anticlinale décrite par la surface de la pénéplaine anté-triasique du rameau externe de Belledonne).

 

Page d'introduction à la géologie de la chaîne de Belledonne au sens large.
aperçu d'ensemble sur le massif d'Allevard - Sept Laux

Cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuilles Montmélian, La Rochette et Saint-Jean de Maurienne


Carte géologique simplifiée des environs orientaux du Collet d'Allevard
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
plus au nord ;
plus à l'ouest ; cartes voisines : plus à l'est
plus au sud


Sainte Hélène, Pontcharra La Rochette Huiles, La Table

Allevard

LOCALITÉS VOISINES

Grands Moulins

Goncelin, Theys Gleyzin Pic du Frêne
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Belledonne

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 7/06/16