Maravoise, Chalanches, Orceyrette

la crête de partage des eaux entre les versants du Guil et de Briançon, à l'ouest du col des Ayes

Le Pic de Maravoise se situe à la rencontre des trois principales lignes de partage des eaux du massif de Peyre Eyraute, entre vallons de l'Orceyrette (au nord, descendant vers Villard Saint-Pancrace), vallon de Bouchouse (au sud-ouest, affluent de la Durance à La Roche de Rame) et de la Rivière d'Arvieux (à l'est, s'écoulant vers le Guil). Il domine du côté nord les alpages de l'Alp d'Orceyrette et du côté sud ceux de l'Agnelil et de Pansier.

image sensible au survol et au clic

Le revers sud-est de la montagne de Peyre Eyraute, vu du sud-est, d'avion, de l'aplomb de Clapeyto.
Pour l'essentiel les terrains visibles sur ce cliché appartiennent à la nappe de Peyre Haute ; celle-ci est ployée en un synclinal dont la crête de Maravoise représente le flanc inverse, tandis que son flanc normal est représenté du Haut Mouriare à l'Orcière et au Pic de Peyre Eyraute.
f.P = faille de Pansier : cette cassure, fortement pentée vers le SE, limite du côté sud les affleurements de Trias de la nappe de Peyre Haute et les met en contact avec les "marbres en plaquettes" et le flysch noir de la nappe de l'Agnelil, que coiffe une klippe de gypses d'origine inconnue.


Cet ensemble montagneux représente une sorte d'éperon nord- oriental des affleurements de la nappe de Peyre Haute, dont le contour s'avance en direction du col des Ayes en s'indentant dans celui des affleurements du flanc ouest de l'anticlinal des Ayes, que dessine le socle siliceux briançonnais. Cette disposition cartographique est le résultat du jeu de deux importantes cassures dont les tracés convergent vers l'est, la faille du Petit Puy au nord et la faille de Pansier. L'une comme l'autre ont un rejet vertical qui abaisse le compartiment en forme de coin pointant vers l'est qu'elles délimitent et le juxtaposent ainsi à des unités normalement situées sous la nappe de Peyre Haute.

image sensible au survol et au clic

Le versant sud-ouest du Pic de Maravoise, vu de l'ouest depuis les rochers du Pansier (point coté 2670)
f.P = faille de Pansier : on voit qu'elle tranche la surface de charriage de la klippe de gypse qui repose sur le flysch noir et les "marbres en plaquettes" de "nappe de l'Agnelil" ;
dNm = dolomies noriennes inférieures, massives ; dNs = dolomies noriennes supérieures, rubanées de lits argilo-dolomitiques clairs.


image sensible au survol et au clic

La crête fermant les alpages de l'Agnelil du côté nord-ouest, vue du NE depuis Clot la Cime.
n.PH = nappe de Peyre Haute : la succession des couches est renversée, avec un pendage qui s'accroît sous le pic des Chalaches, aux approches de la charnière synclinale ; le prolongement de la faille de Pansier (f.P?) les tranche presque orthogonalement en les mettant en contact anormal avec le cœur siliceux de l'anticlinal des Ayes (a.A).
dNm = dolomies noriennes inférieures, massives ; dNs = dolomies noriennes supérieures, rubanées de lits argilo-dolomitiques clairs.
Le sommet du Pic de Chalanches est formé par une klippe à semelle de gypse qui pourrait représenter l'équivalent de celle du col de Terre Blanche, décalé verticalement par la faille de Pansier.


À l'intérieur de ce promontoire oriental les terrains de la la nappe de Peyre Haute décrivent leur pli synclinal dont l'axe, NE-SW, passe dans les alpages supérieurs de l'Alp d'Orceyrette, au pied des abrupts que forme son flanc renversé.


Les crêtes de Maravoise, vues du nord depuis les chalets de l'Alp (vallon de l'Orceyrette).
Série stratigraphique en disposition renversée : dNm = dolomies noriennes inférieures, massives ; dNs = dolomies noriennes supérieures, rubanées de lits argilo-dolomitiques clairs.


La crête de Vallouret et le Rocher Roux (où l'on peut analyser la fracturation syn-sédimentaire du Jurassique supérieur) appartiennent au flanc normal de ce pli, en continuité avec les affleurements de rive gauche du vallon de l'Orceyrette et du Pic de Peyre Eyraute.


Les pentes orientales des alpages de l'Orceyrette
(sous le Pic des Chalanches), vues du sud
Succession à l'endroit des couches du flanc normal du pli-couché.


Filons sédimentaires remplis par les dépôts pélagiques du Jurassique supérieur, occupant des espaces ouverts par distension à partir du réseau de diaclases qui affecte la dalle supérieure des dolomies du Trias supérieur
(Rocher Roux de l'Orceyrette).

En définitive la multiplicité des entités tectoniques qui interfèrent dans ce secteur rend sa structure plus difficile à comprendre que celle des transversales plus méridionales du massif (pages "Clapeyto", "Clapouse", etc...) : il est clair que le schéma simple d'un empilement de nappes de couverture calcaire, reployées avec leur socle siliceux, ne suffit pas ici à en rendre compte et que des étapes de structuration complémentaires (notamment celle du jeu des failles du Petit Puy et de Pansier) s'y sont surajoutées (dans un ordre chronologique d'ailleurs assez difficile à préciser).


 


N.B : Sur ce schéma l'unité de la Grande Maye n'a pas été distinguée de celle de la crête des Granges (u.G)

Carte structurale schématique des
Confins orientaux du Briançonnais au sud-est de Briançon

En brun rouge les failles extensives du grand linéament du Briançonnais oriental : f.L = faille de Lenlon - col des Ayes ; f.Cl = faille des Ourdeis = prolongement méridional de la faille de la Clarée ; f.A = faille de l'Aup du Pied, du Laus et des Oules = prolongement méridional de la faille des Acles.
d.Ce = décrochement de Cervières (plus précisément de Roche Moutte).

Unités briançonnaises à l'ouest de la faille de la Clarée : u.PH = unité de Peyre Haute ; u.cB = unité de la Croix de Bretagne (= de Roche Gautier) ; u.G = unité de la Crête des Granges ; u.bM = unité du Bois de Maratra (prolongement méridional probable de l'unité de Lenlon) ; u.TR = unité de Terre Rouge (prolongement méridional de l'unité du bas Granon ??)
Unités briançonnaises à l'est de la faille de la Clarée : u.iL = unité inférieure de la Lausette (prolongement méridional de l'unité de l'Échelle ?) ; u.P = unité des Peygus et unité supérieure de la Lausette (prolongement méridional de l'unité de Pécé inférieure ?) ; u.bL = unité du Bois des Loubatières (prolongement méridional de l'unité des Sette Fontane ??) ; u.cB = unité de Côte Belle - Arpelin ; unité de Clot la Cime (prolongements méridionaux de l'unité de Pécé supérieure ??);
Unités piémontaises : u.R = unité piémontaise externe occidentale de Rochebrune (principalement Trias supérieur) ; u.bC = unité piémontaise externe du Bois des Coins (principalement Jurassique - Crétacé) ; u.LN = unité piémontaise ligure du Lago Nero et des Gondrans ; u.PL = unités piémontaises ligures non différenciées ; oph. = massif ophiolitique du Chenaillet.


voir la carte structurale du Briançonnais méridional.

Carte géologique simplifiée des montagnes du Queyras occidental (environs d'Arvieux)
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
catalogue des cartes locales de la section Briançonnais
cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Briançon
aperçu général sur la stratigraphie du Briançonnais
aperçu général sur la tectonique du Briançonnais

Oriols

Peyre Eyraute

Ayes ; Beaudouis
Lacs de l'Ascension

LOCALITÉS VOISINES

Clapeyto

Bouchouse

Béal Traversier

Fouranes ; Clapouse
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Briançonnais

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 7/10/17