Les rochers sommitaux de Chamechaude

quelques détails de ces affleurements d'Urgonien

La pyramide sommitale de Chamechaude est une butte témoin isolée par l'érosion qui n'est constituée que par la masse inférieure de l'Urgonien (le niveau des couches à Orbitolines, enlevé par l'érosion devait être presque tangent aux dalles sommitales). La dalle structurale dénudée de l'extrémité nord du promontoire rocheux, sur laquelle sont accrochés les arbres du "Jardin de Chamechaude", correspond à un niveau "tendre" (en fait surtout plus lité) situé bas dans la succession de l'Urgonien inférieur ; ce dernier change de pendage trés précisément au niveau de l'éperon que le sentier contourne avant de suivre, dans la face ouest, la vire par laquelle on rejoint le pied de la cheminée ouest (qui suit ce niveau).
image sensible au survol et au clic

La pyramide urgonienne sommitale de Chamechaude, vue du nord, depuis les environs de Saint-Pierre-de-Chartreuse.
L'allure particulièrement élancée qu'affecte la montagne, vue sous cet angle, tient à ce que la dalle urgonienne qui la constitue est vue d'enfilade. La torsion synclinale des couches est manifeste dans sa partie la plus basse, peu à droite du milieu du cliché. La bosse boisée d'avant-plan (Bois des Joyaux) est constituée par les calcaires du Fontanil, qui se profilent devant la base de l'Urgonien du simple fait de la perspective en contre-plongée.

Parmi les multiples observations que l'on peut faire en parcourant l'Urgonien de ce sommet on peut sélectionner les suivantes :

Les dalles urgoniennes du sommet de Chamechaude

Le sentier de La Folatière (voie normale depuis le col de Porte) est l'objet d'une véritable sur-fréquentation. De ce fait, aux approches du sommet, les dalles urgoniennes sont en train de subir un décapage par effritement de la roche. Cet effritement, dû à la sur-fréquentation du passage, est facilité par l'entrecroisement de plusieurs familles de fissures, que l'on voit d'une part sur les surfaces de strates décapées en dalles (fissures perpendiculaires aux strates, en prédominance orientées autour de N100) et d'autre part sur la tranche des bancs (cf photo ci-après).


Les rochers du sommet de la grimpée, sous l'antécime sud de Chamechaude, vus du sud (le personnage, dans la brèche du sentier à gauche de l'antécime, donne l'échelle).
Vue rapprochée de la tranche d'un banc. On a souligné les trois directions de clivage, bien visibles ici :
s0 = surfaces de strates ; d1 et d2 = surfaces de diaclases
d1 et d2 sont disposées comme des failles inverses conjuguées : la bissectrice de l'angle aigu entre ces surfaces, qui correspond à la direction Z de raccourcissement est orientée comme le pendage des strates.

Les dalles du sentier des prairies, entre l'orée des bois et la brèche Arnaud :

Cet itinéraire qui rejoint l'arête en faisant un grand lacet vers le sud s'élève sur les dalles structurales supportant les prairies, en restant presque sur la même surface de banc pendant un certain temps : en scrutant attentivement les surfaces dénudées par les passages des excursionnistes et des moutons on peut y observer la présence de fragment de polypiers dont certains montrent encore bien des détails de leur constitution.


Extrémités de rameaux de polypiers branchus
: Urgonien inférieur de Chamechaude (Chartreuse), le long du sentier, dans la prairie, vers 1900m d'altitude (cliché aimablement communiqué par M. Grégoire Sterbecq).


Le monolithe de la Folatière

Ce rocher, remarquable par ses ciselures, se détache sur la pente de Chamechaude, au dessus du sentier de la voie normale depuis le col de Porte.
Ce n'est pas un bloc éboulé ; au contraire il appartient à la dalle urgonienne qui s'élève, plus haut, jusqu'au sommet de la montagne (plus précisément au compartiment situé au sud de la faille des Bachassons).
Les cannelures qui le sculptent sont dues aux différences subtiles de nature et de cimentation des grains de la roche (les zones en creux sont celles qui s'effritent le plus sous l'effet du gel et du dégel). Elles témoignent de ce que celle-ci est dotée d'un litage, en dépit de son aspect le plus souvent très massif.

vu du sud, selon l'azimut des couches
vu de l'ouest, selon la direction du pendage des couches
Le monolithe de la Folatière : deux aspects, vus depuis le sentier d'accès aux prairies sommitales
aller plus à l'ouest : col de Porte / aller plus à l'est : Chamechaude

Carte géologique simplifiée (fond topographique d'après la carte IGN au 1/100.000°)
carte géologique au 1/50.000° à consulter : feuille Domène

(retour à la liste des sites)
PAGE D'ACCUEIL CHARTREUSE
Retour à la paged'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 28/11/17