Cime des Torches, Pic du Mas de la Grave

rive droite de l'Arvan au sud de Saint-Sorlin (confins du bassin versant de la Romanche)

Le chaînon Cime des Torches - Pic du Mas de la Grave, orienté nord-sud, est perpendiculaire à la ligne de partage des eaux entre Arve et Romanche et court parallèlement à l'extrémité nord du massif des Grandes Rousses. Il en est séparé par la vallée de l'Arvettaz, qui collecte les eaux des ravins constituant les sources de l'Arvan.

image sensible au survol et au clic

La rive droite de la vallée de l'Arvette vue de l'ouest, depuis les abords du lac Laitat (pentes des crêtes de la Valette) = panorama d'ensemble du chaînon des Torches.
Les crêtes qui pointent en arrière-plan à gauche de la cime des Torches (sommets des Aiguilles d'Arves et leur prolongement septentrional de la Pointe d'Emy) sont formées par les termes les plus récents (nummulitiques) de la zone ultradauphinoise.
A droite du Pic du Mas de la Grave, le groupe Meije - Rateau appartient à la zone dauphinoise orientale, plus précisément au socle cristallin du massif du Pelvoux, qui disparaît vers le nord (vers la gauche) en s'ennoyant sous sa couverture sédimentaire.


Le chaînon des Torches doit sa direction N-S à ce qu'il est armé par une puissante barre de calcaires liasiques. Celle-ci repose en chevauchement sur le Jurassique moyen, plus marneux, de la zone dauphinoise orientale (dans lequel est affouillée la vallée de l'Arvettaz). Elle se rattache en continu à la la série ultradauphinoise, dont elle constitue ici la base et dont les termes les plus récents (nummulitiques) forment, plus à l'est, la crête des Aiguilles d'Arves. Ce chaînon représente donc le front d'érosion de l'entité charriée (parautochtone*) formée par la zone ultradauphinoise.

image sensible au survol et au clic

Le versant occidental du Grand Agnelin (= cime des Torches) et les sources de l'Arvan, vus de l'ouest, depuis les abords du lac Laitat.
Le chevauchement de la zone ultradauphinoise (ØUD), représenté en orangé, est souligné par une lame de dolomies triasiques cargneulisées (trop fine pour être représentable).
s.V = synclinal du Vallon de Trente Combes ; s.P = synclinal du Praouat.
f.PN = faille des Prés Nouveaux (elle est jalonnée plus au sud par les lames lenticulaires de Lias calcaire et de Trias)


Les calcaires liasiques du chaînon des Torches coiffent et dominent de leurs abrupts un talus marneux fort raviné. Ce talus est constitué par une succession jurassique renversée dont les termes se suivent de haut en bas jusqu'au Bajocien. Ce dernier forme le coeur d'un synclinal étroit, également à flancs isoclinaux, qui court à flanc des pentes orientales du Vallon de Trente Combes.

image sensible au survol et au clic

Le versant occidental du Pic du Mas de la Grave, vu du nord-ouest, depuis la crête de la Valette
s.V = synclinal du Vallon de Trente Combes.
On a souligné de rouge la limite supérieure des lames de dolomies triasiques cargneulisées
N.B. : Les prolongements méridionaux (vallée de la Romanche) des structures visibles ici sont décrits à la page La Grave (ØUD y est appelé ØG).


En fait la structure de la bande de Lias calcaire du front de la zone ultradauphinoise est assez complexe. Elle est en effet traversée longitudinalement par plusieurs bandes de dolomies triasiques, en grande partie cargneulisées. Ces bandes semblent représenter les coeurs d'autant de replis anticlinaux secondaires (lesquels se rompent d'ailleurs en chevauchement en direction du sud). Si cette interprétation est correcte ces plis sont parfaitement isoclinaux*, avec les couches de leurs deux flancs disposées bien parallèlement et symétriquement par rapport à leur coeur.

image sensible au survol et au clic

Le versant méridional de la cime des Torches vu du sud, depuis le Pic du Mas de la Grave
La charnière dessinée sous le sommet de la cime des Torches n'est pas observée mais traduit une interprétation en plis couchés, qui est tout de même étayée par les charnières de Roche Courbe.
On a souligné de rouge la limite supérieure (contact avec le Lias calcaire) des lames de dolomies triasiques cargneulisées.


image sensible au survol et au clic

Le versant méridional du Pic du Mas de la Grave vu du sud, depuis le vallon du Rachas.
Les charnières dessinées ne sont pas observées mais traduisent une interprétation en plis couchés, qui doit sans doute être mitigée avec celle d'imbrications par chevauchement.
On a souligné de rouge la limite supérieure (contact avec le Lias calcaire) des lames de dolomies triasiques cargneulisées : la disposition isoclinale de ces bandes apparaît clairement.
N.B. : Les prolongements méridionaux des structures visibles ici sont décrits à la page La Grave (ØUD y est appelé ØG).


Il faut remarquer que si l'on suit bien vers le sud, dans ce chaînon, la surface du chevauchement de la zone ultradauphinoise, on constate ici que le chevauchement cesse d'être franc (à l'opposé de ce qui se passe au nord de Saint-Sorlin, où il est souligné par une épaisse semelle gypseuse et repose directement sur des termes relativement récents et souvent à l'endroi). Ici au contraire les lames triasiques sont d'épaisseur très limitée en ne comporent pratiquement pas de gypse : elles apparaissent toutes pouvoir représenter des coeurs anticlinaux aplatis, y compris la lame inférieure, supposée prolonger le chevauchement, qui repose sur une série renversée qui comporte même du Lias calcaire au nord du Pic du Mas de la Grave.

À la latitude de Saint-Sorlin on voit donc que le régime tectonique change du nord vers le sud, le cisaillement entre couverture et socle ne s'exprimant plus par un seul chevauchement mais se diffusant entre plusieurs surfaces de chevauchement (et sans doute aussi pour une bonne part dans la pile stratigraphique elle-même, sous forme d'un cisaillement continu). Ce changement est sans doute en liaison avec la disparition originelle des gypses dans la série stratigraphique.

 


aperçu général sur la Maurienne // aperçu général sur la rive gauche de la Maurienne


cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille La Grave

Carte géologique simplifiée des environs

redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
plus au nord ;
plus à l'ouest ; cartes voisines : plus à l'est
plus au sud

(lacs de Saint-Sorlin)

Saint- Sorlin

Mont Falcon
(La Valette : col et crête)

LOCALITÉS VOISINES

Aiguilles de la Saussaz

(vallon du Ferrand)

(plateau d'En-Paris)

(La Grave)
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Maurienne

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 2/11/16