Mont Grelle, Attignat-Oncin, Mont Beauvoir

partie méridionale du chaînon du Mont du Chat, au sud du Lac d'Aiguebelette

Le Mont Grelle représente la partie méridionale du chaînon de L'Épine - Mont du Chat. Après son ensellement* à la latitude d'Aiguebelette, la voûte de ce chaînon y présente une nouvelle culmination*, avant de s'abaisser doucement jusqu'à s'effacer totalement, aux Échelles, dans le synclinal de Voreppe.

image sensible au survol et au clic

Le Mont Grelle, versant occidental, vu de l'ouest, depuis la colline 595 au nord du village de Gruat (commune d'Attignat-Oncin)
f.E = faille de L'Épine (elle est cachée sous la jupe d'éboulis et, à la latitude d'Attignat, sous le paquet effondré de La Rousse) ; a.MC = anticlinal du Mont du Chat (partie septentrionale). Le synclinal de Novalaise se raccorde à la latitude des Échelles, à la partie occidentale du synclinal de Voreppe (voir la page "Échelles") .


La culmination du Mont Grelle est liée à l'apparition et à la prise d'ampleur du chevauchement que constitue la faille de L'Épine (voir la page "Aiguebelette") . En effet elle a pour effet de surhausser progressivement la voûte anticlinale du Mont Grelle en la faisant avancer sur l'extrémité méridionale de l'anticlinal du Mont du Chat (au SW du Col Saint-Michel) puis sur le Miocène qui masque le flanc ouest de ce pli.


Bloc en relief schématique
montrant la structure du chaînon du Mont du Chat

dans le secteur de la Montagne de L'Épine.

La rupture de la voûte anticlinale par la faille de L'Épine lui permet de s'accommoder de la torsion, dans le sens horaire, que l'axe du pli subit aux abords du col Saint-Michel.
Au delà de la zone de torsion (au sud du Mont Grelle), la faille de L'Épine s'amortit finalement dans le flanc ouest de l'anticlinal du Mont du Chat, qui se reconstitue ainsi en un pli simple.

La coupe ci-après situe le chaînon jurassien du Mont Grelle, par rapport aux chaînons subalpins. Il est directement en contact vers l'est avec le chaînon de la Chartreuse médiane car, à cette latitude, le chaînon de la Chartreuse occidentale a pratiquement disparu du fait de son amortissement progressif, vers le nord, dans le synclinal de Couz.


Cette coupe passe 5 kilomètres plus au sud que celle du lac d'Aiguebelette
s.N = synclinal de Novalaise (branche occidentale du prolongement septentrional du synclinal de Voreppe) ; f.E = faille de L'Épine ; a.MC = anticlinal du Mont du Chat ; s.C = synclinal de Couz (branche orientale du prolongement septentrional du synclinal de Voreppe).
légende des couleurs et des figurés

Le Mont Grelle lui même est, à peu de chose près, un mont jurassien, mieux encore que le Mont du Chat car l'entaille d'érosion du flanc ouest de l'anticlinal s'y réduit fortement et l'on y voit les couches basculer progressivement vers l'ouest. La voûte anticlinale du pli est encore décapée du côté nord jusqu'au niveau des "marbres bâtards" du Crétacé inférieur, mais, à la faveur du plongement axial du pli vers le sud, on y voit réapparaître successivement, du nord vers le sud, les calcaires du Fontanil, l'Hauterivien puis l'Urgonien qui couronne la crête à partir du Mont Beauvoir.

 Il faut noter que la suppression de ces terrains à la voûte du pli dans les parties plus septentrionales du chaînon est attribuable à la conjugaison de deux facteurs :
- Un aplanissement datant du Quaternaire ancien, qui est vraisemblable (par analogie avec les chaînons voisins) et dont les traces se manifestent assez bien dans le profil que montre le Mont Beauvoir lorsqu'on le regarde depuis le sud (cf page Les Échelles).
- Une érosion anté-Miocène de la voûte du pli, qui a été de plus en plus profonde du sud vers le nord. Elle est attestée par le fait que, sur les deux flancs du pli, la molasse miocène repose sur des terrains de plus en plus anciens : jusque sur les calcaires du Fontanil au nord-ouest de Vimines (flanc oriental) et sur la base de l'Urgonien à la Combe, au nord d'Aiguebelette (flanc ouest). Il en découle que le plongement axial du pli, en direction du sud, est une disposition qui existait avant même le Miocène.
Cette érosion est même datée du Paléogène (sans doute de l'Éocène) car on voit affleurer sous le Miocène des dépôts continentaux rouges oligocènes : le plus bel exemple en est le conglomérat de Vimines (voir la page "Paléogène").

Au sud d'Attignat-Oncin, jusqu'au Mont Beauvoir, le versant occidental du chaînon se révèle affectée par un chevauchement qui fait avancer en chevauchement les couches du haut des escarpements, appartenant au flanc oriental de l'anticlinal du Mont Grelle sur celles, redressées à la verticale, de son flanc ouest. Elle s'amortit apparemment en atteignant l'échine qui descend depuis le sommet 1311, le long de laquelle on voit les couches urgoniennes dessiner une charnière anticlinale en genou déjetée vers l'ouest qui se poursuit vers le sud dans les pentes dominant La Bauche (la couverture boisée et les placages d'alluvions glaciaires ne permettent pas d'analyser comment la surface de cassure disparaît dans l'Urgonien qui affleure de façon discontinue dans le versant. Il s'agit clairement la réapparition de la faille de L'Épine, au delà de l'interruption des affleurements, masqués sous la longue jupe d'éboulis qui garnit le pied des falaises et qui se termine par le gros talus boisé de La Rousse (ce dernier correspond très vraisemblablement à un tassement du versant).

image sensible au survol et au clic

La partie médiane du chaînon du Mont Grelle, vu de l'ouest, depuis Saint-Franc (hameau des Thévenons) .f.E = faille de L'Épine ; a.mC = anticlinal du Mont du Chat ; f.B = faille du Mont Beauvoir.
La faille de l'Épine sectionne en chevauchement les barres urgoniennes verticales des pentes dominant Gerbezet, qui représentent le flanc est du synclinal de Novalaise. Au sud des pentes qui descendent du point 1311 elle se prolonge par une cassure de rejet de plus en plus faible qui s'amortit avant le village de La Bauche (en effet, au sud de ce dernier, le Miocène repose stratigraphiquement sur l'Urgonien de ce flanc de pli).


Au sud du sommet 1311, le versant ouest de la montagne se partage entre l'échine NW-SE des villages de Bande, qui descend vers Les Échelles, et le crêt N-S du Mont Beauvoir, dont la ligne de falaises qui s'abaisse jusqu'au tunnel et aux grottes de Échelles (voir la page "Saint-Christophe"). Ce changement de relief est dû à surhaussement de ce crêt par une cassure à peu près verticale et d'orientation N-S, la faille du Mont Beauvoir.

image sensible au survol et au clic
La partie méridionale du chaînon du Mont Grelle, vu de l'ouest, depuis les Tartavaux (hameau au sud de Saint-Franc).
f.E
= faille de L'Épine ; a.mC = anticlinal du Mont du Chat ; f.B = faille du Mont Beauvoir.
La faille de l'Épine sectionne en chevauchement les barres urgoniennes verticales des pentes dominant Gerbezet, qui représentent le flanc est du synclinal de Novalaise. Au sud des pentes qui descendent du point 1311 elle s'amortit dans le flanc ouest de l'anticlinal du Mont du Chat mais se prolonge par une cassure mineure qui s'amortit apparemment avant le village de La Bauche car, au sud de ce dernier, le Miocène repose stratigraphiquement sur l'Urgonien de ce flanc de pli (voir le cliché suivant).

La direction de cette faille lui fait couper selon une oblique aiguë l'axe de l'anticlinal du Mont du Chat (dont l'orientation est plus NE-SW) dont elle abaisse, dans sa lèvre ouest la voûte anticlinale au point que l'on voit la molasse miocène, directement transgressive sur l'Urgonien, affleurer jusque haut sur la pente dans le vallonnement qui suit le pied des escarpements du Mont Beauvoir.

image sensible au survol et au clic

La terminaison méridionale du chaînon du Mont Grelle, vu du sud-ouest, d'enfilade, depuis le hameau du Chaboud (Miribel). N.B. : Le village nommé Bande est plus précisément celui de Bande du Milieu.
a.mC = anticlinal du Mont du Chat ; f.B = faille du Mont Beauvoir.
La bande d'affleurements urgoniens qui forme l'échine boisée de la partie inférieure droite du cliché représente l'extrémité méridionale de l'anticlinal du Mont du Chat. Sa voûte urgonienne plonge sous le Miocène au village même des Échelles et ne réapparaît plus au delà, où il se perd dans le synclinal de Voreppe ; en direction opposée la perspective fuyante ne permet pas de distinguer le tracé du chevauchement qui affecte son flanc ouest au NE de La Bauche (cf. cliché ci-dessus).
Cette échine est flanquée de molasse miocène sur ses deux flancs mais les affleurements orientaux de ce terrain se terminent en butant, du côté est, contre des terrains plus anciens du flanc oriental de l'anticlinal du Mont du Chat qui ont été remontés par le jeu de la faille du Mont Beauvoir : sous le Mont Beauvoir la lèvre occidentale de la faille est rebroussée par un crochon synclinal qui fait réapparaître l'Urgonien (il y est fortement penté vers l'ouest mais pas renversé) ; à l'aplomb de la butte du Caut l'Hauterivien et le Barrémien inférieur de sa lèvre orientale (masqués plus au sud sous les éboulis) dessinent à leur tour un crochon anticlinal dont le flanc ouest est presque vertical au contact du plan de faille, également vertical (voir, au sujet de ces détails, le cliché suivant).


L'examen du tracé de cette faille montre à plusieurs endroits que les couches de ces lèvres sont dotées de crochons : ils tordent anticlinalement l'Urgonien de sa lèvre orientale (de façon analogue à ce que l'on voit à Saint-Christophe-sur-Guiers) et synclinalement celui de sa lèvre occidentale. Toutefois le dessin de ces plis n'indique pas une tendance au chevauchement de la lèvre orientale de la faille. Cette cassure est donc probablement une faille extensive basculée lors du plissement post-Miocène, analogue sans doute à celle du col de la Crusille (pour plus de détails voir aussi la page "Saint-Christophe").

image sensible au survol et au clic

Les hameaux supérieurs de Bande, le Mont Beauvoir et la vallée de Couz septentrionale, vus du sud-ouest, d'avion, depuis l'aplomb du village de La Sauge (route N.6, à l'ouest du tunnel des Échelles).
a.mC = anticlinal du Mont du Chat (flanc est seul visible) ; s.B = repli synclinal de Bande ; a.B = repli anticlinal du Beauvoir ; f.B = faille du Beauvoir ; s.C = synclinal de Couz ; a.É = repli anticlinal des Égaux ; s.É = repli synclinal des Égaux ; a.M = anticlinal médian de la Chartreuse (pour le revers oriental du Mont Beauvoir se reporter aussi la page "Couz").



légende des couleurs et des figurés
s.N = synclinal de Novalaise (terminaison vers le nord de la partie occidentale du synclinal de Voreppe) ; f.E = faille de L'Épine (ici fortement atténuée) ; a.MC = anticlinal du Mont du Chat - L'Épine ; f.V = faille de Voreppe (son rejet est ici très atténué par rapport à ce qu'il est plus au sud) ; f.B = faille du Mont Beauvoir ; a.Eg = anticlinal des Égaux (terminaison septentrionale de l'anticlinal de la Chartreuse occidentale). ; a.C = anticlinal du Couvent (= anticlinal de la Chartreuse médiane) ; f.CM = faille du col du Mollard.


image sensible au survol et au clic

Le raccord entre le val de Couz et celui de Saint-Laurent-du-Pont, vu du sud, dans l'enfilade du synclinal de Couz, depuis la route forestière de Fétrus (Saint-Laurent-du-Pont).
s.Ba = synclinal de Bande (partie médiane du synclinal de Voreppe) ; f.B = faille du Mont Beauvoir ; s.Be = synclinal de Berland (partie orientale du synclinal de Voreppe) ; a.mC = anticlinal du Mont du Chat - L'Épine ; s.C = synclinal de Couz ; a.É = anticlinal des Égaux.
Le val de Couz se connecte, de part et d'autre de la gorge du Guiers, avec la partie orientale de celui de Saint-Laurent-du-Pont (val de Berland). Cette dernière est séparée du val principal, passant à Saint-Christophe la Grotte, par la faille extensive du Mont Beauvoir qui surélève le compartiment nord-oriental de l'anticlinal du Mont du Chat et traverse les plis en biais.
En arrière-plan le val de Couz débouche dans la dépression du Lac du Bourget - Aix-les-Bains.

Par le fait qu'il prend naissance, aux Échelles, dans le synclinal de Voreppe, et qu'il se développe vers le nord à la latitude même où le chaînon de la Chartreuse occidentale s'efface vers le nord (voir la carte schématique), le chaînon du Mont du Chat se révèle ici lié à ce dernier par un jeu en relais, un peu de la même façon que le chaînon du Ratz vis-à-vis de celui du Mont Tournier (cf. page "Chailles").


 voir à la page "tectonique de l'Avant-Pays" la place occupée par ce secteur dans le schéma d'organisation des plis du Bugey


.
Carte géologique très simplifiée
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Montmélian

Ayn, Dullin

Aiguebelette, L'Épine

(Chambéry)
Chailles

LOCALITÉS VOISINES

(vallée de Couz)

Les Échelles

(Berland)

(Guiers Vif)
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Avant-Pays

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 13/10/16