Cassille, Queyrelin, col du Chardonnet


Les deux crêtes de la Cassille et du Queyrelin s'allongent N-S parallèlement, de part et d'autre du vallon de la Casse Blanche et se raccordent transversalement par la crête de la Casse Blanche. Mais ils sont de constitution très dissemblable, le premier (le plus occidental) étant essentiellement constitué de quartzites triasiques et de houiller, le second (plus oriental) de calcaires triasiques.

Bien que constituée de terrains d'âge houiller, la partie méridionale de la crête de la Cassille présente ce caractère exceptionnel d'être assez acérée. Cela est dû à ce que l'érosion a ici mis a nu et disséqué une chambre magmatique, ancienne poche de magma mise en place par intrusion dans les sédiments gréso-schisteux et maintenant remplie de diorite*.

image sensible au survol et au clic

La crête de la Cassille vue du nord-ouest, depuis les pentes occidentales du col de la Ponsonnière
sch.v. = schistes violacés ; hrgrs = houiller gréso-schisteux ordinaire : très épais il occupe de larges espaces sur le versant oriental du vallon de la Ponsonnière ; d.C = décrochement du Chardonnet


C'est à partir de cette chambre (et sans doute de quelques autres) que la lave s'injectait latéralement (en "sills") dans les joints stratigraphiques entre les couches (elle s'y refroidissait évidemment beaucoup plus vite et les cristaux y restèrent donc de petite taille, ce qui a donné des microdiorites).
La partie sommitale de la chambre, mise a nu par l'érosion avant le Permien, s'est garnie de produits d'altération météorique oxydante, qui forment un niveau de schistes violacés sous les quartzites permo-werféniens.

La crête du Queyrelin représente la terminaison apparente vers le sud des affleurements calcaires qui forment, plus au nord (Béraudes etc...), l'armature du synclinal des Cerces.

image sensible au survol et au clic

La crête du Queyrelin vue du sud-ouest, depuis le vallon du Chardonnet
f.LR = faille du Lac Rouge ; d.C = décrochement du Chardonnet ; F = faille NNE-SSW à compartiment oriental abaissé. Ce rejet est à l'origine de la conservation, sur la crête, d'un lambeau du coeur jurassique du synclinal des Cerces.
Les quartzites werféniens du flanc ouest du synclinal des Cerces sont coupés en sifflet par la faille du Lac Rouge (dont le compartiment oriental est effondré par rapport à l'occidental). C'est pourquoi le houiller vient en contact direct avec les calcaires triasiques sur la crête de Casse Blanche (bordure gauche du cliché).


En fait le synclinal ne se termine pas au vallon du Chardonnet, qui correspond seulement à une discontinuité passagère des couches de ce synclinal. Cette discontinuité est due à ce que ce pli est tranché transversalement et décalé vers l'est du côté sud par le décrochement du Chardonnet. Cette importante faille coupe le chaînon du Diable, passe au lac du Châtelard et se poursuit vers l'ouest, en passant peu au nord du col du Chardonnet (col de la Céa, env. 2690), jusque dans le vallon de la Ponsonnière et au-delà.

image sensible au survol et au clic

Le versant oriental de la Crête du Queyrelin
vu de l'E - NE, depuis le lac Laramon (rive gauche de la Clarée)

d.C = décrochement du Chardonnet ; F = faille NNE-SSW à compartiment oriental abaissé ; s.C = synclinal des Cerces ; d.CB = décrochement de la Casse Blanche ; f.LR = faille du Lac Rouge (masquée derrière la crête du Queyrelin).
Les tirets orangés soulignent la position du niveau de schistes de la limite Trias inférieur - Trias moyen (en général masqués sous les éboulis).


Une cassure parallèle au décrochement du Chardonnet, de rejet de même sens (mais moins important), le décrochement de Casse Blanche, traverse la partie septentrionale de la crête du Queyrelin. Il se marque bien dans le relief car il détermine un couloir escarpé qui descend de la cime 2914 de la crête de Casse Blanche. A la faveur de cet accident le coeur de marbres en plaquettes du synclinal des Cerces se retrouve passagèrement dans une position, à flanc des abrupts orientaux de la crête du Queyrelin, qui ne correspond plus à un synclinal perché.

Carte géologique simplifiée des chaînons de la Haute Guisane - Haute Clarée

d.Ch
= décrochement du Chardonnet
d.L = décrochement du Lautaret, se prolongeant vraisemblablement par le décrochement du col de Buffère (d.B) ; d.L' = décrochement de la Liche et du Lauzet.
Dans le chaînon des Cerces on a tracé en rouge les failles synsédimentaires jurassico-crétacées, et notamment celle du Lac Rouge.


 
figure à agrandir

 Légende des couleurs de la carte

version plus grande de cette image

Les unités structurales sont disposées dans l'ordre d'empilement, des plus externes (au sud-ouest) aux plus internes (d'origine de plus en plus orientale).
Le groupe des unités briançonnaises est décalé vers le bas pour de simples raisons de mise en page. Par contre les dénominations de ces unités comportent parfois plusieurs noms, qui sont disposés de haut en bas pour indiquer les équivalences entre les unités élémentaires affleurant du nord au sud.

 Carte géologique simplifiée des montagnes aux alentours du col du Galibier
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
catalogue des cartes locales de la section Briançonnais


cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Névache
aperçu général sur la stratigraphie du Briançonnais
aperçu général sur la tectonique du Briançonnais

Grand Galibier

Les Béraudes

Les Muandes
La Ponsonnière

LOCALITÉS VOISINES

Gardioles ; Le Vallon

Le Lauzet

Diable ; Raisin

Névache
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Briançonnais

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 8/11/16