Gigors, Bellaffaire, Tête du Pape

Entre le ravin de Clapouse et le débouché septentrional du Grand Vallon

Les deux villages de Gigors et de Bellaffaire sont situés à la marge ouest de la dépression de Turriers, plus précisément dans la combe monoclinale de Terres Noires qui sépare le Nummulitique de la Tête de la Plane, au sud-ouest, du Jurassique inférieur de la Tête du Pape, qui domine le village de Gigors du côté nord.
image sensible au survol et au clic

Bellaffaire et la Tête du Pape, vus du nord-est depuis la rive droite du vallon de Clapouse, sur la N.951 en aval de la ferme du Moulin.
f.T
= faille de Turriers (jalonnée de d'affleurements de gypses triasiques, de largeur décamétrique) ; ØA = chevauchement des Auches ; a.tP = anticlinal de la Tête du Pape.

Ils y sont installés sur les rives opposées du Riou Clair, ruisseau qui draine le débouché oriental du Grand Vallon mais dont le cours s'écarte très fortement du tracé de la faille du Grand Vallon, lequel se poursuit vers le NE en passant au revers septentrional de la Tête du Pape.

image sensible au survol et au clic

Le vallon des sources du Riou Clair, vu depuis la N 551 peu à l'ouest de Gigors.
f.GV = faille du Grand Vallon (vers la droite elle emprunte le vallonnement qui mène au col 1125 du Champas) ; le lit du Riou clair passe au pied des affleurements de calcaires nummulitiques de Gaudissart, qui représentent le flanc inverse, nord-oriental du synclinal de la Plane (voir la page "Plane-Plauts").

La bosse boisée de la Tête du Pape peut être considérée comme un mont* car elle correspond à un anticlinal d'axe presque horizontal, orienté NE-SW comme la crête de la montagne. Cet anticlinal de la Tête du Pape affecte surtout des Terres Noires et du Bajocien qui enveloppent un cœur de calcaires hettangiens et de dolomies et argilites triasiques. Il s'est donc formé aux dépens d'une série stratigraphique très réduite (encore plus lacuneuse que celle de Turriers).
La constitution stratigraphique de la Tête du Pape s'oppose radicalement à celle de toutes les montagnes situées immédiatement plus au NW, qui possèdent la succession très épaisse de la nappe de Digne. Pourtant les couches de ces dernières affleurent en contrebas, à l'ouest du col du Champas, ce qui exclut que le matériel de la Tête du Pape soit recouvert en chevauchement par celui de la nappe de Digne (le contact entre les deux est constitué par la faille du Grand Vallon, qui abaisse la nappe par rapport à l'autochtone de la Tête du Pape).


image sensible au survol et au clic

Gigors et la Tête du Pape, en vue plongeante, du sud vers le nord, depuis la Tête de la Plane.
f.GV = faille du Grand Vallon ; f.B = faille de Bréziers ; f.T = faille de Turriers ; a.tP = anticlinal de la Tête du Pape ; ØA = chevauchement des Auches (il est possible qu'il se prolonge au sud de Gigors, sous les formations quaternaires, en se raccordant au chevauchement de La Plane : voir la page "Turriers").
Cette vue montre la fermeture septentrionale de la dépression autochtone de Turriers, cernée par les terrains de la nappe de Digne (la séparation entre nappe et autochtone est toutefois réalisée presque partout par des failles subverticales (soulignées de jaune) qui affaissent la nappe par rapport à son autochtone). La surface de chevauchement visible dans les gorges du torrent de Clapouse ne fait que reposer le lobe NW de la nappe sur le lobe médian (de Bréziers).
L'anticlinal de la Tête du Pape est vu ici un peu en oblique par rapport à son axe, qui est orienté NE-SW, c'est-à-dire presque parallèle au plan de la faille du Grand Vallon. On voit bien que ce pli est déversé vers le sud-est et tranché du côté gauche (nord-ouest) par la faille du Grand Vallon. Cette disposition, tout à fait anormale pour la région, s'explique sans doute par le fait que l'origine de ce pli serait un rebroussement des couches, par l'effet de l'avancée ce lobe de la nappe vers le S-SW, en oblique par rapport à la faille du Grand Vallon (qui avait alors un jeu coulissant sénestre).

La présence d'une lame de Lias renversé, traversant les pentes au NE de Gigors y met en évidence l'existence d'un chevauchement des Auches par l'intermédiaire duquel la succession de la Tête du Pape repose en fait sur les Terres Noires de la dépression occidentale de Turriers.


Coupe un peu au NE de Gigors, passant par la Tête du Pape et le quartier des Vignes, au nord de Turriers (extrait de la publication n°067, retouché).
f.gV = faille du Grand Vallon ; f.T = faille de Turriers ; ØA = chevauchement des Auches : la comparaison avec la coupe du torrent de Clapouse suggère que la lame de Lias réduit renversé que recouvre cet accident se raccordait par ploiement antiforme* avec la succession de Turriers, par dessus les Terres Noires de Bellafaire

Cet accident, certes secondaire, présente cependant une géométrie remarquable : en effet, à l'extrémité nord-orientale de la crête de la Tête du Pape, il traverse presque horizontalement les pentes qui tombent sur le ravin de Clapouse ; ce faisant il se place assez précisément dans le prolongement de la surface de chevauchement du lobe nord-occidental de la nappe, qui traverse horizontalement aussi la rive opposée du torrent de Clapouse (voir la page "Bréziers").

Cette disposition porte à conclure que ces deux surfaces n'en font qu'une et que le chevauchement des Auches résulte sans doute d'une véritable décapitation de l'anticlinal du Pape, au sein d'un matériel autochtone repoussé devant l'avancée du front de la nappe : c'est en fait là un dispositif tectonique comparable et même similaire à celui que l'on observe, plus au sud, au niveau d'Astoin : l'un comme l'autre témoignent de ce que le matériel de la nappe de Digne s'est affronté lors de son déplacement vers le sud-ouest à l'existence de paléoreliefs autochtones déjà structurés qu'il lui a fallu contourner (cas du lobe nord-occidental de la nappe) ou bousculer (cas du lobe médian).
Au revers nord de la Tête du Pape le chevauchement des Auches se termine en butant contre le prolongement septentrional de la faille du Grand Vallon, qui le tranche presque orthogonalement à l'endroit même où cette faille se raccorde à celle de Rochebrune qui semble avoir un jeu chevauchant comparable .


image sensible au survol et au clic

Le débouché aval du vallon de Clapouse, en rive gauche de la Durance, vu du nord depuis la montagne de Saint-Jean (au nord de Théus).
Les tracés de teinte rose correspondent à la limite entre nappe de Digne et autochtone du "redent" de Faucon - Turriers.
f.T = faille de Turriers (et son prolongement, masqué, dans le ravin de Clapouse) ; ØA = chevauchement des Auches ; f.R = faille de Rochebrune ; f.gV = faille du Grand Vallon (masquée derrière le sommet de la Cita).
a.gl. = alluvions glaciaires.



Bloc stéréogramme interprétatif de la dépression de Turriers
Par mesure de simplification ni la Tête du Pape ni Gigors ne sont indiqués sur ce schéma : ils se trouvent à gauche du torrent de Clapouse, dans les Terres Noires au sud de la faille du Grand Vallon.
(pour plus de commentaires se reporter à la publication n°183)

 

Aperçu d'ensemblesur la dépression de Turriers

cartes géologiques à 1/50.000° (*) à consulter : feuilles Laragne et Seyne.

Carte géologique simplifiée des environs de Turriers
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
catalogue des autres cartes de la section Gap-Digne

Jarjayes

Remollon
Espinasses
Grand Vallon

LOCALITÉS VOISINES

Bréziers

crête de la Plane

Turriers
St-Martin-les-Seyne

 accueil section GAP-DIGNE

début de la page

sommaire de GEOL_ALP
Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 19/09/17