Reynier, Baudinard

La rive gauche du Sasse en amont de Clamensane

Le torrent de Reynier est un affluent de rive gauche du Sasse qui rejoint la vallée de ce dernier trois kilomètres à l'est de Clamensane. Son large vallon est une combe monoclinale* ouverte dans le Crétacé inférieur du flanc sud-ouest du synclinal d'Esparron (= flanc nord de l'anticlinal des Monges). Cette combe est en effet bordée par deux crêts* majeurs, regardant tous les deux vers le sud-ouest.

image sensible au survol et au clic

La combe de Reynier et les montagnes du Sasse vus du sud-est, depuis le sommet des Monges.
Sur son versant sud-ouest (à gauche) la combe monoclinale est partagée par un petit crêt secondaire, armé par les couches basales de l' Hauterivien, qui isole une petite combe suspendue ouverte dans les marnes valanginiennes.
Ce cliché est très médiocre : je serais reconnaissant à toute personne qui pourrait me proposer un cliché de remplacement, de meilleure qualité !

Ce sont, du côté nord-est du vallon, celui formé par les Molasses Rouges du coeur du synclinal, dont le revers s'abaisse vers la vallée d'Esparron, et du côté sud-ouest celui du Tithonique, qui forme la crête de la Montagne de Jouère. Ils représentent respectivement les crêtes nord-ouest et ouest du sommet des Monges et se réunissent à peu de distance du point culminant.

image sensible au survol et au clic

d'après une image extraite de "google-earth"
La cuvette de Reynier dans son contexte régional : vue d'ensemble, depuis l'ouest.

En fait la barre tithonique qui arme le second de ces deux crêts dessine une concavité vers le nord-est, ce qui trahit le fait qu'elle a été tordue par un synclinal très ouvert, le synclinal de Reynier. L'axe de ce dernier plonge maintenant vers le NE, parce qu'il a été basculé, lors de la formation ultérieure, post-oligocène, du synclinal d'Esparron (au flanc sud-occidental duquel appartiennent les affleurements du vallon de Reynier).
image sensible au survol et au clic

Les vallons d'Esparron et de Reynier vus d'aval, du nord-ouest, d'avion depuis l'aplomb de Clamensane (cliché original obligeamment communiqué par M. Thierry Dumont).
ØD = surface de chevauchement de la nappe de Digne ; ØC = surface de chevauchement des écailles de Combovin ; s.E = synclinal d'Esparron ; s.P = synclinal du Patégue ; a.M = anticlinal des Monges. Les affleurements de marnes bleues apto-albiennes dessinent le cœur du vaste synclinal de Reynier (dont l'axe est transverse à la vallée). Son fond est formé par les couches monoclinales du crétacé inférieur dans lesquelles s'inscrit le cours du torrent de Reynier entre cette localité et Baudinard.

Ce synclinal de Reynier est très ouvert et a en fait une forme coffrée, car il garde, au moins entre Reynier et Baudinard un fond plat avec des couches parallèles à celles des molasses rouges du synclinal d'Esparron. Ce fond plat se termine au sud-est comme au nord-ouest par deux charnières synclinales peu fermées dont celle la plus septentrionale peut être désignée par le nom de "synclinal du Patègue".

On peut se demander si la planéité du fond du synclinal de Reynier est originelle ou si elle a été acquise par dépliage lors des efforts subis lors de la formation du synclinal d'Esparron : la seconde hypothèse paraît en fait la plus vraisemblable à la lumière de ce que l'on a eu l'occasion d'observer dans beaucoup d'autres cas similaires d'interférences de déformations à l'occasion de plissements successifs.

Ce synclinal du Patègue, relativement mineur, a un axe orienté presque E-W ; il possède en outre la particularité remarquable d'affecter également les affleurements nord-occidentaux de l'Oligocène du grand synclinal d'Esparron, alors que l'axe de ce dernier est orienté N130 (c'est-à-dire qu'il montre par rapport à ce dernier une obliquité de l'ordre de 45°).

image sensible au survol et au clic

Reynier et la rive nord-orientale de sa vallée : Vue plongeante d'avion, depuis l'aplomb de la crête de Jouère.
Sous cet angle on voit se développer une succession stratigraphique allant des Molasses Rouges au Berriasien (ce dernier formant le revers du crêt de la montagne de Jouère, que surplombe l'avion). Au sein de cette succession les bancs de la base de l'Hauterivien, formés de calcaires bioclastiques roux déterminent un petit crêt secondaire, au pied duquel se blottit le village de Reynier lui-même.
s.P = synclinal du Patègue (voir en fin de page le détail des affleurements du secteur correspondant à la pointe de la flèche).


Ce synclinal du Patègue a pourtant indubitablement fonctionné avant la transgression du Tertiaire. En effet au NW du Patègue, (c'est-à-dire dans le flanc nord-ouest du pli), les couches basales des molasses rouges recoupent en discordance*, du sud vers le nord, des termes de plus en plus anciens et vont jusqu'à reposer sur le Tithonique en rive droite du vallon d'Esparron. Le fait que les molasses rouges soient elles aussi affectées par le pli démontre que ce dernier a été réactivé après la trangression de son flanc NW par l'Oligocène.
Il est en outre à noter que les couches anté-oligocènes, déjà basculées par le premier plissement l'ont été de nouveau à l'occasion du second, de sorte que leur pendage dépasse maintenant la verticale et se renverse légèrement vers le sud (ceci est clairement observable aux Rochers de la Lause qui arment la clue barrant l'accès aval du vallon d'Esparron.
Reste à comprendre sous quelles sollicitations le synclinal du Patègue, d'axe pratiquement E-W, a été ainsi réactivé après l'Oligocène, alors que le contexte était alors celui d'un serrage NE-SW, c'est-à-dire à presque 45° d'écart avec celui dont il témoigne (voir à ce sujet la page "Cerveau") ...

image sensible au survol et au clic

Détail du versant sud-est du point coté 1280, au Rocher du Patègue.
Cette vue rapprochée prise d'ouest en est, c'est-à-dire selon la direction axiale du synclinal, montre la constitution détaillée des couches de base de la Molasse Rouge oligocène sous le Pas du Patègue.
Les couches verticales du Barrémien qui forment le sommet du Rocher du Patègue affleurent immédiatement à gauche, hors du champ du cliché et passent, presque transitionnellement, aux conglomérats à galets de Barrémien du bord gauche du cliché.
a) On noter surtout la disposition en biseau des couches, qui est typique d'une transgression s'effectuant en appui sur la pente d'un relief :
Les marnes rouges deviennent de plus en plus minces de droite à gauche (vers le nord-ouest) et se terminent en biseau entre les lits de conglomérats (base de la succession : tirets noirs) ou de grès (plus haut : tirets blancs). Ces derniers se terminent également en biseau, mais en sens opposé : les flèches blanches indiquent la terminaison de deux lits gréseux entre des lits marneux.
b) F désigne une microfaille qui décale un banc de grès, de 1 m, en chevauchement vers la droite. On voit qu'elle est inclinée vers la droite ce qui est anormal, compte tenu du sens de son rejet compressif. Mais elle fait avec les couches un angle de 30° (habituel pour ce type de faille), ce qui conduit à conclure que son pendage actuel vient de ce qu'elle avait fonctionné avant le plissement et que celui-ci l'a basculée, en même temps que les couches.

Vers le sud-est, en amont de Baudinard, la vallée de Reynier se rétrécit progressivement, du fait que les deux crêts convergent vers le sommet  des Monges : cette disposition découle de ce que les Molasses Rouges reposent, du fait de leur discordance* basale, sur les terrains de plus en plus anciens de la charnière sud-orientale du synclinal de Reynier et même, finalement, sur le Tithonique à peu de distance du sommet de la montagne.

image sensible au survol et au clic

Les pentes supérieures de la rive droite de la vallée de Reynier, aux environs de Baudinard
(cliché original obligeamment communiqué par M. Claude Mauguier, précisions stratigraphiques communiquées par Michel Delamette).
ØeC = surface de chevauchement des écailles de Combovin (entrainées sous la nappe de Digne) ; D.Ol = surface de discordance de l'Oligocène (Molasse Rouge).

À la hauteur de Baudinard le crêt oligocène de sa rive nord-orientale est couronné passagèrement, au Rocher de Cournaud, par une barre de calcaires tithoniques, dont la situation peut paraître très étonnante. Il s'agit d'une klippe* tectonique appartenant aux écailles qui soulignent la base de la nappe de Digne et qui a été traînée là au tertiaire, avant d'être isolée par l'érosion quaternaire (voir la coupe de la page "Esparron").

Vers le nord-ouest le débouché de la vallée de Reynier dans celle du Sasse se fait au niveau de l'étroit le plus aval des Clues de Bayons, entaillé dans le Tithonique du flanc sud-ouest du synclinal d'Esparron (voir la page "Clamensane").
En amont de ce confluent les Clues de Bayons comportent une autre étroiture (l'Adrech de la Folie), par laquelle le Sasse pour traverse le Tithonique, sub-vertical, du flanc nord du synclinal du Patègue.
À l'est de cette double cluse le cours de la rivière s'inscrit dans les Terres Noires et dans le Bajocien inférieur du prolongement sud-oriental de l'anticlinal du Bramefan (cf. page Rouinon) ; mais il ne parvient pas à entailler le coeur de Lias de ce pli car ce dernier s'enfonce, par plongement axial, sous le niveau de la vallée sous la Tour de Bédoin (
voir le cliché).


carte structurale des chaînons au NE de Sisteron


cartes géologiques à 1/50.000° (*) à consulter : feuilles Laragne et La Javie.

Carte géologique simplifiée des environs de Bayons
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
catalogue des autres cartes de la section Gap-Digne

Clamensane

Rouinon
Esparron
Nibles

LOCALITÉS VOISINES

Clapouse

Saint-Geniez

Authon
Les Monges
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section GAP-DIGNE

début de la page

sommaire de GEOL_ALP
Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 20/09/17