le versant nord du col du Galibier

le front des zones alpines internes, aux confins méridionaux de la Maurienne

Le versant sud du col est décrit à la page "col du Galibier" de la section Briançonnais.

Le col du Galibier est le seul col routier qui fait communiquer la vallée de la Valloirette (versant mauriennais) avec celle de la Guisane (versant briançonnais), traversant ainsi la crête qui court depuis le Pic du Grand Galibier à l'est jusqu'au Pic des Trois Évéchés à l'ouest et qui constitue la ligne de partage des eaux entre Arc et Durance.

image sensible au survol et au clic

Le col du Galibier et ses abords, vus du NW d'avion (en arrière-plan droit le massif du Pelvoux).
Br = zone briançonnaise ; sB = zone subbriançonnaise ; Num = couverture autochtone nummulitique.
u.mD = unité briançonnaise "intercalaire" du monument Desgranges (voir la page "Galibier sud") ; Øsb2 = chevauchement de l'unité subbriançonnaise de Roche Olvéra ; Øsb3 = chevauchement secondaire redoublant la succession crétacée de l'unité de Roche Olvéra ; "fH" = flysch à Helminthoïdes de la Pointe de la Mandette ; "jsbr" = brèches du Télégraphe (Malm inférieur).


La Crête du Galibier, qui s'élève vers l'est à partir du col, est formée essentiellement de calcschistes du Jurassique supérieur et du Crétacé ainsi que de flysch noir subbriançonnais. Elle montre des répétitions de ces terrains et des intrications de plusieurs lames, d'ailleurs relativement minces, de terrains briançonnais (houiller, quartzites triasiques) voire même de flysch à Helminthoïdes (à la Pointe de La Mandette). Cette constitution témoigne d'une tectonique d'entraînement sous le charriage de la zone briançonnaise (à laquelle appartient le Pic du Grand Galibier, voisin) aux dépens de la partie haute de la succession stratigraphique de l'unité subbriançonnaise de Roche Olvéra, dont le corps principal forme, plus au nord, le sommet de ce nom (voir la page "Roche Olvéra").

image sensible au survol et au clic

Le versant nord-est du col du Galibier, vu de l'ouest depuis les lacets de la route D.902, sous le col.
Impressionnant contraste entre les alpages installés sur la succession subbriançonnaise riches en roches schisteuses (calcaires ou argileuses) et les abrupts des quartzites et surtout des calcaires dolomitiques de la zone briançonnaise.
f.V = faille du Vallon (il s'agit d'une cassure très secondaire).


L'emplacement même du col coïncide avec un brutal changement de nature de roches entre des argilo-schistes ("flysch noir" briançonnais) à l'est et des gypses à l'ouest ; ces derniers y forment la bosse (cotée 2679) sur laquelle a été installée la table d'orientation panoramique et au voisinage de laquelle s'ouvrent de spectaculaires entonnoirs de dissolution*, caractéristiques du relief de ces roches.
Ces gypses affleurent en dessinant sur la carte une bande, allongée orthogonalement à la crête, qui se poursuit sur les deux versants. Ils constituent sans ambiguité le prolongement de la large bande gypseuse qui jalonne plus au nord la surface de charriage de la zone subbriançonnaise dans la vallée de la Valloirette (voir la page "Roche Olvéra"), ainsi qu'en rive droite de la Maurienne.

image sensible au survol et au clic

Le versant septentrional de la crête du Galibier, à l'est du col, vu du nord depuis les pentes de la Roche Olvéra.
u.mD = unité briançonnaise du monument Desgranges (voir la page "Galibier sud") ; Øsb2 = chevauchement de l'unité subbriançonnaise de Roche Olvéra ; Øb2 = chevauchement de la lame briançonnaise intercalaire, du revers est du Petit Galibier ; Øsb3 = chevauchement secondaire redoublant la succession crétacée de l'unité de Roche Olvéra ; ØH = chevauchement de la klippe de flysch à Helminthoïdes de la Pointe de la Mandette.
L'essentiel des alpages sur lesquels la route D.902 serpente en lacets pour atteindre le col est installé sur la couverture stratigraphique normale du Dogger de l'anticlinal de la Roche Olvéra.
voir ci-dessous la suite de ce cliché vers la droite


L'étude du versant situé à l'ouest du col montre que la lame gypseuse du col ne correspond pas véritablement à l'accident tectonique majeur qui sépare les zones externes* et internes* (désigné en Suisse sous le nom de "chevauchement pennique frontal"). En effet elle recouvre ici, du côté ouest, une nouvelle lame de terrain qui provient encore des zones internes, car sa succession de couches est typiquement subbriançonnaise : elle comporte notamment des calcschistes néo-crétacés à jurassiques qui reposent sur une semelle de calcaires du Dogger par l'intermédiaire de brèches du Télégraphe (voir la page "stratigraphie").

image sensible au survol et au clic

Le versant nord de la crête occidentale du col du Galibier, vue du NE, depuis la Roche Olvéra.
ØSB = chevauchement des unités subbriançonnaises "externes" (principalement unité des Sestrières) ; Øsb2 = chevauchement principal des unités subbriançonnaises (principalement représentées par l'unité de Roche Olvéra).
Les charnières indiquées dans le flysch nummulitique le sont à titre symbolique et ne représentent pas des plis particuliers.
voir ci-dessus la suite de ce cliché vers la gauche


Sa surface de charriage coupe la ligne de partage des eaux au pied de la pyramide sommitale du Pic Blanc du Galibier et ses affleurements se poursuivent vers le bas jusqu'au fond du vallon de la Lauzette (lieu-dit "Plan du Paradis").

Comme cette unité forme le point coté 2826, qui était dénommé "Petit Galibier" sur les anciennes cartes, R.Barbier, en 1963, avait nommé cette unité la "digitation du Petit Galibier". Mais cela prête à confusion car ce toponyme désigne sur les cartes actuelles le point 2765 situé à l'est du col sur la crête du Galibier. Il paraît donc préférable de l'appeler "unité des Sestrières" en référence au fait que sur le versant sud de la crête (dans la vallée de la Guisane), elle est traversée par la route N.91 au lieu-dit Les Sestrières.

Par sa situation, intercalée entre l'accident gypseux du front subbriançonnais et le flysch nummulitique ultradauphinois du chaînon des Aiguilles d'Arves, cette unité appartient en fait au système des "écailles subbriançonnaises externes" (plus de développements à la page "Nummulitique").

Sa situation "avancée" s'explique sans doute, comme pour les autres éléments de cet ensemble, par une mise en place par glissement synsédimentaire à la fin de la sédimentation Nummulitique, avant le charriage proprement dit de la zone subbriançonnaise (avançant alors sur son coussinet gypseux).

 


Le versant sud du col du Galibier est décrit à la page "col du Galibier" de la section Briançonnais.
aperçu général sur les colonnes stratigraphiques de la Maurienne

  aperçu général sur la rive gauche
de la Maurienne

cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille La Grave

Carte géologique simplifiée des environs

redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
plus au nord ;
plus à l'ouest ; cartes voisines : plus à l'est
plus au sud

Argentière

Roche Olvera

Les Mottets
(Trois Évéchés)

LOCALITÉS VOISINES

(Grand Galibier)

(Villard d'Arène)

(col du Lautaret)

(col du Galibier sud-est)
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Maurienne

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 31/10/16