Pointe des Cerces

Les crêtes les plus septentrionales de la rive droite de la Haute Clarée

Le chaînon des Cerces domine, du côté est comme du côté ouest, des vallons ouverts dans des couches gréso-argileuses d'âge paléozoïque, appartenant au soubassement paléozoïque de la zone houillère briançonnaise. Par contre ses crêtes, essentiellement calcaires, sont sculptées dans la couverture mésozoïque de cette zone. Eles sy sont conserves à la faveur du grand synclinal synclinal des Cerces, d'axe N-S : on a là un typique relief inversé, même si le terme de "synclinal perché" est difficilement utilisable ici, car le coeur du pli n'est pas évidé par l'érosion et ses flancs profondément entaillés par des vallons orthogonaux à son axe.

image sensible au survol et au clic

L'extrémité septentrionale du chaînon des Cerces, vue du NW, d'avion, depuis l'aplomb de Plan Lachat (Valloirette).
s.C = synclinal des Cerces ; d.R = décrochement des Rochilles ; a.R = anticlinal des Rochilles ;
"csB" = brèches d'âge Crétacé supérieur .


Le sommet même de la Pointe des Cerces est sculpté dans les marbres en plaquettes (calcschistes planctoniques néocrétacés) du coeur du synclinal. Les deux flancs du synclinal, l'un comme l'autre redressés jusqu'aux approches de la verticale, présentent une nette dissymétrie de constitution : les couches jurassiques sont en effet absentes sous les marbres en plaquettes du flanc ouest : cela résulte d'une érosion d'âge crétacé supérieur, laquelle a alimenté la formation des brèches que l'on y trouve sur le flanc oriental au sud de la latitude du sommet (éperon est de la crête de la Moutouze).

(on trouvera plus de détails et des explications plus précises à la page "lac des Béraudes")

image sensible au survol et au clic

Le chaînon des Cerces et la Clarée vues du sud-est, depuis les chalets de Laval
Les aiguilles des Roches de Crépin sont particulièrement déchiquetées, sans doute en raison de la verticalité des strates de calcaires dolomitiques qui les constituent (du fait qu'elles appartiennent au flanc oriental du synclinal) : on trouvera dans le site "Vallouimages" une page consacrée à l'évolution de leur aspect, suite aux éboulements qu'elles ont subi récemment.


Au sud du sommet des Cerces la crête de la Moulinière voit même les calcaires triasiques s'amincir sous l'effet de cette érosion au point de disparaître et de laisser les marbres en plaquettes reposer directement sur les quartzites werféniens au sud de la latitude du lac des Béraudes (au col et à la Roche des Béraudes).

image sensible au survol et au clic

Les vallons supérieurs du chaînon des Cerces vus du sud, depuis le col des Béraudes (à peu près dans l'axe du synclinal des Cerces).
Les tirets rouges soulignent le contact de transgression des marbres en plaquettes néocrétacés (cs), à gauche (pied de la Crête de la Moulinière) directement sur les dolomies du flanc ouest du synclinal des Cerces.
f.LR = faille du Lac Rouge et son prolongement vraisemblable, dans le flanc ouest du synclinal.
Les répétitions de niveaux de couches rouges (qui s'observent normalement plutôt à la base de la succession des marbres en plaquettes) sont probablement interprétables comme dues à des plis mineurs dans les marbres en plaquettes du flanc ouest du synclinal.


Au nord du sommet la totalité de la crête, jusqu'aux abords du seuil des Rochilles, est formée par les couches du flanc oriental du synclinal des Cerces. Leur pendage est proche de la verticale et leur azimut est moins méridien que celui de la crête, de sorte qu'elles la recoupent en biseau et que ce sont les calcaires triasiques inférieurs qui en forment l'extrémité nord (Pointe des Banchets).

image sensible au survol et au clic

L'extrémité septentrionale du chaînon des Cerces vu du nord-est, depuis le vallon des Muandes.
Les contours séparant les termes stratigraphiques successifs dessinent des sinuosités qui sont des "V topographiques*" dus au fait que les couches sont fortement redressées (presque verticales), en tant que flanc oriental du synclinal des Cerces.
La ligne de tirets jaune acide correspond à la surface selon laquelle les couches siliceuses permo-triasiques (tq+V = quartzites et Verrucano) reposent en discordance sur les grès et conglomérats pourpres du Permien supérieur (Ps).



Carte géologique simplifiée des chaînons de la Haute Guisane - Haute Clarée

d.Ch
= décrochement du Chardonnet
d.L = décrochement du Lautaret, se prolongeant vraisemblablement par le décrochement du col de Buffère (d.B) ; d.L' = décrochement de la Liche et du Lauzet.
Dans le chaînon des Cerces on a tracé en rouge les failles synsédimentaires jurassico-crétacées, et notamment celle du Lac Rouge.


 Légende des couleurs de la carte

Les unités structurales sont disposées dans l'ordre d'empilement, des plus externes (au sud-ouest) aux plus internes (d'origine de plus en plus orientale).
Le groupe des unités briançonnaises est décalé vers le bas pour de simples raisons de mise en page. Par contre les dénominations de ces unités comportent parfois plusieurs noms, qui sont disposés de haut en bas pour indiquer les équivalences entre les unités élémentaires affleurant du nord au sud.
figure de taille normale version plus grande


 Carte géologique simplifiée des montagnes aux alentours du col du Galibier
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
catalogue des cartes locales de la section Briançonnais


cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Névache
aperçu général sur la stratigraphie du Briançonnais
aperçu général sur la tectonique du Briançonnais

(Les Mottets)

lacs des Rochilles

Drayères ; Muandes
Grand Galibier

LOCALITÉS VOISINES

Gde Tempête

col de la Ponsonnière

vallon des Béraudes

Laval Gardioles
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Briançonnais

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 8/11/16