Barcillonnette, Esparron, Vitrolles

Vallée du Déoule

La vallée du Déoule permet de passer, par son point culminant, le col d'Espréaux, depuis la vallée de la Durance (par Barcillonnette) jusqu'à celle du Petit Buëch. Elle s'est creusée en évidant la voûte de l'anticlinal NW-SE (post-Sénonien) d'Espréaux, dont le coeur liasique et même triasique est mis au jour de plus en plus profondément aux approches de la vallée de la Durance. Ce coeur anticlinal est en fait rompu par un "chevauchement de Barcillonnette", qui fait avancer le Lias sur les Terres Noires et le Tithonique, rebroussés vers le SW, du flanc sud-ouest du pli.

image sensible au survol et au clic

Le débouché aval de la vallée de Barcillonnette vu du SE, depuis les pentes de la rive gauche de la Durance (crête des Croix).
ØB = chevauchement de l'écaille de Barcillonnette ; a.E = anticlinal d'Espréaux ; s.V = synclinal du Villard de Montmaur.
Sur le revers droit de la butte de Coulet Rouge, dans les pentes descendant vers Rousset, l'Oligocène est chevauché par le Trias gypsifère de la semelle de l'écaille de Peyrouard.
Le pli couché dessine par la corniche tithonique à Rochefort est un accident anté-Sénonien, transverse à l'anticlinal d'Espréaux.


À Barcillonnette même ce chevauchement se transforme, vers le nord, en une faille coulissante dextre orientée NNE-SSW qui parcourt en biais le ravin de Rousserand (c'est là un raccord en "bord de tiroir", d'un genre assez courant). Il ne fait guère de doute que cette cassure se raccorde, au delà, à travers les Terres Noires du fond  de la vallée, à la grande faille de Châtillon-le-Désert qui franchit la crête de rive gauche au col de la Baume et que l'on suit de façon continue, vers le nord jusqu'au delà de la vallée du Petit Buëch (elle finit par se connecter, au nord de Montmaur, au chevauchement médian du Dévoluy) .

image sensible au survol et au clic

Les crêtes de rive gauche de la vallée de Barcillonnette vues d'avion, du sud-ouest, de l'aplomb de la crête des Selles (cliché original aimablement communiqué par Thierry Dumont).
Ce cliché a surtout l'intérêt de montrer comment se prolonge, à la latitude de Barcillonnette, la grande faille de Châtillon-le-Désert (f.C). Son rejet vertical est encore important dans le Tithonique mais il devient de plus en plus difficile à apprécier en descendant dans la succession des couches de l'Argovien et n'atteint plus qu'une cinquantaine de mètres au niveau du Lias de Vitrolles (loin à droite de la limite du cliché).
a.E = anticlinal N-S d'Espréaux ; s.M = synclinal N-S de Montmaur ; s.V = synclinal N-S du Villard de Montmaur.
Se reporter à la page "Petite Céüse" pour l'analyse des détails structuraux de ce sommet.
En arrière la corniche de Céüse est surhaussée par le chevauchement de Céüse-La Saulce (masqué derrière la crête Côte-Belle - Petite Céüse) et domine ainsi la Petite Céüse.


Pour plus de détails et pour des explications générales sur le secteur, voir la publication n°055
Pour la nomenclature des plis charger le document suivant
petite taille

 Carte structurale du Bochaine méridional
(de Veynes à Monêtier-Allemont)
grande taille  

carte géologique à 1/50.000° (*) à consulter : feuille Gap

Carte géologique simplifiée des environs de Barcillonnette
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074

Espréaux

Drouzet supérieur

Petite Céüse
Aujour : Peyssier

LOCALITÉS VOISINES
(La Saulce)
Crête des Selles

Ventavon
(Montagne de Melve)
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Dévoluy

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 10/07/17