La Bâtie - Saint-Michel-les-Portes

Le rebord subalpin au nord-est du Mont Aiguille

Le vallon de La Bâtie, ouvert au nord du Mont Aiguille et drainé par le torrent des Pellas, est séparé de la dépression de Chichilianne par une crête NE-SW qui se termine à la Tête du Papavet. Entre ce sommet et celui du Baconnet, ce torrent franchit le ressaut inférieur du rebord subalpin pratiquement sans y entailler de gorge dans la barre tithonique. Il profite en effet de ce que celle-ci se termine vers le sud, coupée en biseau par une cassure presque N-S, la faille de Chauplane : il s'engage ainsi dans la petite combe du Berriasien de la lèvre orientale, abaissée, de cette faille et la suit du sud vers le nord où la barre tithonique de cette lèvre est masquée sous un amas de blocs éboulés.
Le long de ce passage le torrent reçoit en rive gauche les eaux qui descendent du col de Allimas et du Rocher du Baconnet, lesquelles franchissent par contre la barre de la lèvre occidentale de la faille par des ravins encaissés.

image sensible au survol et au clic

Le versant sud du col de l'Allimas vu du sud, d'avion, depuis l'aplomb du col des Pellas.
f.Q = faille de la Queyrie ; f.Cp = faille de Chauplane (faille extensive N-S) ; f.SL = faille de Somme Longue (branche secondaire de la faille de la Queyrie).
La Tête de Papavet masque le coude du raccord entre torrent des Pellas et torrent de la Grosse Eau.


Au sortir de ce passage le tracé du torrent devient brutalement plus W-E, presque orthogonal à celui du rebord subalpin (et il prend alors le nom de ruisseau de la Grosse Eau). Sa vallée s'élargit mais garde des versants assez raides : c'est en rive gauche, au pied sud du Baconnet, que la bourgade de Saint-Michel-les-Portes est installée sur un épaulement soutenu par des affleurements de calcaires argileux argoviens et de Terres Noires au sein desquels un redoublement de la succession semble bien indiquer le passage de la faille de Jas Neuf.

image sensible au survol et au clic

Saint-Michel-les-Portes et le rebord subalpin, vus d'avion de l'est (cliché original obligeamment communiqué par M. Christophe Ben)
f.E = faille de l'Eygaillette ; f.JN = faille de Jas Neuf ;f.E = faille de la Queyrie.


Effectivement on voit très clairement, sur l'autre rive (depuis les abords de Saint-Michel-les-Portes et notamment depuis la N.75), que la corniche tithonique est décalée verticalement en plusieurs marches d'escalier au sommet de l'escarpement de la crête du Papavet (la marche intermédiaire correspondant au rocher de l'Eygaillette). Ce rejet vertical est celui occasionné par la faille NW-SE du Jasneuf et par une faille de l'Eygaillette qui en représente clairement une cassure satellite.
Bien que ceci n'apparaisse pas sur la carte géologique "La Chapelle"
cette seconde cassure se poursuit d'ailleurs vers le SW, au delà de la crête et parallèlement à la faille principale, mais passe, à son opposé, dans les pentes du versant sud-oriental de la crête du Mont Aiguille.

Comme le laisse supposer le pendage sub-vertical des surfaces de cassure de ces deux failles il s'agit en fait de décrochements, qui sont d'ailleurs parallèles à celui de la Queyrie qui passe peu au NW. Compte tenu du pendage des couches vers l'ouest (vers l'intérieur du massif du Vercors) le sens du rejet vertical quelles déterminent correspond à un mouvement coulissant de sens sénestre (ceci n'est pas sans poser un problème de compréhension des rapports avec la faille de la Queyrie, dont le sens de rejet horizontal est inverse : voir l'essai d'interprétation ci-après).



Schéma interprétatif des déformations au sud-est et au nord-ouest de Gresse
f.Q = faille de la Queyrie ; F.J = faille du Jasneuf
s.E = synclinal des plateaux orientaux ; a.M = anticlinal de la Moucherolle ; s.E = synclinal de Gresse.
La dalle rocheuse représentée est celle du Tithonique, qui porte les petits sommets de La Pale, du Baconnet et de l'Auberie, tandis que les trois sommets principaux indiqués se situent à une certaine hauteur au-dessus de la surface supérieure de la dalle.

Ce dessin, simplifié à l'extrême, est destiné à montrer à quoi correspond le changement de pendage entre le Grand Veymont et le Mont Aiguille :
- le Grand Veymont appartient au compartiment septentrional de la faille de la Queyrie, où il est situé sur le flanc ouest de l'anticlinal de la Moucherolle
- le Mont Aiguille appartient au compartiment méridional de la faille du Jasneuf, compartiment qui n'est presque pas affecté par l'anticlinal de la Moucherolle, fortement amorti à cette latitude ; il y est situé dans le synclinal de Gresse, fortement décalé vers l'ouest par les deux décrochements successifs.
Ce schéma montre en outre le rapport probable entre l'effacement, du nord vers le sud, de l'anticlinal de la Moucherolle et l'indépendance de déformation de 3 compartiments désolidarisés par le jeu des deux failles de coulissement : ces dernières ne sont pas de simples décrochements car le raccourcissement lié au plissement n'est pas de même ampleur lorsque l'on passe de l'un à l'autre de ces compartiments (il s'atténue par paliers vers le sud). Le compartiment le plus méridional (de Chichiliannne) étant le moins plissé cela peut expliquer le rejet horizontal sénestre qu'ils montre par rapport à celui du Baconnet, à l'endroit où il affecte la dalle tithonique.

Du côté septentrional le vallon de la Bâtie est limité par la crête qui court du SWvers le NE, depuis le Petit Veymont par le Grand Brisou jusqu'au col de l'Allimas. Son orientation, identique à celle du Mont Aiguille, plus au sud, est tout-à-fait originale par rapport au relief général du rebord subalpin du Vercors. Sa cause est évidemment le rôle directeur qu'a dû avoir, sur l'érosion, la grande faille de décrochement de la Queyrie, car le tracé de cette dernière, orienté SW-NE, suit précisément le pied du revers sud de la crête du Brisou entre la Pas des Bachassons et celui du Serpaton.

image sensible au survol et au clic

Le vallon de la Bâtie et le revers sud-est de la crête du Brisou vus du nord-est, depuis le col de l'Allimas
f.Q = faille de la Queyrie ; f.pV = faille du Petit Veymont




Carte géologique très simplifiée du rebord sud-oriental du Vercors
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
légende des couleurs


cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille La Chapelle en Vercors


Gresse

Baconnet ; Serpaton

Monestier de Clermont
(Mont Aiguille)

LOCALITÉS VOISINES

Roissard ; Lavars

(Rochers du Parquet)

Chichilianne

Le Percy
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

accueil section DRAC

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Page d'accueil générale du site
Dernières retouches apportées à cette page le 9/06/16