.

Crête du Baconnet, Serpaton, La Pale

le rebord subalpin à la latitude de Monestier-de-Clermont

La dépression N-S de Monestier-de-Clermont, qui représente le sillon subalpin, est fermée du côté occidental par un crêt* très typique qui la sépare de la dépression de la Gresse. Il culmine au sud au sommet du Baconnet et au nord à la montagne de la Pale et il est couronné sur toute sa longueur par une corniche rocheuse que l'on suit en quasi continuité.

image sensible au survol et au clic

même fenêtre < image plus grande, muette > nouvelle fenêtre
Le versant oriental de la crête du Baconnet, vu de l'est depuis le débouché du tunnel autoroutier, 2 kilomètres au nord du Monestier de Clermont.
f.Q = faille de la Queyrie ; f.C = faille du Cléton.


Ce crêt est en effet armé par la dalle du Tithonique, dont le revers s'enfonce doucement vers l'ouest sous les alternances calcaréo marneuses du Berriasien de la rive droite de la Gresse.


Le crêt du Serpaton et la dépression de la Gresse vus d'avion, depuis le nord
failles de décrochement : f.Q = faille de la Queyrie : f.C= faille du Cléton (= de Carette).
failles extensives N-S : f.T = faille des Terces ; f.Ch = faille de Chauplane.


Mais ce crêt est en outre recoupé par plusieurs failles. La plus importante passe très peu au sud du Pas du Serpaton et y détermine un rejet vertical d'abaissement du compartiment septentrional. Il ne fait pas de doute que cette faille, orientée SW-NE représente là le prolongement de la faille de la Queyrie (voir aussi le cliché et la carte en fin de page).

image sensible au survol et au clic

Détail de la corniche tithonique entre Gresse et Monestier de Clermont, vu de l'est - nord-est, d'avion, depuis l'aplomb du Monestier de Clermont.
f.Q = faille de la Queyrie ; f', f" = failles secondaires mineures de la famille des failles NW-SE (conjuguées de celle de la Queyrie).


C'est l'endroit ultime, en direction du nord-est, où le passage de cet accident (qui affecte, plus au sud-ouest le rebord urgonien aux abords du Mont Aiguille) soit encore bien lisible sur le terrain. Mais on détecte bien au delà les indices de son prolongement, notamment à travers les deux rives du Drac et à l'extrémité septentrionale de la montagne du Conest.

Le rejet vertical observable ici est en fait le résultat du décalage dans le sens dextre de couches pentées vers l'ouest (en conformité avec le schéma classique).


Le franchissement de la corniche tithonique par le sentier du Serpaton, entre Gresse et Monestier de Clermont, vu du sud-est, depuis le sentier, dans le sens montant.
f.Q = faille de la Queyrie ; f.s= faille satellite.
L'éperon rocheux de Tithonique que le sentier aborde ici n'est qu'une lame verticale, découpée perpendiculairement aux couches, entre les deux plans de cassure (il cache la partie basse du tracé de la faille principale qui passe en arrière du conifère visible sur le cliché).


C'est grâce à la disjonction des deux tronçons de la falaise tithonique qu'occasionne cette faille que le sentier qui monte au Pas du Serpaton par son versant oriental passe presque directement, à flanc de pente en arrivant au col, des niveaux lités du Kimméridgien à ceux du Berriasien : il n'a guère à franchir comme escarpements qu'une lame étroite de Tithonique qui est coincée en navette* entre les deux branches de la faille de la Queyrie (il le fait d'ailleurs en empruntant une vire des bancs de Tithonique).

Au nord du Pas du Serpaton la corniche tithonique est décalée dans le sens d'un surhaussement de sa partie septentrionale (Montagne de la Pale) par la faille du Rocher de Cléton. Il s'agit en fait d'un décrochement sénestre orienté NW-SE qui représente le prolongement de la faille de Carette.

Là encore, en conformité avec le schéma classique, le rejet vertical que l'on observe dans l'alignement de la ligne de crête (soulèvement du compartiment nord) est en fait le résultat du décalage dans le sens sénestre de couches pentées vers l'ouest.

image sensible au survol et au clic

Le rebord subalpin de la partie septentrionale de la dépression de la Gresse vu d'avion, depuis le sud-est.
La barre tithonique des Rochers de la Pale est tranchée par la faille verticale du Rocher du Cléton (f.C), qui est vue d'enfilade sur ce cliché. Elle est doublée du côté NE par une faille secondaire satellite (f.C2)
Ces failles décalent dans le sens sénestre la faille extensive N-S de Terces (f.T), que l'on retrouve entre le sommet de la Pale et son antécime ouest.


Dans le versant est du crêt (côté Monestier) la faille du Cléton ne semble pas se prolonger au delà du tracé de la faille de la Queyrie, exactement comme on peut s'y attendre s'il s'agit bien d'une cassure conjuguée de cette dernière.


cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille La Chapelle en Vercors.


Carte géologique très simplifiée du rebord oriental du Vercors au nord de Gresse
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
légende des couleurs


Saint Andéol Arzelier

(Deux Soeurs)

(Prélenfrey)
Gresse

LOCALITÉS VOISINES

Monestier-de-Clermont

(Grand Veymont)

Saint- Michel les Portes

Roissard Lavars
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

accueil section DRAC

début de la page

sommaire de GEOL_ALP
Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 7/06/16