Vieux Chaillol (crête et versant SW)

le "3000" le plus méridional du massif des Écrins

Le sommet du Vieux Chaillol (3163 m) est le plus méridional de ceux qui dépassent les 3000 mètres dans le massif de l'Oisans. Il se trouve d'ailleurs sur la retombée du bombement anticlinal de ce massif, là où les affleurements les plus sud-occidentaux du socle cristallin disparaissent sous leur couverture sédimentaire.

image sensible au survol et au clic

L'extrémité sud-ouest du massif du Pelvoux vue du sud vers le nord, depuis un avion de ligne (cliché original obligeamment communiqué par Marcel Lemoine).
Le contraste de teinte rend très visible le contact direct du Nummulitique sur le cristallin (en jaune). On a souligné de tirets le contour de la klippe de Soleil-Boeuf.
Les teintes rouges du Puy des Pourroy correspondent à l'altération des basaltes triasiques ("spilites du Drac") de la base de la succession mésozoïque qui s'intercale entre le socle et le Nummulitique dans le vallon du Tourond (voir le schéma en fin de page).
Les teintes blanches à l'arrière plan sont celles des granites de Colle Blanche, à gauche, et de Crupillouse, à droite.


Surtout visible depuis les bordures sud-occidentales du massif (Dévoluy, Gapençais), cette lourde montagne y donne l'impression de dominer le Champsaur. En fait elle en est séparé par des contreforts (notamment par le Pic Queyrel), qui sont constitués par l'enveloppe de terrains sédimentaires, essentiellement nummulitiques, sous laquelle le socle cristallin, dénudé dans la pyramide sommitale, s'enfonce vers le sud et vers l'ouest.

image sensible au survol et au clic

Le versant occidental du massif du Vieux Chaillol vu du sud-ouest, depuis les pentes du Pic de Gleize
Le socle cristallin s'enfonce vers le sud, sous sa couverture sédimentaire, dans le vallon du Riou Beyrou, entre le Vieux Chaillol et le Pic Queyrel qui masque le prolongement de l'interface dans ce vallon.
ØS = chevauchement de la klippe de Soleil Boeuf (formée de Jurassique supérieur et de Crétacé inférieur) ; ØQ = chevauchement du Pic Queyrel (ces deux accidents ont une vergence* vers le nord-ouest)
A l'extrémité inférieure de l'arête ouest du Pic Queyrel le contact entre le Nummulitique et les Terres Noires sur lesquelles il repose en discordance* est affecté d'un pli couché déversé vers le nord-ouest. Cet accident appartient à la même famille de déformations que le chevauchement du Pic Queyrel et, plus au sud, celui du Palastre.
(voir les détails des basses pentes en page Chaillol 1600)


Le sommet lui-même est constitué par des roches métamorphiques, qui appartiennent à la série "corticale" : il s'agit essentiellement de micaschistes, au sein desquels sont intercalés de nombreux bancs d'anciens conglomérats métamorphisés ("conglomérats du Chaillol").

image sensible au survol et au clic

Le versant sud-occidental du Vieux Chaillol (versant d'accès depuis Chaillol 1600) vu d'avion, du sud, depuis l'aplomb de Saint-Michel de Chaillol (Champsaur).
f.Co = faille du ravin du Colombier, SW-NE, remontant, dans le socle, un compartiment méridional (du Chaillol) par rapport à un compartiment septentrional (de Colle Blanche).
Le contact de transgression du Nummulitique sur le cristallin est indiqué en jaune ; on a indiqué le niveau marneux qui s'intercale dans les grès du Champsaur entre les deux niveaux riches en gros bancs ; n.m.s. = niveau marneux supérieur des grès du Champsaur (vraisemblablement mis en place par glissement synsédimentaire sous la klippe de Soleil Bœuf).


La forme de ce sommet, en pupitre à pente douce vers le sud, est due en partie à cette texture de la roche, qui correspond à une stratification originelle de lits de schistes intercalés entre des bancs de conglomérats. Mais elle correspond principalement au décapage de la dalle des calcaires nummulitiques qui le coiffait originellement, selon un processus dont l'action est en cours et le résultat incomplet, plus bas, en rive droite du vallon du Vaccivier entre Le Peigne et le col du Moutas.

image sensible au survol et au clic

Le versant occidental du Vieux Chaillol
, vu du sommet du Pic Queyrel (cliché original obligeamment communiqué par Mr. R. Papet) .
Le vallon du Vaccivier est drainé à sa partie inférieure par le Torrent du Riou Beyrou : voir la suite vers le bas à la page "Pic Queyrel".
DN
= surface de discordance des couches nummulitiques (on a indiqué son prolongement probable avant que l'érosion ne dénude le socle cristallin de la pente terminale du Vieux Chaillol) ; "Nc+m" = calcaires nummulitiques et marno-calcaires "intermédiaires" ; "sca" = principaux niveaux de schistes argileux intercalés entre les bancs de grès.



image agrandissable
Coupe d'ensemble du massif du Chaillol montrant la position de la surface de transgression du Nummulitique par rapport à la géométrie tectonique de son soubassement, aux différentes longitudes : crête (en haut), versant est (à mi-hauteur) et versant ouest (en bas).
Le profil topographique de la crête sud du Vieux Chaillol et celui du lit du Drac sont indiqués en rouge.
ØC = chevauchement du Chaillol - Cédéra
Le traits jaunes gras représentent la surface d'érosion (D sur les clichés), sur laquelle se sont déposées, en discordance*, les couches nummulitiques. Elle atteint, selon les longitudes considérées, une profondeur plus ou moins grande par rapport aux couches et structures de son soubassement.
N.B. 1 : La surface de transgression du Nummulitique était originellement horizontale. Elle a ensuite été basculée par les mouvements post-nummulitiques, qui ont porté le massif du Pelvoux en altitude et qui font que le socle cristallin disparaît en profondeur vers le sud (du côté gauche du cliché).
Pour restituer l'attitude originelle des structures cachetées par cette surface il faut donc, par la pensée, les basculer d'environ 30° vers le nord (vers la droite).
N.B. 2 : En fait le long du cours du Drac le pendage de la surface de transgression s'infléchit vers le sud par suite de déformations post-nummulitiques (voir la coupe d'ensemble du Drac).


Vers le sud, très précisément à partir du col du Riou Beyrou, ces roches disparaissent sous une couverture sédimentaire qui débute directement par des calcaires nummulitiques, bien vite recouverts par les grès du Champsaur qui forment notamment le Tourond.

image sensible au survol et au clic

La crête méridionale du Vieux Chaillol vue des basses pentes de la pyramide sommitale
Les schistes cristallins, dégagés en dalles à faible pendage vers l'est, s'enfoncent sous la succession nummulitique transgressive, inclinée vers la plaine du Drac, dont la base est masquée par le premier plan.


Sur les deux versants de la crête sud de la montagne, à l'ouest comme à l'est du Tourond, les ravins qui entaillent le Nummulitique montrent qu'à cette latitude (plus méridionale que celle sur Vieux Chaillol lui-même) il repose sur un soubassement de terrains jurassiques et triasiques (ces derniers manquent plus au nord car ils sont recoupés en biseau par la discordance* de base des couches nummulitiques).

voir l'aperçu général sur le Champoléon

cartes géologiques à 1/50.000° (*) à consulter : feuille Orcières

légende des couleurs
pour la périphérie sud-est
Carte géologique simplifiée du massif du Chaillol
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
plus à l'ouest : Champsaur ; plus à l'est : Champoléon ;
plus au sud : Pont du Fossé


 Carte géologique simplifiée du Champsaur oriental et du Bas Champoléon
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074

carte cliquer sur les imagettes Légende

Molines

Pétarel

Crupillouse
(Infournas)

LOCALITÉS VOISINES

Chaillol est

Pic Queyrel

Soleil Boeuf

La Pousterle
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Oisans

début de la page

sommaire de GEOL_ALP
Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 5/11/16