versant méridional du Mont Thabor
pentes drainées par le vallon du Lac Lavoir, en rive droite de la haute Vallée Étroite

Les versants méridionaux du Mont Thabor entaillent moins profondément le coeur permo-houiller de l'anticlinorium de la zone briançonnaise que ses versant septentrionaux. La dalle structurale des quartzites triasiques y est largement conservée et y dessine un ample synclinal du Thabor. Ce pli est dissymétrique, déjeté vers l'est, ce qui se manifeste par le fait que les couches permo-triasiques de son flanc ouest (Pic du Thabor, Roc de Valmeinier) ont des pendages qui approchent de la verticale. Son axe passe à l'est du sommet, au voisinage de l'aplomb du Grand Séru, et plonge assez nettement vers le sud. C'est sur la dalle structurale, ici encore peu inclinée, du flanc ouest de ce pli que s'élève le sentier d'accès au sommet depuis la Vallée Étroite

image sensible au survol et au clic

Le versant sud-est du Mont Thabor et la partie amont de la Vallée Étroite vus du sud-est, depuis la crête de la Scia (arête nord de l'Aiguille Rouge).
ØT = chevauchement du Thabor ; s.T = synclinal du Thabor ; f.S = faille du Séru (= prolongement septentrional de la faille de Lenlon).

Cette dalle est largement dénudée de sa couverture carbonatée, qui est représentée seulement par des lambeaux témoins de ses couches basales, disjoints et disséminés sur la pente : ils sont formés principalement de schistes dolomitiques et de cargneules : l'un d'entre eux, relativement important affleure au sommet même et supporte la chapelle érigée peu sous celui-ci.


Les pentes terminales du versant sud du Mont Thabor (cliché original obligeamment communiqué par Mr. H. Widmer)



Le sommet des abrupts occidentaux du Mont Thabor vu du sud : on y voit les premières couches carbonatées du Trias reposer en succession stratigraphique normale sur les quartzites werféniens (J.-C. Barféty lutte contre le vent du nord ...).


Un lambeau beaucoup plus important, érigé en une typique butte-témoin*, forme l'énorme tour du Mont Séru.

image sensible au survol et au clic

Le versant septentrional du vallon du Lavoir (partie orientale), vu des environs du Lac du Lavoir.
f.D = faille du vallon du Dîner ; f.S = faille du Séru.


Mais, sur le versant oriental de ce sommet, ses calcaires triasiques viennent directement en contact avec le houiller des pentes occidentales du vallon de Tavernette. Ce contact tectonique, presque vertical, correspond à la faille du Séru.

image sensible au survol et au clic

Le versant oriental du Grand Séru, vu depuis le col de la Vallée Étroite.
f.S = faille du Séru : le houiller de son compartiment oriental est redressé à la verticale et même un peu renversé, à la différence de celui, horizontal, de sa lèvre occidentale (le raccord anticlinal entre les deux est rendu invisible par le rejet de surhaussement de la lèvre orientale).


Il s'agit en fait de la fracture la plus occidentale du faisceau de la faille de la Clarée : c'est plus précisément le prolongement septentrional de la faille de Lenlon ; le compartiment remonté par cette cassure constitue l'unité de la Muratière (voir la page "Vallée Étroite") dont la disposition, en série renversée, tranche avec celle, à l'endroit, du compartiment du Thabor et du Séru (voir le premier cliché de la page).

Du côté ouest l'arête méridionale du Mont Thabor est dédoublée par un vallon étroit et allongé qui sépare le Roc de Valmeinier, à l'ouest, du sommet du Grand Adret, à l'est ; il héberge un petit "Lac Blanc" (distinct de celui, plus méridional, du Vallon de Névache).

Cette topographie traduit l'existence d'un redoublement de la puissante lame des couches siliceuses permo-triasiques (Verrucano et quartzites) par le chevauchement du Thabor. Cet accident se poursuit au nord du sommet, dans le versant de la Grande Montagne, où il sépare le Mont Thabor du Pic du Thabor (voir la page "Nord du Thabor"). La surface de cassure de cet accident est redressée presque à la verticale : cela correspond au fait qu'on se trouve là dans le flanc ouest du synclinal du Thabor et qu'elle a été basculée, avec les couches qu'elle affecte, lors de la formation de ce pli (ce qui implique donc que ce plissement a été postérieur à l'étape qui avait créé le chevauchement).

image sensible au survol et au clic

Les crêtes méridionales du Mont Thabor, vues du sud depuis le Clot Sauvage de l'Enfourant.
ØT = chevauchement du Thabor ; s.T = synclinal du Thabor ; f.D = faille du Dîner (cassure très secondaire).
"gl.r" = glaciers rocheux et moraines de névé.


Le vallon du Lac Lavoir draine tout ce versant en direction de l'est, pour se jeter dans le torrent de la Vallée Étroite. Ce vallon semble creusé assez profondément pour avoir atteint le soubassement houiller du synclinal du Thabor au niveau de sa charnière, mais il est trop encombré par les alluvions glaciaires pour qu'on puisse le vérifier et ce sont seulement des quartzites qui affleurent sur ses deux rives, au nord comme au sud du Lac Lavoir.

image sensible au survol et au clic

Les pentes méridionales du vallon du Lavoir, vues du nord depuis le col des Méandes (Grand Séru). (cliché original obligeamment communiqué par Mr. H. Widmer).
s.T = synclinal du Thabor ; a.G = anticlinal de la Gardiole.
Le secteur gauche (Tours du Vallon, Enfourant) est représenté de façon simplifiée (voir plus de détails à la page "Gardioles")


Du côté méridional le vallon du Lac Lavoir est fermé par la crête du Rocher Blanc. Contrairement à ce que son nom suggère, ce sommet est formé par les schistes et grès noirs du Houiller inférieur (formation de Chardonnet), disposés à l'envers (flanc oriental de l'anticlinal de la Gardiole : voir la page "Gardioles"). La suite de son arête orientale montre la même succession mésozoïque qu'au nord du vallon du Lac Lavoir : les quartzites de la crête ouest du col du Vallon et les affleurements de Trias moyen calcaréo-dolomitique qui forment à l'est la crête d'Enfourant, tous disposés à l'envers, représentent le flanc ouest du synclinal du Thabor.

image sensible au survol et au clic

Les pentes aval de rive droite du vallon du Lavoir, vues du nord depuis le Clot Solide.
s.T = synclinal du Thabor.
Le Clot Solide, en pente relativement douce à l'amont du verrou qui domine la Vallée Étroite, correspond à un épandage d'alluvions torrentielles remaniant les produits morainiques laissés par le petit glacier qui descendait du col du Vallon.



Coupe transversale à la Vallée Étroite à la latitude du Mont Thabor.
a.G = anticlinal de la Gardiole ; f.L = faille de Lenlon (= du Séru) ; u.Mu = unité de la Muratière ; f.Cl = faille de la Clarée ; u.B = unité de Roche Bernaude ; u.gB = unité de Gran Bagna.



aperçu général sur la tectonique de la zone briançonnaise
aperçu général sur la rive gauche de la Maurienne

Coupes schématiques des
confins orientaux du Briançonnais au nord de Névache

1 = au nord du col de la Vallée Étroite (voir les pages "Sarrasins" et "Grand Argentier") ;

2 = peu au nord du refuge de la Vallée Étroite (pages "Gardioles" et "Vallée Étroite");

3 - au niveau du col des Thures (rive droite de la Clarée entre Névache à gauche et Plampinet (pages "Névache" et "col de l'Échelle")

extrait de Gidon et Barféty, 1975
(quelques détails sont retouchés ; d'autres mériteraient de l'être ...)

Carte structurale schématique
des confins orientaux du Briançonnais au nord de Névache

même carte, de plus grande taille, et légende


Carte géologique simplifiée des environs du Mont Thabor
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074


cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Névache

(Tabor ouest)

(Thabor nord)

Haut Charmaix
Muandes

LOCALITÉS VOISINES

Roche Bernaude

Gardioles ; Le Vallon

Vallée Étroite

Rois Mages
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Briançonnais

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 8/11/16