Le col de l'Alpe (versant occidental)
La seconde des trois entailles transverses des hauts plateaux de la Chartreuse orientale
N.B. : Le versant oriental du col de l'Alpe et son accès du côté Grésivaudan, depuis Pré Orcel, sont décrits à la page "La Flachère".

Les hauts plateaux orientaux de Chartreuse sont tranchés en oblique, entre le col de l'Alpe et le cirque de Saint-Même, par le vallon du Pratcel. Ce profond sillon, incliné vers le sud-ouest est jalonné en amont (au NE) par les alpages de Valfroide et, plus en aval, par les deux clairières successives du Pratcel. Il s'avère déterminé par le passage d'une cassure majeure, le décrochement du col de l'Alpe, qui a eu un jeu dextre : c'est l'Urgonien du flanc est du synclinal oriental qui en forme la rive méridionale, alors que la charnière de ce pli est tranchée par la faille à mi-distance des escarpements de son versant septentrional.

image sensible au survol et au clic

Les hauts plateaux de Chartreuse orientale au niveau du cirque de Saint-Même, vus d'avion, du SW depuis l'aplomb de la crête de Font Fendue.
Le décrochement du col de l'Alpe (d.cA) traverse en biais l'axe du synclinal chartreux oriental (s.O) : la charnière de ce pli est bien visible, dans le compartiment nord, alors que l'on ne voit presque que son flanc oriental dans le compartiment méridional (de droite), où la charnière du pli est décalée vers l'avant,à l'aplomb du fond du cirque de Saint-Même : ce compartiment droit est décalé en direction de l'observateur (= rejet dextre).
"c.O" = couches à Orbitolines proprement dites ; "pc.O" = niveau des "pseudo-couches à Orbitolines" ; f.G = faille de la Gorgette.
On distingue bien les pentes boisées du "chaos" de Tracarta, ceinturées à l'amont par la crevasse d'arrachement des couches de l'Urgonien supérieur (Roche Blanche).
voir aussi le cliché de ce versant pris depuis la Roche de Fitta, à la page "Aulp du Seuil", et celui, pris du Habert de la Dame, à la page "Alpette".


Aux abords de la crête, principalement sur le versant occidental du col de l'Alpe, le décrochement de l'Alpe s'accompagne de failles satellites avec lesquelles il délimite un fossé effondré ("graben"*) au cœur duquel sont conservés des marno-calcaires clairs du Sénonien (voir ci-après le schéma perspectif d'ensemble).

image sensible au survol et au clic

Le col de l'Alpe et les rochers de sa crête sud-orientale, vus du NW, depuis la Croix de l'Alpe.
d.cA = faille principale du décrochement du col de l'Alpe ; f.SE = faille satellite sud-orientale ; f.NW = faille satellite nord-occidentale (ces deux dernières failles limitent le couloir de prairies qui s'étrangle vers le NE là ou le sentier s'en écarte pour rejoindre le collet où affleurent les couches à Orbitolines (voir la page "La Flachère").


C'est dans ce matériau facilement affouillable que s'est inscrit le vallon supérieur du Pratcel, qui descend vers le sud-ouest depuis le col de l'Alpe. Ses pentes garnies de pelouses s'intercalent entre les bordures surélevées de ce sillon, formés de calcaires urgoniens, savoir au nord le rebord du plateau de l'Alpette (qui culmine à la Croix de l'Alpe) et au sud le promontoire nord-oriental du plateau de l'Aulp du Seuil qui culmine aux Rochers de la Rousse.

image sensible au survol et au clic

Le versant ouest du Col de l'Alpe, vu d'avion, de l'ouest.
Les noms abrégés des failles sont les mêmes que sur le schéma perspectif : d.cA = décrochement principal du col de l'Alpe ; F = failles annexes (F4 = nord-occidentale ; F3 = sud-orientale) ; Ø = chevauchement de la Rousse.
voirb l'envers de la crête des Rochers de la Rousse et de la crête SE du col de l'Alpe à la page "La Flachère"


Du côté sud-oriental du graben de Valfroide les Rochers de la Rousse, pourtant formés par l'Urgonien inférieur sont clairement plus élevés que les dalles d'Urgonien supérieur qui forment le glacis penté vers l'ouest qui court depuis le vallon de Pratcel jusqu'au Habert de Dame. Ceci est dû au jeu d'une faille inverse, le chevauchement de la Rousse, qui surhausse l'Urgonien inférieur et lui fait former la crête de ce nom. Ce chevauchement était dirigé vers l'ouest, comme l'indique le rebroussement en crochon* de l'Urgonien supérieur chevauché.

D'autre part le fait que l'Urgonien inférieur aux Rochers de La Rousse affleure à une altitude nettement plus forte que celle de l'Urgonien supérieur du plateau de l'Alpette, symétrique du côté nord du graben de Valfroide est le résultat de ce redoublement de la lèvre SE du décrochement. En fait cette dernière est abaissée par rapport à la lèvre NW : l'équivalent de l'Urgonien supérieur de la Croix de l'Alpe est en effet celui qui est mis à nu, en contrebas des Rochers de La Rousse, en bordure orientale du miroir de faille du décrochement, entre les ruines de Valfroide et la fermeture aval des prairies de ce vallon.

image sensible au survol et au clic

La rive sud-orientale du vallon de Valfroide vue du nord depuis la Croix de l'Alpe.
d.cA = faille principale du décrochement du col de l'Alpe ; f.SE = faille satellite sud-orientale ; ØR = chevauchement de la Rousse ; f.pR = faille du Pas de La Rousse (cassure secondaire, extensive à lèvre gauche, septentrionale, abaissée).


Si l'on n'observe pas le redoublement de La Rousse au nord-ouest du décrochement c'est sans doute en raison du décalage dextre dû au décrochement : il a sans doute eu pour effet de l'y reporter assez à l'est pour que l'Urgonien chevauchant y ait été enlevé par le creusement du Grésivaudan.

Au sud des ruines de Valfroide le graben se reserre et son contenu sénonien affleure au pied d'un mur de faille bien et longuement dégagé par l'érosion.

image sensible au survol et au clic

Les alpages de Valfroide, vus d'aval (du sud-ouest), depuis leur extrémité inférieure (point situé au bord avant du bloc en relief ci-après et à l'extrême droite du croquis ci-dessus)
Le miroir de faille de la lèvre sud du décrochement (D.cA) est longuement dégagé par l'érosion qui a affouillé dans les marno-calcaires sénoniens du graben de Valfroide. F1 = faille satellite principale du bord nord-ouest du sillon de Valfroide (voir le croquis en relief ci-après). La convergence vers l'arrière des deux failles qui limitent ce dernier est un pur effet de fuite perspective (elles convergent au contraire vers l'observateur).




figure plus grande


Le couloir de faille du Pratcel - col de l'Alpe

Le long du tracé du décrochement plusieurs failles secondaires (nuérotées d'W en E) découpent des blocs qui s'effondrent entre les lèvres nord-ouest et sud-est. Ainsi se délimite, entre D et F1, un grand compartiment effondré rempli de Sénonien.
Le miroir de la faille D est bien dégagé par l''érosion dans tout le secteur représenté par les blocs A et B, où il forme un mur regardant vers le nord-ouest (voir cliché ci-dessus).
En aval de Valfroide (partie antérieure du bloc B) on observe, le long de ce miroir de faille, une mylonite de Sénonien. Son analyse microtectonique montre qu'elle est due à un mouvement décrochant dextre.

On remarque accessoirement que le compartiment sud-oriental est affecté, aux Rochers de la Rousse, par un chevauchement (indiqué par un Ø minuscule) qui fait remonter l'Urgonien inférieur sur le Sénonien du col de l'Alpe. Cet accident est antérieur au jeu des décrochements.


Les alpages de Valfroide se ferment vers le bas par étranglement du graben à contenu sénonien entre les failles qui le limitent et qui se rejoignent : plus bas, entre les deux prairies inférieures du Pratcel il n'y a plus qu'une seule cassure, bordée du côté ouest par une zone d'épaisseur métrique de roche plus ou moins broyée.


Le miroir de la faille principale, dégagé par l'érosion et formant surplomb, plus au sud, dans la gorge qu'emprunte le sentier peu entre les deux prairies inférieures du Pratcel (vu du nord depuis la lèvre nord-occidentale). (cliché original obligeamment communiqué par Mr. P. Gidon)


Enfin en aval du Pratcel ce couloir de faille ne détermine plus que l'escarpement à regard NW qui est grossièrement suivi par les courts lacet du sentier et, à son pied, la gorge qui échancre en direction de l'est l'Urgonien du pied du Roc de Fitta jusqu'à en montrer le soubasement hauterivien.


Tableau général des pages consacrées aux différents secteurs du chaînon des Hauts de Chartreuse :
Granier col et Porte de l'Alpette
Plateau de l'Alpette, Roc du Pinet col de l'Alpe 
 Saint-Même Aulp du Seuil
Lances de Malissard crête de Bellefond 
vallon et col de Bellefond Chalet de Bellefond 
Sources du Guiers, Trou du Glas Dent de Crolles 
   Cartes du chaînon Crolles - Bellefond
Le versant est du col de l'Alpe et son accès du côté Grésivaudan, depuis Pré Orcel, sont décrits à la page "La Flachère, Barraux".

Carte géologique plus détaillée du plateau de l'Alpette et du couloir tectonique du col de l'Alpe.

L'axe du synclinal chartreux oriental est figuré par un alignement de points noirs


Carte géologique simplifiée (fond topographique d'après la carte IGN au 1/100.000°)
carte géologique au 1/50.000° à consulter : feuille Montmélian

Pinet, Plateau de l'Alpette

Col et Porte de l'Alpette

Chapareillan

Saint- Même LOCALITÉS VOISINES Ste-Marie-du-Mont, La Flachère

Malissard

Aulp du Seuil

Petites Roches
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Chartreuse

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 16/05/16