Raz-de-Bec, Pic Ponsin, col de Rabou

La crête orientale du Dévoluy, au sud du col du Noyer

Le chaînon qui, au sud du col du Noyer, court par le Pic Ponsin jusqu'au sommet des Banards, (crête de Porel) culmine au sommet de Raz-de-Bec. Il représente le fragment le plus méridional de la longue barrière qui limite le massif du Dévoluy du côté oriental. Il est constitué par le Sénonien du flanc est du grand synclinal de Saint-Étienne-en-Dévoluy, disposé en un crêt* qui regarde vers l'est et dont les falaises dominent la vallée du Champsaur.

image sensible au survol et au clic

Le chaînon du Bec de l'Aigle et de Raz-de-Bec vu depuis le sommet du Pic de Bure
s.SE = synclinal de Saint- Étienne ; ØB = chevauchement des Banards ; Sé.i = Sénonien inférieur (Turonien) ; Alb = grès verts albiens
En avant plan : vue plongeante sur les cirques glaciaires du vallon d'Ane et du Vallon Froid qui échancrent profondément la dalle sénonienne de la montagne de Barges.


La régularité de ce crêt est rompue par une faille, bien visible sur son versant occidental, qui le coupe obliquement et détermine la Brèche du Pic Ponsin. Son orientation est NE-SW, comme pour les autres failles transversales des environs de Saint-Étienne, à la famille desquelles elle appartient donc vraisemblablement.

image sensible au survol et au clic

Le flanc est du synclinal de Saint-Étienne, à la latitude de l'Enclus : vue relativement rapprochée, depuis les pentes de La Lauzière (au nord du vallon de Barges).
f.pP= faille du Pic Ponsin


Le rejet de cette faille du Pic Ponsin se caractérise sur la carte par un décalage sénestre des limites stratigraphiques qu'elle recoupe. Toutefois il ne s'agit sans doute pas d'un décrochement car son tracé se poursuit dans le versant est par une faille inverse à vergence sud qui redouble brièvement la barre tithonique au sud-ouest du col du Noyer et s'amortit aux abords du col sans traverser les plis de ce secteur. Il s'agit assez vraisemblablement d'une ancienne faille normale, antérieure à la formation du synclinal de Saint-Étienne, dont le compartiment sud était initialement abaissé. Cette cassure aurait été ensuite déformée et basculée avec le flanc oriental de ce pli, lors de la formation de ce dernier.

image sensible au survol et au clic

Détail du versant ouest des arêtes du Pic Ponsin, au sud du col du Noyer vu du sud-ouest depuis le sommet du Pic de Bure
La faille post-Nummulitique du Pic Ponsin est très visible sur cette vue, un peu plongeante, ici pratiquement dénuée de déformation perspective : la surface de cassure est inclinée vers le sud (vers la droite) et son compartiment méridional (côté droit) est décalé cartographiquement vers l'est.


À son extrémité sud le chaînon du Raz-de-Bec se montre affecté par le chevauchement de Porel : c'est un accident un peu étrange car il fait reposer du Crétacé moyen (marnes albo-cénomaniennes), coiffé de Sénonien, sur le Nummulitique du flanc oriental du val de Saint-Étienne. Les couches chevauchantes forment une galette presque complètement isolée par l'érosion, c'est-à-dire une petite klippe*.

image sensible au survol et au clic

L'extrémité sud-est du Dévoluy proprement dit, vue du SE depuis le point 2146 de la crête de la Montagne de Chaudun (à l'ouest du sommet du Pic de Gleize).
s.SE = synclinal de Saint-Étienne a.Ch= anticlinal de Chaudun ; s.cB = synclinal de Côte Belle.
ØB = chevauchement des Banards (= crête de Porel) ; Ds = surface de discordance du Sénonien ; ØCh = chevauchement de Chétive.


 

La coupe naturelle de l'extrémité méridionale du chaînon que donnent les abrupts méridionaux du col de Rabou montre mieux la géométrie de ce chevauchement qui s'accompagne de crochons* ne laissant aucun doute sur le sens du mouvement.


La crête orientale du Dévoluy (Crête de Porel) entre le sommet de Raz-de-Bec et le col de Rabou vue d'avion, du sud, depuis l'aplomb du Pic des Ruines de Luvie.
La dépression orientale du Dévoluy (synclinal de Saint-Étienne) est ici vue presque d'enfilade. Le rebord d'érosion qui entaille le Sénonien pour mettre à nu les terrains plus anciens dans le massif de Rabou forme les falaises de premier plan qui dominent la rive droite du Petit Buëch et tournent à angle droit pour rejoindre, en arrière-plan droit, la rive gauche du Champsaur.
Le Sénonien et le Nummulitique dessinent les crochons d'un pli-faille, rompu par la surface du "chevauchement des Banards" (ØB), dont l'âge est évidemment post-Oligocène. Un chevauchement mineur, satellite (Øb), redouble les calcaires nummulitiques du Rocher de la Palette
DS = surface de discordance du Sénonien


Or cette galette de Sénonien bascule presque à l'envers et repose sur les couches nummulitiques du versant ouest de la crête par une surface inclinée vers le vallon, de sorte qu'elle est disposée à la façon d'un béret posé sur le côté de la tête.

image sensible au survol et au clic

Le versant ouest du sommet de Raz-de-Bec vu depuis le Clôt du Goutay (route pastorale du col de Rabou).
Le ravin de Loupon suit la surface principale du chevauchement des Banards (ØB), qui est très visiblement inclinée vers la droite (vers l'ouest). La cassure secondaire, Øc visible sur ce versant semble correspondre à celle notée de la même façon sur les clichés du versant oriental (voir ci-après).


Le fait que la surface de ce chevauchement des Banards plonge vers l'ouest (vers l'intérieur du synclinal de Saint-Étienne), c'est-à-dire dans le sens de la vergence* de cet accident est curieusement l'inverse de la géométrie habituelle d'un chevauchement. Cette disposition implique que ce chevauchement s'était déjà formé avant qu'intervienne le plissement et qu'il a ensuite été basculé vers l'ouest avec les couches du flanc oriental du synclinal de Saint-Étienne.

On peut penser que l'effort de serrage cisaillant qui a créé le chevauchement a été induit par l'avancée des nappes de l'Embrunais. Son basculement, et le plissement N-S qui en est la cause, sont très probablement liés au soulèvement final du massif du Pelvoux (plus récent par conséquent). Il est remarquable qu'un dispositif qui semble relever de la même explication s'observe plus au nord dans les pentes orientales de la crête de Faraut (voir la page "Chauffayer") ainsi qu'à la montagne de Gicon.

Cette interprétation s'accorde avec le fait l'on retrouve bien un chevauchement similaire, mais à pendage "normal" vers l'est, sur le versant oriental de la crête de Porel - Raz de Bec. Ce chevauchement du col de Chétive rompt l'anticlinal de Chaudun au niveau du Tithonique et des Terres Noires (voir page "Chaudun"). On peut donc penser qu'il s'agit de la même cassure, tordue de façon antiforme* (schéma interprétatif en bas de page).

image sensible au survol et au clic

Le versant est de la crête de Porel - Raz de Bec, vu des pentes nord- septentrionales du Pic Mélette.
ØB = chevauchement principal des Banards (le tracé dans le ciel, sur la droite matérialise l'hypothèse selon laquelle il se prolonge vers l'est par le chevauchement du col de Chétive (voir page "Chaudun"), au prix d'une torsion antiforme.
Øb, Øc = chevauchements satellites secondaires.
DS = surface de discordance du Sénonien ; A.gr = grès verts de l'Albien supérieur ; Sé.i = Sénonien inférieur (Turonien).


L'examen plus détaillé des excellents affleurements de ce secteur montre en outre que le chevauchement principal s'accompagne de failles inverses satellites, visibles sur les deux versants de la crête.

image sensible au survol et au clic

Détail du versant est de la crête de Porel, vu des pentes nord- septentrionales du Pic Mélette.
ØB = chevauchement principal des Banards ; Øb, Øc = chevauchements satellites secondaires ; Sén.i = Sénonien inférieur (Turonien).



 


Coupe de l'extrémité sud-est du Dévoluy
par M.GIDON (extrait de la légende de la carte au 1/50.000° Saint-Bonnet)
légende des couleurs
(Ø = chevauchement des Banards)

 


Carte géologique simplifiée du Dévoluy oriental
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074

cartes géologiques à 1/50.000° (*) à consulter : feuille Saint-Bonnet

Saint-Disdier

Saint-Etienne en Dévoluy

col du Noyer
Bure est LOCALITÉS VOISINES (Saint-Bonnet en Champsaur)

Matacharre

Rabou nord

Chaudun - Chétive
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section Dévoluy

début de la page

sommaire de GEOL_ALP
Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 9/08/16