Pont-du-Fossé, Le Palastre

la vallée du Drac entre le Champsaur et le confluent Drac Blanc - Drac Noir

Le village de Pont-du-Fossé se situe à l'endroit où la vallée du Drac s'épanouit vers l'aval en débouchant de la vallée étroite du Champoléon, pour entrer dans le haut Champsaur (voir la page "Chabottes"). En rive gauche il est dominé par les pentes les plus nord-occidentales des montagnes de l'Embrunais, au sens géologique (voir la page "Petite Autane"). En rive droite le village de Saint-Jean - Saint-Nicolas est installé au pied des abrupts du Palastre, formés par la barrière des Grès du Champsaur qui ferme la dépression du Champsaur sur son versant nord (voir la page "Chaillol 1600").

image sensible au survol et au clic

La vallée du Drac à Pont du Fossé, vue du NE depuis les pentes méridionales du Roc d'Alibrandes.
f.Co = faille de la Coche ; f.pF = faille de Pont-du-Fossé.
n.P = nappe du Parpaillon ; u.Pi = unité subbriançonnaise de Piolit (Terres Noires à Crétacé supérieur) ; sBi = unité subbriançonnaise inférieure (flysch noir et lentilles de calcschistes néocrétacés) ; Nol = formation olistolitique autochtone (schistes pélitiques noirs à lentilles et blocs de grès et calcschistes nummulitiques + lentilles de calcschistes crétacés).


Entre Pont-du-Fossé et le confluent du Drac Blanc et du Drac Noir (village des Garnauds) on quitte le Champsaur pour pénétrer dans le Champoléon. Ce tronçon intermédiaire de la vallée du Drac est orienté sensiblement NE-SW et ses deux rives sont assez dissemblables : en effet les Terres Noires et le Bajocien affleurent jusqu'assez en amont du chef-lieu de Pont-du-Fossé en rive droite, alors que, en rive gauche, le Nummulitique affleure encore au niveau du lit du Drac nettement en aval du village.

image sensible au survol et au clic

Le confluent du Drac Blanc (du Champoléon) et du Drac Noir (d'Orcières), vu du sud depuis les pentes septentrionales de la Petite Autane.
ØuD = surface de chevauchement des écailles ultradauphinoises de Soleil Bœuf, etc ... (leur autochtone affleure en arrière-plan) ; ØSB = surface de chevauchement des lambeaux charriés subbriançonnais ; ØH = surface de chevauchement de la nappe de flysch à Helminthoïdes (du Parpaillon).
f.M = faille de Méollion (elle traverse le Drac Blanc au village des Eyrauds et se transforme en chevauchement (ØuD) plus à l'ouest, dans les pentes de La Pousterle) ; f.C = faille de la Coche ; f.pF = faille de Pont-du-Fossé. Ces deux dernières failles, orientées N40, sont des décrochements dextres.


Cette disposition est due à ce que le Drac suit, à peu de chose près, le tracé d'un faisceau de failles parallèles, orientées NE-SW, à rejet de décrochement dextre. Elles représentent l'émergence, à la marge sud-orientale du massif du Pelvoux, du faisceau de failles du vallon de Méollion.

La faille de la Coche tranche le versant de rive droite en passant au village de ce nom en abaissant sa lèvre sud-orientale, constituée par le large panneau de Nummulitique qui domine le Drac de ses abrupts. Vers l'amont de la vallée les couches basales de ce Nummulitique, transgressives sur le Bajocien, s'abaissent doucement, d'ouest en est, jusqu'au lit du Drac (qu'elles atteignent entre le confluent des deux Dracs et le village des Ricoux en rive gauche). Vers l'aval cette faille se perd sous les alluvions fluviatiles mais l'orientation de son tracé le conduit à passer peu au nord de Pont-du-Fossé, pour rejoindre vraisemblablement le tracé de la suivante.

La faille de Pont-du-Fossé détermine le cours du Drac entre le village des Garnauds et Pont-du-Fossé. Elle passe peu à l'est du chef-lieu, entre les hameaux des Aymes et de Costillon, abaissant le Nummulitique presque jusqu'au niveau du lit du Drac sur cette rive ; puis elle longe (sous son talus d'éboulis) le pied des escarpements de la Petite Autane pour passer peu à l'est de Saint-Léger-les-Mélèzes.

Concernant ces deux failles, compte tenu du pendage vers l'E des couches des grès d'Annot, le rejet vertical d'abaissement de leur lèvre SE correspond sans doute à un rejet horizontal dextre ; il est en outre probable qu'elles se réunissent en une seule au SE de Pont du Fossé.
Au delà de Saint-Léger-les-Mélèzes, l'importance de la couverture quaternaire ne permet que des conjectures quant au prolongement en Gapençais des failles de La Coche et de Pont du Fossé : leur direction suggère qu'elles puissent passer entre le Puy de Manse et la montagne de Chatégré, sensiblement au village de La Rochette (voir la page "Col de Manse"). Au delà on est tenté de les voir se poursuivre entre Gap et Rambaud par la faille des Fauvins, mais cette interprétation se heurte au fait que le rejet cartographique de cette dernière est non pas dextre mais sénestre.

Du côté septentrional de la vallée du Drac les pentes de Saint-Jean sont dominées par le sommet du Palastre. Ce point culminant de l'éperon rocheux qui s'élève depuis Pont-du-Fossé en direction du Vieux Chaillol est le dernier ressaut des abrupts de grès du Champsaur qui bordent la dépression du haut Champsaur du côté septentrional ; il y domine le talus de Terres Noires autochtones de Saint-Jean - Saint-Nicolas.

image sensible au survol et au clic

Le versant occidental du Palastre vu du sud, depuis les pentes dominant Pont-du-Fossé, entre Saint-Léger-les-Mélèzes et la Petite Autane.
ØuD = chevauchement de l'écaille ultradauphinoise de Soleil-Boeuf ; ØPa = chevauchement du Palastre (noter la charnière en crochon* synclinal dans le compartiment chevauché, à l'aplomb du sommet) ; ØP = chevauchement de la Pousterle (voir la page "Pousterle") ; D = surface de transgression discordante du Nummulitique (en orange) ; niv.arg. = niveau de schistes argileux supérieurs dans les grès du Champsaur nummulitiques.


Ce petit sommet a la structure d'un crêt* à regard ouest, dont les abrupts offrent une coupe naturelle de la succession nummulitique : elle montre bien la disposition des gros bancs de grès que séparent des vires argileuses plus ou moins importantes selon le niveau (voir le cliché à la page "roches sédimentaires"). Elle montre aussi avec une grande évidence la présence d'un chevauchement, par faille inverse avec crochon*, dont la surface de cassure recoupe la crête peu au nord du sommet. Ce chevauchement du Palastre appartient à la même famille de déformations que les chevauchements du Queyrel et de Barbeyroux qui affectent de la même façon les couches nummulitiques plus au nord-ouest (voir aussi la page "Queyrel")

image sensible au survol et au clic

Le versant nord-ouest du Palastre
ØuD = chevauchement de l'écaille ultra-dauphinoise de Soleil-Boeuf ; ØP = chevauchement du Palastre.
Le sentier d'accès par ce versant emprunte les vires successives déterminées par les passées de schistes argileux séparant les volées de bancs de grès. Le puissant niveau de schistes situé dans partie haute de la succession bute contre les grès remontés par le chevauchement du Palastre qui coupe les couches selon un biseau aigu, très typique d'une faille inverse*.


Le revers nord-est de la montagne supporte, dans les pentes en amont des Richards, le chevauchement des terrains jurassiques marneux de la partie la plus orientale de l'écaille ultradauphinoise de Soleil-Boeuf, terrains que l'on retrouve d'ailleurs en chapeau au sommet du Palastre lui-même (ils y forment une petite klippe).

image sensible au survol et au clic

Le versant oriental du Palastre, vu de l'est depuis la butte 1799 au NE des Richards.
ØuD = surface de chevauchement de l'unité ultradauphinoise de Soleil-Bœuf : l'inflexion vers le bas que dessine son tracé, à droite du sommet du Palastre, est due en réalité au glissement en masse des Terres Noires à la surface des bancs de grès du Champsaur (ces derniers sont inclinés en direction de l'observateur).
La crevasse E-W ouverte à droite du piton 2049 correspond au début de l'arrachement d'une dalle de grès par glissement couches sur couches (selon l'inclinaison de ces bancs) ; en effet il ne lui correspond aucun rejet dans les couches du versant ouest.
Les alluvions glaciaires sont d'origine locale et ont été abandonnées par une petite langue glaciaire dont on voit la moraine de rive droite (celle de rive gauche se développe en contrebas de la cabane de la bonne Herbe)


Du côté septentrional de la vallée du Drac les pentes dominant Pont-du-Fossé sont celles de la Petite Autane (voir la page "Petite Autane"). Elles se caractérisent par le fait que les terrains autochtones y disparaissent sous un empilement d'unités charriées qui appartiennent aux nappes de l'Embrunais (voir la page "Embrunais").

image sensible au survol et au clic

La rive gauche du Drac, immédiatement en amont de Pont-du-Fossé, vue de Saint-Nicolas.
ØE = surface de base des nappes de l'Embrunais ; sBi = unité subbriançonnaise basale (flysch noir emballant des lames de calcschistes du Crétacé supérieur) ; u.Pi = unité de Piolit (Terres Noires à Crétacé supérieur : voir la page "Piolit") ; n.P = nappe du Parpaillon ; f.Ga = faille du Gariveau.


image sensible au survol et au clic

Le versant nord de la Petite Autane, vu de Saint-Jean, en rive droite du Drac.
f.pF = faille de Pont-du-Fossé (partagée en deux branches parallèles : "a" et "b") ; f.G = faille du Gariveau ; ØE = surface de base des nappes de l'Embrunais ; sBi = unité subbriançonnaise basale (flysch noir emballant des lames de calcschistes du Crétacé supérieur) ; u.Pi = unité de Piolit (Terres Noires à Crétacé supérieur : voir la page "Piolit") ; n.P = nappe du Parpaillon.


voir les aperçus généraux sur le Champsaur et sur le Champoléon  

N.B. : Dans le découpage géographique du site geol-alp la localité de Pont-du-Fossé se trouve au point de rencontre entre trois sections : la section "Embrunais" (rive gauche et vallée du Drac Noir), la section "Oisans" (rive droite et vallée du Drac de Champoléon) et la section "Drac" (partie aval de la vallée), ; c'est à cette dernière que l'on a finalement (mais assez arbitrairement) rattaché la présente page.


cartes géologiques à 1/50.000° (*) à consulter : feuille Orcières.


Carte géologique simplifiée du Champsaur oriental et du Bas Champoléon
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074



Chaillol 1600

(Pousterle)

(Méollion)
Chabottes

LOCALITÉS VOISINES

(Orcières)

(col de Manse)

(Petite Autane)

(Grande Autane)
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Drac

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 31/05/17