La montagne de la Blanche et de La Rouya

(rive nord de la Gérendoine à l'ouest de Vallouise)

Au nord de la vallée de l'Onde (= Gérendoine d'Entre-les-Aigues) les pentes qui s'élèvent vers l'ouest, depuis Puy Aillaud jusqu'à la crête de la Rouya, sont presque entièrement constituées par les couches nummulitiques autochtones. Elles en tapissent le versant, bien que l'érosion en ait déblayé ici la majeure partie, à la différence de ce qui a lieu au sud de la vallée de l'Onde, où l'épaisse succession des grès du flysch du Champsaur forme la Pointe de l'Aiglière. Ici elle a surtout conservé leurs marnes et calcaires basaux qu'elle a d'ailleurs dénudé assez largement en dalles structurales*.

image sensible au survol et au clic

Les pentes de rive droite de la vallée du Gyr (face aux villages de Pelvoux), vues du NE, depuis le sommet de La Condamine. (cliché original obligeamment communiqué par Mr. A. Dufour).
Ng = flysch gréseux ; Ncs  = Calcaires et calcschistes de la partie inférieure du Nummulitique.
f.rF = faille du Rif du Fraysse : elle limite du côté NW l'accident d'Ailefroide, que souligne une bande de couches jurassiques (spa = surface de la pénéplaine anté-triasique).


Ce sont aussi les niveaux basaux (calcaires) de ces couches, faiblement pentés vers l'est et isolés en un petit chapeau (une butte-témoin*), qui forment le sommet même de La Blanche : cette situation et leur disposition à cet endroit conduisent à imaginer sans peine que, plus au nord-ouest, ces mêmes couches ont dû originellement coiffer également d'une dalle sub-horizontale les roches cristallines, peu au dessus des crêtes actuelles de Clouzis et du Pelvoux.

image sensible au survol et au clic

La partie orientale du massif du Pelvoux à la latitude de Vallouise, vue d'avion, du sud, depuis l'aplomb de la crête de Reychard (cliché original obligeamment communiqué par M. Alexandre LAMI)
f.G = faille des Grésourières ; aA = accident d'Ailefroide (dans la moitié gauche du cliché cet accident est masqué par la crête de la Blanche) ; ØG = chevauchement de l'écaille des Grangettes ; ØR = chevauchement du Pic du Rif (ces deux derniers accidents sont anté-nummulitiques).
La coupe naturelle de ce versant de la montagne permet de bien visualiser l'arrondi, en demi coupole (symbole de charnière) que décrit la surface du socle cristallin (tirets jaunes), enveloppée par les couches nummulitiques, pour plonger sous la surface frontale des nappes internes (ØSB = chevauchement du sub-briançonnais) au niveau des villages de Pelvoux.



Dans les pentes les plus élevées de la montagne l'érosion a entaillé en zig-zag, au gré des ravins, la surface de transgression* du Nummulitique, ce qui a mis en évidence le traces d'une tectonique syn-sédimentaire et de phénomènes de collapse* associés à des dispositions sédimentaires de détail liées à la présence de ces accidents. Le sommet de La Rouya est, un peu comme celui  de La Blanche, coiffé par un chapeau formé par les seuls calcaires nummulitiques mais, du fait du pendage plus fort, l'érosion ne l'a pas totalement séparé des calcaires qui affleurent plus bas dans le versant.


image sensible au survol et au clic
Le versant oriental de La Rouya vu du sud, depuis la crête du Chastellet
interprétation à l'aide du schéma ci-après (la faille fa voit son tracé interrompu en raison de son cachetage* par les calcschistes (marnes) du Nummulitique)


Coupe du versant est de La Rouya (figure extraite de la thèse de A. Lami,1988)
(exemple de paléopentes et de tectonique synsédimentaire au Nummulitique sur la façade orientale du Pelvoux).
Les fractures Fa et Fb ont une direction N 170, un regard E et un rejet vertical de failles normales ; elles sont accompagnées localement de fractures conjuguées telles que Fa' qui permettent I'individualisation de petits horsts (h).



Concernant la figure ci-dessus, on peut résumer l'histoire des dépôts de la manière suivante :
1) La faille Fa joue (ou rejoue s'il s'agit d'un accident hérité), décalant le socie et les produits de démantèlement (conglomérats) qui le recouvrent ici.
2) Les Calcaires nummulitiques se déposent, avec une base nettement détritique; noter ici leur amincissement vers l'Ouest (de a vers b); par ailleurs, ils montrent aussi un passage latéral très rapide vers l'Est aux couches à discocyclines qui scellent localement la faille Fa et s'intriquent dans les mames nummulitiques auxquelles elles font très rapidement place en contrebas de l'accident;
3) La faille Fb décale les premiers dépôts; les calcaires nummulitiques disparaissent entre a et Fb, par un processus soit d'érosion sous-marine le long d'un chenal, soit de glissement en masse qui entraîne l'apparition d'une niche d'arrachement; I'approfondissement qui va de pair avec le jeu de Fb (et le jeu local de Fa et Fa', dans l'arrière plan de la figure) est tel que ce sont directement les lumachelles à discocyclines qui se déposent contre le miroir de faille Fb; un peu sableuses au contact du socle, elles passent en quelques dizaines de mètres à des marnes (dans lesquelles se rencontrent des lentilles de calcaires argileux à discocyclines) qui s'appuient directement contre la tranche des calcaires en a ;
4) La sédimentation marneuse prend rapidement le pas dans tout ce secteur et ennoie directement les hauts-fonds qui subsistaient.

Par ailleurs, on observe des olistolites à l'Est de Fa ; ce sont des bancs de calcaires à discocyclines (c), qui se diluent dans les marnes en se fragmentant latéralement, et des bancs de calcaires à nummulites, lités, plus ou moins bréchiques (d); tous ont manifestement glissé pratiquement d'Ouest en Est, pour s'immobiliser là où l'affaissement provoque une nette dilatation des marnes nummulitiques.

Enfin, les bancs gréseux qui marquent le début de la formation détritique terminale (Grés du Champsaur) s'avancent vers l'ouest en onlap et se disposent en éventail (crête du Chastellet): il subsiste donc encore à cette époque une paléopente, toujours ascendante vers l'Ouest.

 

image sensible au survol et au clic

Détails des pentes de la Dent du Lac (versant est de la Rouya) vus du sud, depuis la crête du Chastellet
interprétation à l'aide du schéma ci-dessus (points a et b)


Plus au sud, les abrupts méridionaux de La Blanche, qui tombent sur la vallée de l'Onde dans le quartier des Grésourières, sont traversés à flanc de pente par une faille d'orientation N60, à fort pendage vers le sud.

image sensible au survol et au clic

Le versant sud-est de la Blanche, devant le chaînon du Pelvoux vus d'avion, du sud-est, depuis l'aplomb de Vallouise (cliché original obligeamment communiqué par M. Alexandre LAMI)
D (tirets jaunes) = surface de transgression (discordante) du Nummulitique ; f.G = faille des Grésourières
le détail de la partie centrale de ce cliché est figuré en fin de page.


Cette faille des Grésourières a fonctionné au cours de la sédimentation nummulitique car elle porte, en placage, des calcaires nummulitiques qui passent, vers le bas, à une jupe de conglomérats dont l'épaisseur s'accroît progressivement vers le bas des pentes.
Cette faille a rejoué en décrochement post-nummulitique car elle décale dans le sens dextre les limites des termes de la succession nummulitique (et notamment la base du flysch gréseux).

image sensible au survol et au clic

Les ravins du versant sud de la Blanche vus d'avion, du sud, depuis l'aplomb des Grésourières (vallée de l'Onde) (cliché original obligeamment communiqué par M. Alexandre LAMI)
D (tirets jaunes) = surface de transgression (discordante) du Nummulitique ; f.G = faille des Grésourières


 

 Carte des affleurements du versant sud de La Blanche

extrait de la thèse de A. Lami,1988 (présentation légèrement retouchée)

Fg = faille des Grésourières : Fa et Fb = failles N-S de la Rouya (cf figures ci-dessus)

Légende des figurés (de haut en bas de la légende) :
- Flysch
- Olistolites
- marnes nummulitiques
- calcaires nummulitiques
- "assise détritique" (brèches et conglomérats)
- "couches infranummulitiques" (dépôts paléogènes lacustres ou continentaux)
- cristallin


Ce décrochement traverse, en le décalant, la surface frontale de charriage des nappes internes car le tracé de cette dernière saute d'une rive à l'autre de la vallée du Gyr, moins de un kilomètre au sud de Saint-Antoine de Pelvoux, précisément là où devrait passer son tracé s'il n'était masqué par les alluvions quaternaires.

Du côté ouest on en suit le tracé jusqu'à Béassac (où il débouche au sommet du cône de déjections du Riou Cassou). Il doit alors longer le pied des escarpements puis traverser la vallée de l'Onde très en biais, vers 1500 m d'altitude.

image sensible au survol et au clic

La partie extrême orientale du chaînon des Bœufs Rouges, vue du sud - sud-est (dans l'axe du vallon de la Selle), depuis le col de Bouchiers.
f.RF = faille du Rif du Fraysse (cassure majeure de l'accident d'Ailefroide) ; les tirets jaunes soulignent la surface de base du Nummulitique (décrochée dans le sens dextre par la faille des Grésourières, qui court dans le versant de rive gauche de la vallée de l'Onde)
Le tracé de la faille des Grésourières (indiqué très approximativement) s'abaisse à flanc de versant pour rejoindre le fond du vallon de la Gérendoine en amont de Béassac.

Au delà, le tracé de la faille des Grésourières passe vraisemblablement sous les alluvions, jusqu'aux abords d'Entre-les-Aygues, car il n'y a pas d'indice qu'il se prolonge sur l'autre rive de la vallée en aval de ce point. Par contre on observe au sud-ouest d'Entre-les-Aygues, à l'entrée même du vallon de la Selle, une cassure qui se place bien dans son prolongement : elle détermine le ravin méridional de la Grande Côte, puis traverse en écharpe le flanc nord de la crête orientale de Malamort. La pertinence de ce raccord (qui n'est pas figuré sur la carte géologique au 1/50.000°, feuille Saint-Christophe-en-Oisans) est fortement confirmée par le changement de constitution du socle cristallin, qui est formé de granite au nord et de gneiss au sud de cette faille. De plus cette faille preque W-E semble bien sectionner la cassure presque N-S qui passe par la brèche de l'Amirée Bruyère (à l'ouest du point 2908 de la crête orientale de Malamort). Ceci suggère que cette dernière pourrait représenter le prolongement méridional de l'accident d'Ailefoide, interrompu par le décrochement au débouché sud du ravin du Rascrouset et décalé dans le sens dextre de la caleur correspondant au rejet de la faille des Grésourières : cette hypothèse est effectivement confirmée par l'étude du secteur des sources du Drac Blanc (voir la page "Rouite").

Plus à l'ouest cet accident des Grésourières se poursuit jusqu'à la brèche des Bruyères (entre Pic de Bonvoisin et Pic de Malamort) et se prolonge au delà par la faille de Chabournéou (voir la page "Jocelme"). Or cette cassure qui limite du côté nord le bloc cristallin du Sirac, a comme celle des Grésourières, un rejet dextre : celui-ci est en effet attesté par le fait qu'elle joue, vis à vis de ce bloc, le rôle d'une rampe latérale* permettant l'avancée de ce bloc sur le contenu sédimentaire du synclinal de Morges. En définitive la faille des Grésourières s'avère donc n'être sans doute pas un détail purement local mais correspondre à un élément majeur de la déformation alpine post-nummulitique de la marge Sud-est du massif du Pelvoux.


Voir l'aperçu général sur la bordure orientale du Massif du Pelvoux

 


carte géologique au 1/50.000° à consulter : feuilles Saint-Christophe en Oisans et Briançon


Mont Pelvoux

vallée d' Ailefroide

vallon de Chambran
Bœufs Rouges

LOCALITÉS VOISINES

(Vallouise)

vallon de La Selle

vallon du Fournel

(Oréac ; Les Têtes)
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Oisans

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 22/10/16