Grande Sassière, vallon de la Sassière
le versant français de la crête frontière à la latitude de Tignes

La montagne de la Grande Sassière, qui culmine à 3747, est le sommet le plus élevé de la frontière franco-italienne en haute Tarentaise. Elle est entièrement constituée de schistes lustrés, que les auteurs récents attribuent à deux nappes superposées, en haut celle de la Sassière et en bas celle de Méan Martin. C'est cette dernière qui héberge les lentilles de "roches vertes" (ici des prasinites) que l'on distingue fort bien dans la face qui domine le vallon de la Sassière.

image sensible au survol et au clic

Le versant méridional de la Grande Sassière vu des chalets de la Sassière (peu en amont du Saut).
n.Sa = nappe de la Sassière ; n.MM = nappe de Méan Martin ; ØSL = surface de chevauchement basale des nappes de schistes lustrés ("ligures")


Le soubassement des ces nappes affleure en rive gauche de ce vallon (voir la page "Franchet") où, bizarrement, les schistes lustrés ne couvrent pas une grande surface et sont exclusivement attribués à l'unité supérieure.

image sensible au survol et au clic

Le versant sud-occidental de la montagne de la Grande Sassière vu du sommet du téléphérique de la Grande Motte.
L'avant plan (montagne de la Tovière), qui appartient à la rive gauche la vallée de l'Isère a été surchargé d'un voile clair, pour ne pas le confondre avec les pentes de rive droite (pour la partie basse de ces dernières, voir les pages "Tignes-Chevril" et "Franchet".

n.Sa = nappe de la Sassière ; n.MM = nappe de Méan Martin ; ØSL = surface de chevauchement basale des nappes de schistes lustrés ("ligures") ; ØS = chevauchement du Saut (prolongement oriental vraisemblable de celui de La Sache) ; f.Ch = faille du Chevril ; f.Da = faille de la Davie.


Si la coupe de la rive nord du vallon de la Sassière montre une géométrie fort simple (voir plus loin dans cette page) il n'en est pas de même dans le versant ouest de la montagne, au nord-ouest des chalets ruinés du Saut. La surface basale de l'unité de la Sassière proprement dite s'y prolonge en conservant un pendage assez modéré vers le nord ; par contre l'unité inférieure s'y termine par des replis et des imbrications, tous déversés vers le sud-est, qui impliquent des lames du socle cristallin du Mont Pourri. Ce dispositif complexe est lié à un mouvement de rétro-chevauchement vers le sud-est, dans lequel l'accident basal, désigné ici du nom de "chevauchement du Saut" se connecte au niveau des Brévières (par l'intermédiaire de la faille du Chevril) avec le "chevauchement de la Sache" de la rive opposée de la vallée de l'Isère (voir la page "Brévières").
En outre ce dispositif renversé est recoupé par le faisceau de failles NW-SE des Brévières (auquel appartient la faille du Chevril). La plus orientale, nommée ici faille de La Davie, a un rejet vertical de surhaussement de sa lèvre nord-orientale, ce qui a pour effet de ne plus laisser affleurer le cristallin rétrochevauchant que sous forme de deux klippes, l'une isolée au sommet de la crête de Doumé et l'autre (plus petite) sur le revers ouest de la crête de la Plate des Chamois.

Un des traits remarquables de ce versant est constitué par les affleurements de marbres de la Revirette et du Rocher de la Davie, qui tranchent par leur couleur claire. Ces marbres, attribués au Jurassique supérieur, s'appuient en contact stratigraphique sur le socle cristallin qui affleure plus à l'ouest. Ces affleurements peuvent être considérés comme les symétriques, d'une rive à l'autre de l'Isère, de ceux du versant nord du vallon de la Sache (voir la page "Brévières").

Plus au nord les échines encadrant le vallon de Nant Cruet montrent deux autres témoins du socle du massif du Pourri. Ils reposent très clairement en klippes* sur les schistes lustrés de la nappe de la Grande Sassière et témoignent donc sans ambiguïté de la tectonique de charriage vers le sud-est (="rétro-charriage") qui régit les rapports entre les unités tectoniques de ce secteur.

Du côté sud de la montagne le fond du vallon de la Sassière laisse apparaître de place en place, sous les éboulis et les alluvions fluviatiles, le soubassement de l'Unité de la Sassière, c'est-à-dire les quartzites du Saut, recouverts de leur couverture calcaire très réduite.

image sensible au survol et au clic

Le fond du vallon de la Sassière : sa rive gauche vue du sentier du col de Rhêmes - Golette.
ØSL = chevauchement des schistes lustrés ; n.Sa = nappe de schistes lustrés de la Sassière ; ØSL = chevauchement des schistes lustrés ; u.Ts = unité de la Tsanteleina ; ØS = prolongement vraisemblable du chevauchement du Saut (vergence de la droite vers la gauche) ; f.RC = faille Rhêmes - Chardonnet.
Remarquer l'aspect déchiqueté de la crête de l'Aiguille du Dôme, qui n'a, en rien, la forme suggérée par son nom


En rive gauche (sud) du vallon et en amont (très peu avant le lac de la Sassière) ces couches disparaissent en s'enfonçant sous la klippe de schistes lustrés qui forme la Pointe de Picheru.
La rive sud du lac est formée par les basses pentes septentrionales du chaînon Dôme - Bailletta ; les couches y pendent vers le nord car on est là dans le flanc nord de l'anticlinal du Franchet. Mais entre l'unité ligure de Picheru et son soubassement briançonnais (essentiellement formé par les quartzites du Dôme, appartenant à l'unité du Fornet) s'intercale une bande de matériel bréchique (jurassique et crétacé) qui appartient à l'unité de la Tsanteleina et prolonge en continuité les affleurements de celle-ci vers l'ouest. Dans cette direction l'épaisseur de cette lame intermédiaire se réduit progressivement, sans doute par laminage, jusqu'au pied nord de l'Aiguille du Franchet (la Combe du Mont), de sorte que l'on ne trouve plus d'affleurements de ses brèches au delà de ce point.

 On peut toutefois considérer comme vraisemblable que cette lame tectonique se prolonge vers le nord-ouest par la lame de schistes permiens et de calcschistes crétacés qui repose, en situation analogue, sur le dos des unités briançonnaises au nord du Saut, par l'intermédiaire du chevauchement du Saut (voir plus haut dans la présente page)

 



Carte géologique simplifiée des abords de la Grande Sassière

redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
plus au nord ;
plus à l'ouest < cartes voisines > plus à l'est
plus au sud
Autre découpage de la même carte, par coupures moins agrandies et couvrant des secteurs plus larges

aperçu général sur la Vanoise
cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Tignes

Brévières ; Savinaz

Arbine ; Le Clou

Tignes - Chevril

LOCALITÉS VOISINES

Franchet

Dôme ; Fornet

Tsanteleina
.

accueil section Vanoise

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 4/11/16