Roc Cornafion, Crête des Crocs

Crête orientale du Vercors entre col Vert et col de l'Arc

La crête qui court du nord au sud depuis le col de l'Arc jusqu'au col Vert est jalonnée par les trois sommets successifs de la Crête des Crocs, des Rochers de l'Ours et du Roc Cornafion. Elle présente des difficultés particulières d'exploration structurale ; en particulier la grande hauteur des abrupts urgoniens orientaux du Roc Cornafion et surtout des Rochers de l'Ours est difficile à analyser du fait que cette formation est trop massive pour qu'on puisse en suivre les strates, lesquelles y sont orientées peu obliquement à la pente topographique (voir cliché, plus loin dans cette page).

L'analyse qui en est donnée ci-après est assez différente de tout ce qui avait été publié antérieurement : elle découle de l'examen attentif de photos prises depuis divers points de vue, notamment lors de plusieurs survols pratiqués par l'auteur du site, en complément des observations au sol.

Pour l'essentiel la structure est surtout marquée par l'interférence de deux éléments :

1- le sectionnement des couches du flanc oriental du synclinal de la Fauge par le chevauchement de Saint-Ange, dont la surface de cassure traverse l'arête faîtière entre Rochers de l'Ours et Crête des Crocs.
image sensible au survol et au clic

Le versant sud-ouest du Roc Cornafion, dominant le vallon de la Fauge, vu du sud-ouest, d'avion, depuis l'aplomb des pentes de la Cote 2000.
s.C = synclinal du Cornafion ; ØsA = chevauchement de Saint-Ange ; f.rO = faille des Rochers de l'Ours (faille verticale à compartiment ouest surélevé) ; f.Bn = faille du Bacon (faille verticale à compartiment nord abaissé : ces deux failles se terminent en convergeant au pied W du sommet des Rochers de l'Ours.

2- le redressement des couches de la lèvre sud (apparemment chevauchée) de cet accident et notamment de la barre urgonienne, qui devient verticale et qui se renverse même vers l'ouest au nord du sommet du Cornafion ; cela dessine ainsi un pli secondaire, très déversé vers l'ouest, le synclinal du Cornafion, qui n'est qu'un simple rebroussement des couches du flanc oriental du synclinal de la Fauge (voir la page "La Fauge").

image sensible au survol et au clic

La crête orientale du Vercors au niveau du Roc Cornafion : vue d'enfilade du sud, d'avion (depuis l'aplomb approximatif du col Vert).
ØM = chevauchement du Moucherotte ; ØsA = chevauchement de Saint-Ange ; s.C = synclinal de Cornafion (en jaune-verdâtre) : les deux dessins de charnières correspondent à la même, décalée par la perspective de l'une à l'autre des deux coupes naturelles transverses au pli (observer en outre le renversement complet des couches de son flanc oriental au nord du Roc Cornafion) ; f.Bn = faille du Bacon (masquée derrière les Rochers de l'Ours) ; f.rO = faille verticale des Rochers de l'Ours ; f.c = faille mineure, de chevauchement, de l'arête sud du Roc Cornafion.
comparer avec la coupe ci-dessus.

Mais une particularité du relief de la crête s'ajoute à ce rebroussement des couches pour suggèrer que ce synclinal correspond à un crochon* de chevauchement.

En effet l'Urgonien du flanc oriental de ce pli ne forme pas, du côté est de la crête, une falaise, comme d'ordinaire : la surface topographique y est presque plane et inclinée à environ 45° vers l'est, sans ressauts liés à la stratification. Cet aspect particulier de dalles structurales juste corrodées par l'érosion se prolonge depuis les Rochers de l'Ours en passant par le col Vert jusqu'à l'extrémité des Rochers du Ranc des Agnelons, mais sans affecter, plus au sud, les arêtes du Gerbier (voir la page "Col Vert").


image sensible au survol et au clic

Détails du versant est du sommet du Roc Cornafion : vue d'avion rapprochée, du SE
s.C = synclinal du Cornafion : on voit que dans le compartiment droit (septentrional) cette charnière est abaissée et décalée vers la droite ; f.rO = faille verticale des Rochers de l'Ours : elle est vue presque d'enfilade ; f.B = faille du Bacon ; ØsA = chevauchement de Saint-Ange.
Les dalles du versant est de la crête Cornafion - Rochers de l'Ours correspondent sans doute à la surface, mise à nu par l'érosion et à peine corrodée, d'un chevauchement.
Elles correspondent presque (surtout dans la partie supérieure de l'abrupt) à des surfaces de couches (dont l'attitude est indiquée par trois petits croquis perspectifs) mais leur orientation est très oblique par rapport à celle du chevauchement de Saint-Ange.

S'il est donc très plausible d'interpréter ce relief comme le résultat de la dénudation par l'érosion d'une surface tectonique de chevauchement vers l'ouest, il s'avère toutefois que, contrairement à ce que l'on a admis jusqu'à ce jour, le chevauchement de Saint-Ange ne saurait être responsable par un tel processus de la formation du synclinal du Cornafion.

En effet l'azimut de cette surface de chevauchement dénudée, qui est N 20 au Sud, passe à N 40 à la latitude des Rochers de l'Ours, alors que l'azimut du chevauchement de Saint-Ange est de l'ordre de N120 (c'est-à-dire pratiquement orthogonal) et son pendage beaucoup plus modeste. Ces deux surfaces ne se prolongent donc pas et celle de Saint-Ange se dispose en fait presque transversalement au synclinal du Cornafion, comme si elle le tranchait obliquement.

Par contre c'est sans doute à la surface du chevauchement de l'Éperrimont, qui est orientée de la même façon que l'axe du synclinal (voir la page "Éperrimont") qu'il faut rapporter le glacis du revers est de la crête.

Il apparaît donc qu'à cette latitude, il y a une sorte de discontinuité (avec changement de style de déformation) entre les structures qui y parviennent les unes du nord et les autres du sud.

image sensible au survol et au clic

Le versant est de la crête des Crocs : détails, vus de l'est, d'avion, depuis l'aplomb de Saint-Paul de Varces .
s.C = synclinal du Cornafion (son axe est presque orienté comme le versant au Bachasse) ; ØsA = chevauchement de Saint-Ange ; ØS = surface de chevauchement satellite (lambeau tectonique d'Urgonien en flanc inverse).
f.rO = faille des rochers de l'Ours ; f.Bs = faille du Bachasse ; f.Bn = faille du Bacon (coulissement dextre) : cette faille tranche la charnière du synclinal du Cornafion, qui n'existe plus dans le compartiment septentrional (à droite) où l'on retrouve cependant les couches du coeur de ce pli (Lumachelle à Sénonien) ; f.sA, f.nA = failles sud et nord du col de l'Arc.
N.B. : de part et d'autre du saillant rocheux du Bachasse le dessin de la charnière du synclinal du Cornafion est inversé. Cela résulte du changement d'orientation de la surface topographique qui la coupe : dans les deux cas le cœur du synclinal est du côté ouest c'est-à-dire à l'intérieur du versant de la montagne.


À ces deux premières constatations s'ajoute le fait que le versant oriental de la crête est traversé en biais par deux failles sub-verticales, la faille du Bacon et la faille des Rochers de l'Ours, dont les tracés sont peu faciles à suivre car ils juxtaposent le plus souvent Urgonien contre Urgonien.

- La faille des Rochers de l'Ours, orientée N60, abaisse, dans la lèvre septentrionale, la charnière du synclinal de Cornafion et surtout la fait pivoter dans le sens horaire, faisant passer son axe de N10 (au SW) à N40 (au NE). En même temps elle décale vers le NW le flanc ouest du synclinal au niveau de la crête, en y ramenant la masse urgonienne inférieure dont les strates sont presque verticales (voir les deux clichés ci-dessus). Elles y viennent d'ailleurs en contact avec l'Urgonien supérieur du compartiment plus occidental, qui sont complètement renversées au nord du sommet du Roc Cornafion.


image sensible au survol et au clic

Le versant occidental de la crête des Crocs, vu du nord depuis le sommet du Pic Saint-Michel.
Ce cliché d'enfilade projette l'une devant l'autre les deux lèvres de la faille du Bacon: cela met en évidence la radicale différence d'attitude des couches (s0) de part et d'autre de cette faille transverse à la crête ; son point de rencontre avec la faille des Rochers de l'Ours (f.rO) est masqué derrière les rochers sommitaux de la Crête des Crocs.


- La faille du Bacon, orientée N160 (donc pratiquement de façon orthogonale à la précédente), surhausse sa lèvre méridionale en portant bout à bout les couches sub-verticales déjetées vers l'ouest des Rochers de l'Ours, appartenant au flanc oriental du synclinal de Cornafion avec celles chevauchantes de la Crête des Crocs qui sont à l'endroit et moyennement pentées vers l'ouest. En fait c'est elle qui tranche en biais le synclinal du Cornafion et qui occasionne ainsi le changement d'organisation structurale qui marque le chaînon à cette latitude. Dans son tracé inférieur qui traverse le ravin des Charbonniers elle manifeste un très clair décalage dextre aus dépens des couches urgoniennes à pendage ouest des Rochers du Pré du Four.

Au total il s'agit apparemment de cassures conjuguées* car elles se terminent l'une et l'autre juste peu à l'ouest de la crête en s'y rencontrant mais sans se prolonger au delà ; elles délimitent ainsi un coin obtus (ouvert de 100°) saillant vers l'ouest, géométrie qui semble donc en faire des décrochements, respectivement dextre et sénestre.
Le schéma ci-après tente de rendre compte des complexités de la géométrie structurale résultante :

Bloc tectonogramme schématique, montrant les relations entre les différents accidents tectoniques du chaînon oriental du Vercors entre le Pic Saint-Michel au nord et le Col Vert au sud.
s.C = synclinal du Cornafion ; ØEp = chevauchement de l'Éperrimont ; ØsA = chevauchement de Saint-Ange ; ØS surface de chevauchement satellite du lambeau tectonique d'Urgonien en flanc inverse.
f.rO = faille des rochers de l'Ours, NNW-SSE (en vert). ; f.Bn = faille du Bacon, NE-SW (en bleu).
La partie grisée correspond à l'Urgonien ; les moellons correspondent au niveaux (Lumachelle et Albien) qui coiffent l'Urgonien).
On a dessiné trois blocs, un peu espacés l'un de l'autre, représentant chacun la structure dans une portion des compartiments successifs séparés du nord au sud par les deux failles transverses principales. Noter que celles-ci ne sont pas orthogonales aux surfaces de chevauchement et aux axes de plis, mais orientées obliquement à elles.



Le point sans doute le plus important de ce dispositif est que la faille du Bacon se caractérise comme une déchirure coulissante qui a joué en même temps que se formait le synclinal du Cornafion et le chevauchement de Saint-Ange. En effet, de part et d'autre de cette cassure, la géométrie tectonique n'est pas la même et témoigne donc d'un indépendance de déformation. Cela se manifeste principalement par l'absence du synclinal du Cornafion au nord du décrochement : au contraire la lèvre supérieure du chevauchement repose sans ce pli intermédiaire sur le flanc du synclinal de La Fauge doucement penté vers l'ouest. Il s'interpose seulement une lame d'Urgonien, en situation apparemment renversée, qui peut donc être assimilée à un fragment de flanc inverse rompu d'un pli-faille*. C'est sans doute cette même lame intercalaire qui affleure d'autre part dans le versant ouest du col de l'Arc (voir la page "Pic Saint-Michel").

Deux particularités du dispositif structural se révèlent étranges ; elles méritent d'autant plus d’être notées qu'actuellement leur explication ne manque pas d'être très conjecturale :
- 1 - Les deux failles du Bacon et des Rochers de l'Ours convergent en un point situé 250 m à l'ouest du sommet de ces derniers. Or ni l'une ni l'autre de ces failles ne se prolonge apparemment vers l'ouest, leurs rejets s'annulant apparemment dans cette direction : cela a pour résultat flagrant que le poinçon formé par ces deux cassures s'emboutit là vers l'ouest dans la dalle des calcaires sénoniens mais ne déforme pas du tout cette dalle ...
- 2 - Au col de l'Arc et dans l'entaille du ravin du Bacon la coupe naturelle permet d'observer cette lame intermédiaire et de voir qu'elle y repose, sans doute en succession inverse, sur des marno-calcaires sénoniens. Au contraire, dans le versant occidental de la Crête des Crocs, cette lame est absente et la surface de chevauchement vient brutalement (presque orthogonalement) trancher les bancs à l'endroit des calcaires du Sénonien supérieur : si l'on dessine une coupe transversale à la crête on ne peut guère rendre compte de cette disposition qu'en admettant le prolongement vers le nord, sous le chapeau chevauchant de la crête, de la faille des Rochers de l'Ours.

Si l'on examine le versant est de la montagne sur toute sa hauteur on est amené en outre à se poser la question des rapports entre les deux chevauchement qui s'y observent : celui de Saint-Ange, observable en haut et au nord, au niveau du Crétacé (spécialement de l'Urgonien) et celui de l'Éperrimont, en bas et plus au sud, au niveau du Jurassique.


Coupe transversale à la crête orientale du Vercors, entre Villard-de-Lans et Vif.
ØE = chevauchement de l'Éperrimont

Il est d'abord à noter que les affleurements les plus occidentaux du Tithonique, situé au dessus du chevauchement de l'Éperrimont, dessinent à l'est des Mallets (comme d'ailleurs plus au sud à Prélenfrey : voir la page "Éperrimont"). une charnière en genou que tranche nécessairement le chevauchement : elle apparaît comme le crochon* frontal du chevauchement de ces niveaux calcaires (ou, si l'on préfère le "pli de rampe au toit"* qui leur correspond).

Cette observation rend bien compte du fait qu'il n'y ait plus trace de ces terrains jurassiques chevauchants dans les pentes plus occidentales. Quant à leur absence à la latitude de Saint-Paul-de Varces elle s'explique simplement par le niveau atteint là par l'érosion, lequel est nettement inférieur à celui de leur prolongement (celui-ci passerait éventuellement "dans le ciel") : la tranche des terrains jurassiques chevauchants ne peut affleurer là dans le versant de rive gauche du vallon car elle ne dépassait pas du côté ouest le tracé de ce crochon frontal, lequel passe en effet trop à l'est.

L'interprétation retenue dans la figure ci-dessus, en ce qui concerne le prolongement vers l'ouest du chevauchement de l'Éperrimont, est que son tracé se poursuit par le vallon du Lavanchon en amont des Mallets : cela implique que, pour s'y raccorder au prolongement méridional du chevauchement du Moucherotte, sa surface (maintenant enlevée par l'érosion) devait être tangentielle à la raide pente qui s'élève vers le col Vert. Cette interprétation fournit une explication satisfaisante du faible espace séparant le Tithonique du versant oriental du vallon des calcaires du Fontanil de son versant occidental.

Toutefois, sur toutes les coupes transversales entre Saint-Paul et Prélenfrey, la surface de chevauchement de l'Éperrimont semble être plutôt inclinée vers l'ouest que redressée dans cette direction : l'interprétation ci-dessus impose donc que cette surface subisse une brutale inflexion vers le haut, à la traversée du vallon du Lavanchon. Cette difficulté prêche tout de même en faveur de l'interprétation alternative des anciens auteurs, selon laquelle le chevauchement de l'Éperrimont n'aurait aucun rapport avec celui de Saint-Ange car il se prolongerait sans changement de pendage au sein des marnes de Narbonne du versant ouest de la dépression de Saint-Paul de Varces, en y redoublant la succession du Crétacé inférieur .

 On peut enfin s'interroger quant à l'éventualité d'un prolongement à l'est du rebord subalpin du Vercors des deux failles du Bacon et des Rochers de l'Ours, et donc de la structure en poinçon tectonique embouti vers l'ouest qu'elles limitent. Or il est remarquable de constater que le lambeau de Jurassique supérieur du Pieu, dont la présence résulte du redoublement de la barre tithonique par le chevauchement de l'Éperrimont n'existe qu'entre les limites N et S de ce dispositif. Plus précisément c'est en direction du col de l'Éperrimont, point où se terminent vers le sud les affleurements de Jurassique supérieur chevauchants, que conduit le tracé de la faille des Rochers de l'Ours .

Plus à l'est du rebord subalpin on peut également envisager que la faille du Bacon se poursuive à travers la barre tithonique par la trouée de Varces car elle est décalée dans le sens dextre par rapport à aux Rochers de Rochefort. Il est par contre bien plus aléatoire d'envisager sa poursuite par Champagnier en limitant du côté nord l'échine du Bajocien du Saut du Moine, jusqu'à rejoindre finalement, aux aux abords de Saint-Martin d'Uriage les failles de même orientation de la bordure ouest de Belledonne.

 

Voir, au sujet de l'ensemble du chaînon du Moucherotte, la page "Vercors nord-oriental"

 


cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Vif


Carte géologique très simplifiée du Vercors oriental à la latitude de Villard de Lans
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M. Gidon (1977), publication n° 074
légende des couleurs



Bourne amont

col de l'Arc

Saint-Ange
Villard-de-Lans

LOCALITÉS VOISINES

(Vif)

La Fauge

col Vert

Éperrimont
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil VERCORS

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Page d'accueil générale du site
Dernières retouches apportées à cette page le 11/01/18