Ferrouillet, Lac de Crop, Grand Replomb

L'extrémité septentrionale du massif de Belledonne, aux confins de celui des Sept Laux.

La crête qui s'élève depuis le Pas de la Coche jusqu'aux pointes du Ferrouillet est presque entièrement constituée par des amphibolites qui sont rapportées au complexe ophiolitique du Grand Pic de Belledonne.

image sensible au survol et au clic

L'extrémité septentrionale de la chaîne de Belledonne vue du nord -nord-est, depuis les abords du sommet de la cime de la Jasse
Les gneiss leptyno-amphiboliques du vallon du Vénétier (en premier plan) s'enfoncent sous les amphibolites (surcharge verte)de la rive gauche du vallon du Muret. Ces gneiss réapparaissent sur le versant opposé de la crête de la Pointe du Sifflet : les amphibolites qui les recouvrent représentent donc grossièrement le contenu d'un synclinal dont l'axe court le long des crêtes jusqu'au Grand Pic de Belledonne.
a.A = accident d'Allemont ; ØO = surface de chevauchement des amphibolites (elle est déformée par un plissement postérieur au charriage) ; f.C = faille de la Coche (elle surhausse son compartiment oriental et décale dans le sens dextre la surface de chevauchement).
gn.A = gneiss à deux micas d'Allemont.

Dans le versant nord-ouest de la crête ces amphibolites affleurent jusqu'au pied des abrupts, en rive gauche du vallon du Muret. Par contre en rive droite de ce vallon les gneiss leptyno-amphiboliques du soubassement tectonique de cet ensemble charrié sont remontés, jusqu'au sommet du Jas des Lièvres (page "Prapoutel") et, plus à l'est, jusqu'au niveau de la crête du Pas de la Coche : il y a là un accident à fort rejet, dont la tracé franchit la crête 500 m au SW du col. Cette faille de la Coche correspond apparemment à un décrochement dextre, penté fortement vers le nord, qui semble donc avoir déterminé le vallon supérieur du Muret.

Les noms de la montagne du Ferrouillet et du Col de la Mine de Fer sont évidemment dus à la présence de poches filoniennes de minerai de fer. On trouve également d'anciennes traces d'exploitation, clairement ouvertes dans les amphibolites, sur le versant de l'Eau d'Olle.

image sensible au survol et au clic

Le versant est des crêtes septentrionales du Ferrouillet (devant la retombée sud du massif des Sept Laux), vue du sud-ouest, depuis la Pointe du Scialet
Ce cliché montre l'emplacement d'une ancienne mine de fer


vue rapprochée d'un filon de minerai de fer vers 2200, sur le revers sud-est de la Pointe du Sifflet
Noter la patine bleutée des amphibolites qui forment les épontes du filon.

Sur le revers SE de la crête de la Coche les gneiss leptyno-amphiboliques du soubassement des ophiolites affleurent même en certains points jusqu'à la ligne de crête (pointe du Scialet).


Le versant oriental de la crête des Pics de Belledonnevu du nord-est, depuis l'échine orientale de la pointe du Sifflet (abords ouest du Pas de la Coche).
En premier plan, affleurements de gneiss micacés, relativement clairs, du soubassement des amphibolites du Ferrouillet.

Mais ces affleurements, qui déterminent une ligne de replats à mi-pente des hauts vallons du versant est de la crête de Belledonne, sont pris entre deux bandes d'amphibolites qui se rejoignent vers le nord avant le col de la Coche : c'est donc sans doute en fenêtre*, au cœur d'un anticlinal déversé vers l'est, qu'elles ré-apparaissent sur ce versant, entre ses deux flancs d'amphibolites (voir aussi la page "Prapoutel").

Du côté ouest de la crête du Ferrouillet le lac de Crop est dû à un surcreusement dans les gneiss leptyno-amphiboliques du Grand Replomb. Il se situe à l'endroit où cette puissante dalle rocheuse se termine en direction de l'est, coupé en biseau par une bande orientée N-S de micaschistes à grenats qui s'élève, par le col de la Mine de Fer, jusqu'au Rocher de l'Homme, qui la sépare des amphibolites du Ferrouillet.

image sensible au survol et au clic

Le site du Lac de Crop vu du nord, depuis le Pré de l'Arc.
Les tirets bleu sombre soulignent l'emplacement du cordon morainique qui coiffe le verrou du lac ; les tirets verts correspondent à la surface de chevauchement des ophiolites sur les gneiss du complexe plutono-volcanique ; elles en sont séparées par la bande de micaschistes à grenats du col de la Mine de Fer, inclinée plus fortement vers l'est (vers la gauche) que les dalles de gneiss leptyniques et leptyno-amphiboliques, qu'elle recoupe clairement.


Cette bande de micaschistes à grenats, large de plusieurs centaines de mètres, est formée de roches dont l'origine et la signification ne sont pas bien déterminées. Elles seraient associées tectoniquement à la nappe ophiolitique, dont elles constitueraient le coussinet basal de chevauchement ; mais leurs rapports avec les roches encaissantes suggèrent qu'elles jalonnent une faille a pendage très fort recoupant toutes ces dernières (nappe et soubassement). En tous cas leur bande d'affleurement s'interrompt brutalement vers le nord où elle est tranchée orthogonalement, comme la masse ophiolitique du Ferrouillet, par le thalweg W-E du Muret.


Le lac de Crop vu d'amont, du sud, depuis les pentes du col de la Mine de Fer
On distingue bien le verrou rocheux, qui est coiffé et prolongé à droite comme à gauche par un cordon de cailloutis morainiques.
À l'arrière-plan on distingue les constructions du Pré de l'Arc, se profilant devant celles de Prapoutel. Elles dominent le sillon aalénien qui sépare les collines bordières (secteur de Theys) de la plaine du Grésivaudan.

Le lac lui-même est logé derrière un verrou qui est surhaussé par une moraine : cette dernière a sans doute été abandonnée à l'époque historique (petit âge de glace ?) par le glacier qui descendait du cirque de la Mine de Fer, ouvert au pied du Sommet Colomb.

Ce verrou est sculpté dans le toit des gneiss leptynitiques (plus clairs) de la bande qui court plus au SW à flanc de versant du Grand Replomb et de la Grande Lance de Domène : elle y est intercalée entre les deux niveaux leptyno-amphiboliques et représente sans doute le cœur d'un anticlinal couché déversé vers l'est (voir la page "Prapoutel").

 

Page d'introduction à la géologie de la chaîne de Belledonne au sens large.
aperçu d'ensemble sur le massif d'Allevard - Sept Laux

Cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Domène.


Carte géologique simplifiée des environs du Pas de la Coche

redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
plus au nord ;
plus à l'ouest ; cartes voisines : plus à l'est
plus au sud



Froges Adrets Prapoutel Jasse Grande Valloire

Saint-Mury

LOCALITÉS VOISINES

Sept Laux

Lac Blanc Trois Pics de Belledonne Rochers Rissiou
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Belledonne

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 7/07/20