Saint-Hugues-de-Chartreuse

le sillon de la Chartreuse orientale au sud de la vallée du Guiers Mort

Les villages situés au sud du cours du Guiers Mort qui appartiennent à la commune de Saint-Pierre-de-Chartreuse sont installés, comme ceux situés au nord (dont le Chef-lieu), dans la large vallée, ouverte dans les marnes de Narbonne, qui parcourt la Chartreuse orientale du sud au nord ("sillon de la Chartreuse orientale").
image sensible au survol et au clic

Le sillon de la Chartreuse orientale au sud de Saint-Pierre-de-Chartreuse, vu du NE, depuis les basses pentes de la Scia.
Bel exemple de relief inversé* (surtout dans les deux tiers gauche du cliché).
Ø3 = chevauchement de la Chartreuse orientale : il court à flanc de pente, sur le versant occidental de la vallée, sans se manifester en aucune manière dans le relief ; d.O = décrochement de l'Oursière (il traverse le chaînon du Charmant Som au nord du sommet) ; f.D = accident de la Diat, son prolongement septentrional.

Au sud de Saint-Pierre-de-Chartreuse le sillon de la Chartreuse orientale s'ouvre encore plus largement qu'au nord. Son bedrock* marneux est ployé par le synclinal du Sappey, mais il est largement masqué, sauf dans les thalwegs des ruisseaux des Corbeillers et de l'Herbétan, par un épais colmatage d'alluvions fluvio-glaciaires.

image sensible au survol et au clic

Le sillon de la Chartreuse orientale au sud de Saint-Pierre-de-Chartreuse
Ø3 = chevauchement de la Chartreuse orientale ; d.CA = décrochement du col de l'Alpe ; d.B = décrochement de Bellefond ; f.D = faille de La Diat ; d.O = décrochement de l'Oursière.

Ces alluvions ont été déposées, lors du maximum de la glaciation de Würm, dans la dépression lacustre qui avait été alors créée là du fait que le glacier qui contournait la Chartreuse par l'ouest barrait le débouché de la vallée à Saint-Laurent-du-Pont. Les lambeaux résiduels de cette surface de colmatage entaillés par les ruisseaux des Murets à l'ouest et de l'Herbétan à l'est, forment à l'altitude de 880 m, de la même façon qu'à Saint-Pierre-de-Chartreuse, des petites terrasses que garnissaient des prairies : c'est là que sont établis respectivement les villages de la Martinière - Gerbetière et de Saint-Hugues (c'est précisément à l'extrémité sud de la surface plate, pratiquement horizontale, qui correspond à la surface supérieure de ce remplissage alluvial, qu'est construite l'église de Saint-Hugues).

Entre ces deux terrasses émergent, de part et d'autre du torrent des Corbeillers, deux petites buttes à ossature marneuse (respectivement l'échine cotée 901 et la butte de la statue de la Vierge de Saint-Hugues). Au sud de ces villages les collines herbeuses qui s'élèvent en direction du Col de Porte et de Chamechaude sont installées soit sur les marnes de Narbonne soit sur des alluvions glaciaires, sans doute antéwurmiennes, qui les recouvrent en placages discontinus.
image sensible au survol et au clic

Le village de Saint-Hugues, vu du sud devant la vallée du Guiers et la montagne du Grand Som.
Ø3 = chevauchement de la Chartreuse orientale ; s.gS = synclinal du Grand Som ; a.E = anticlinal de l'Écoutoux ; s.S = synclinal du Sappey.
d.C = décrochement de Roche Cla ; d.M = décrochement de Roche May ; d.cA = décrochement du col de l'Alpe.

Le prolongement méridional du sillon de la Chartreuse orientale perd sa belle simplicité dès les pentes méridionales de Saint-Hugues, car il s'y partage en deux, de part et d'autre de la pyramide de Chamechaude ; cette dernière est une butte témoin couronnée par l'Urgonien, qui est conservée par l'érosion au coeur du synclinal du Sappey. Sur ce versant ses flancs boisés sont partiellement garnis d'éboulis anciens qui recouvrent quelques témoins d'alluvions glaciaires d'âge sans doute anté-wurmien.
image sensible au survol et au clic

Le village de Saint-Hugues, dominé par le sommet de Chamechaude (versant nord-oriental de la montagne).

Du côté oriental le village de Saint-Hugues-de-Chartreuse est dominé par les pentes boisées de la montagne du Roc d'Arguille, qui sont installées grossièrement sur la dalle structurale du Tithonique du flanc ouest de l'anticlinal de Perquelin, selon une disposition très similaire à celle de la rive droite du Guiers Mort.

image sensible au survol et au clic

Le versant occidental de la Scia et le débouché de la cluse de Perquelin, vus du sud-ouest, depuis les pentes de Morinas.
a.P = anticlinal de Perquelin ; ØS = chevauchement de la Scia (il est masqué au nord des Essarts par un éboulement ancien provenant de la falaise tithonique supérieure de la montagne) ; s.S = synclinal du Sappey
Le replat de prairies de Saint-Hugues et de Gontière représente le sommet du colmatage de la dépression ouverte dans les marnes de Narbonne du synclinal du Sappey lors du maximum de la glaciation de Würm.

Dans le bas des pentes (environs de Gontière, de La Martinière et de Brévardière) cette dalle tithonique prend un pendage plus fort que celui de la pente topographique et s'enfonce progressivement sous les couches du Berriasien (qui disparaissent à leur tour sous le colmatage fluvio-glaciaire de la rive orientale de l'Herbétan).

 La crête qui porte le village de Mollard Bellet domine le thalweg du Guiers Mort, parallèlement à son cours : elle est constituée par des alluvions glaciaires et semble donc correspondre à la moraine latérale d'une étroite langue glaciaire locale qui s'échappait sans doute des gorges de Perquelin à l'époque du maximum de Würm.

 


carte géologique au 1/50.000° à consulter : feuille Domène
Carte géologique simplifiée (fond topographique d'après la carte IGN au 1/100.000°)

Guiers Mort

Saint-Pierre- de-Chartreuse

La Scia
Charmant Som LOCALITÉS VOISINES Roc d'Arguille

Canaple

Chamechaude

Pravouta
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section Chartreuse

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 16/01/19