Saint-Pierre-de-Chartreuse

le sillon de la Chartreuse orientale, en rive septentrionale de la vallée du Guiers Mort

La localité de Saint-Pierre-de-Chartreuse se trouve au carrefour de la cluse du Guiers Mort et de la large combe qui parcourt la Chartreuse orientale du sud au nord ("sillon de la Chartreuse orientale"). Dans cette combe, ouverte dans les marnes de Narbonne, le chef-lieu se situe sur le tracé même du synclinal du Sappey mais le versant ouest de correspond pas au flanc ouest de ce synclinal et se trouve affecté (au niveau des calcaires du Fontanil) par l'anticlinal de l'Écoutoux (ce n'est donc pas un val synclinal).

D'autre part ce bedrock* marneux est largement masqué, en amont du village de La Diat jusqu'au niveau du chef-lieu de Saint-Pierre-de-Chartreuse, par un épais colmatage d' alluvions fluvio-glaciaires qui culmine à l'altitude de 880 m. Ces alluvions très mélangées ont été déposées, lors du maximum de la glaciation de Würm, dans la dépression lacustre qui avait été alors créée là du fait que le glacier qui contournait la Chartreuse par l'ouest barrait le débouché de la vallée à Saint-Laurent-du-Pont.
C'est à l'extrémité sud de la surface plate, pratiquement horizontale, qui correspond à la surface supérieure de ce remplissage alluvial, qu'est précisément construite l'église du chef-lieu.

image sensible au survol et au clic

Le cadre montagneux de Saint-Pierre-de-Chartreuse, vu du sud, depuis le sommet de Chamechaude.
Cette vue du sillon de la Chartreuse orientale le montre presque d'enfilade (le col de Porte est hors du cliché, dans la direction donnée par le coin inférieur gauche).
Seuls sont représentés les accidents majeurs, à l'exclusion des complications de détail : d.cA = décrochement du col de l'Alpe ; a.E = anticlinal de l'Écoutoux ; s.S = synclinal du Sappey ; a.P = anticlinal de Perquelin.
La langue de nuage qui remonte la vallée du Guiers et pénètre par les gorges du Grand Logis jusqu'à la Diat figure assez bien l'emplacement du lac qui se développait là à l'époque du maximum de Würm (il était retenu par le glacier qui contournait le massif et barrait la vallée à Saint-Laurent-du-Pont). Les zones de prairies peu inclinées du bassin de Saint-Pierre-de-Chartreuse sont largement occupées par le colmatage d'alluvions qui s'est déposé en marge de ce lac du fait des apports torrentiels des trois torrents (Couzon au nord, Herbétan au sud et Guiers à l'est) qui se jetaient dedans.


Du côté nord-ouest le sillon de la Chartreuse orientale est fermé par des pentes boisées où affleurent les calcaires du Fontanil. Elles sont couronnées, vers le nord-ouest, par un alignement de falaises urgoniennes et de sommets secondaires qui culmine avec le sommet du Grand-Som. Cet ensemble correspond aux froncements les plus occidentaux du domaine de la Chartreuse orientale (qui sont refoulés sur la Chartreuse médiane par l'intermédiaire du chevauchement, majeur, de la Chartreuse orientale).

La fragmentation en trois ressauts que la crête urgonienne manifeste ici est due à ce que cette portion méridionale du chaînon du Grand-Som est sectionnée par un faisceau de cassures NE-SE : ce sont des décrochements dextres entre lesquels se partage le décrochement du col de l'Alpe, dans son prolongement vers l'ouest.

image sensible au survol et au clic

Le chef-lieu de Saint-Pierre-de-Chartreuse, vu du SE, depuis la rive gauche du Guiers Mort (Villard Bellet).
s.gS = synclinal du Grand Som ; a.E = anticlinal de l'Écoutoux ; s.S = synclinal du Sappey ; a.P = anticlinal de Perquelin.
d.C = décrochement de Roche Cla ; d.M = décrochement de Roche May ; d.cA = décrochement du col de l'Alpe.
f.D = accident de la Diat (f.D? = deux hypothèses pour son prolongement vers le NE).


D'autre part les pentes de rive droite du Couzon sont parcourues par l'accident de la Diat. Son existence est mise en évidence par le fait qu'il met contact latéral direct les calcaires du Fontanil de la gorge du Guiers, qui sont pourtant presque horizontaux immédiatement en aval du village de la Diat, avec les marnes de Narbonne, qui pendent nettement vers l'est immédiatement en amont de ce village (voir cliché ci-après). Mais ses caractéristiques et son tracé exact sont difficiles à préciser au nord comme au sud.

- Au nord du lit du Guiers (voir cliché ci-dessus) une première hypothèse est que son tracé, orienté NNE-SSW, suive simplement, à l'ouest de Patassière, la limite entre calcaires du Fontanil et marnes de Narbonne : il irait ainsi s'amortir dans les pentes boisées orientales de la Roche Cla, en y rompant le flanc ouest de l'anticlinal de l'Écoutoux.
Une seconde hypothèse est que son tracé se dirige un peu plus vers le NE, à travers les affleurements de marnes de Narbonne en direction du col du Cucheron : il pourrait s'y connecter au décrochement du col de l'Alpe et acquérir ainsi un rejet dextre qui lui ferait sectionner les plis de ce versant : cela pourrait expliquer pourquoi le synclinal du Sappey dessiné, en bas, par les marnes de Narbonne, semble se placer dans l'axe de l'anticlinal de l'Écoutoux, dessiné plus au nord par les calcaires du Fontanil.

- Au sud (voir cliché ci-après) son tracé n'est pas moins difficile à suivre ; il semble s'élever en biais, à travers les pentes du Bois du Grand Logis, pour finir, au NE du Collet du Charmant Som, par se connecter au décrochement de l'Oursière (après avoir traversé la surface du chevauchement de la Chartreuse orientale). Étant donné que le décrochement de l'Oursière ne se poursuit apparemment pas d'une autre façon vers l'est (voir la page "Charmant Som") on est conduit à envisager (dans la seconde hypothèse ci-dessus) que le rejet de ce dernier résulte d'un tranfert, par l'intermédiaire de l'accident de la Diat, d'une partie de celui du décrochement du col de l'Alpe.

image sensible au survol et au clic

Le site de Saint-Pierre-de-Chartreuse, vu du NE, depuis les basses pentes de la Scia.
Bel exemple de relief inversé* (surtout dans les deux tiers gauche du cliché).
Cette partie méridionale du sillon de la Chartreuse orientaleperd sa belle simplicité car il se partage en deux au sud de Saint-Hugues, de part et d'autre de la montagne de Chamechaude (cette dernière est une butte témoin couronnée par l'Urgonien, qui est conservée par l'érosion au coeur du synclinal du Sappey).
L'accident majeur qu'est le chevauchement de la Chartreuse orientale (Ø3) court à flanc de pente, sur le versant occidental de la dépression sans se manifester en aucune manière dans le relief.
d.O = décrochement de l'Oursière (il traverse le chaînon du Charmant Som au nord du sommet) ; f.D = accident de la Diat, son prolongement septentrional (voir plus haut).


Du côté oriental le village de Saint-Pierre-de-Chartreuse est dominé par les pentes régulières de la montagne de la Scia, qui sont installées grossièrement sur la dalle structurale du Tithonique du flanc ouest de l'anticlinal de Perquelin. Mais dans le bas des pentes (environs du Pâquet, du Carrelet et du Mollard) cette dalle tithonique prend un pendage plus fort que celui de la pente topographique et s'enfonce progressivement sous les couches du Berriasien.

 Les alternances marno-calcaires du Berriasien affleurent suffisamment bien sous la chapelle du Rosaire pour que l'on y constate qu'elles y prennent un pendage vers l'est (donc opposé à celui du reste du flanc de l'anticlinal). Cela indique qu'une ondulation synclinale doit affecter, à ce niveau, le flanc ouest de l'anticlinal de Perquelin (cf coupe ci-dessous) : il s'agit vraisemblablement du prolongement septentrional du synclinal de la Faita, repli que l'on observe clairement, plus au sud, dans le versant ouest du Bec Charvet.

image sensible au survol et au clic

Le versant occidental de la Scia et le débouché de la cluse de Perquelin, vus du sud-ouest, depuis les pentes de Morinas.
a.P = anticlinal de Perquelin ; ØS = chevauchement de la Scia (il est masqué au nord des Essarts par un éboulement ancien provenant de la falaise tithonique supérieure de la montagne) ; s.S = synclinal du Sappey
Le replat de prairies de Saint-Hugues, de Gontière et de Saint-Pierre-de-Chartreuse représente le sommet du colmatage de la dépression ouverte dans les marnes de Narbonne du synclinal du Sappey lors du maximum de la glaciation de Würm.


En amont du replat du Pâquet, de Jalinière et du Battour les couches du flanc ouest de l'anticlinal de Perquelin sous masquées, jusqu'aux Essarts, par les produits (essentiellement formés de blocs de Tithonique) d'un éboulement ancien dont la zone d'arrachement correspond aux rochers du rebord supérieur de la Combe Noire et qui masque, plus bas, le passage d'une cassure N-S, le chevauchement de la Scia.


Coupe ouest-est à l'est de Saint-Pierre-de-Chartreuse


Ce secteur est visité par les itinéraires du fascicule1K
carte géologique au 1/50.000° à consulter : feuille Domène
Carte géologique simplifiée (fond topographique d'après la carte IGN au 1/100.000°)
carte géologique au 1/50.000° à consulter : feuille Domène

couvent de la Gde Chartreuse

Grand Som

Col du Cucheron
Guiers Mort LOCALITÉS VOISINES La Scia

Charmant Som

Saint- Hugues

Roc d'Arguille
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section Chartreuse

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 4/11/17