La Pinéa
la partie méridionale du chaînon du Charmant Som

Le petit sommet de La Pinéa, qui culmine à 1771 m, forme un éperon détaché au dessus de la crête du chaînon du Charmant Som, aussi bien quand on le voit du nord que du sud : c'est un petit lambeau d'Urgonien incliné vers l'est, dont l'abrupt principal regarde vers le nord-ouest. Cette butte témoin d'Urgonien, préservée par l'érosion (alors que, tout autour, cette dernière a en général mis à nu les calcaires du Fontanil), correspond typiquement à ce que l'on appelle un "volet" synclinal. À ce titre il constitue le symétrique, par son inclinaison opposée, de celui de Chamechaude.

Toutefois il n'appartient pas au même pli mais au synclinal de La Pinéa qui est un repli, d'ailleurs plutôt déjeté vers l'est, du flanc occidental de l'anticlinal de l'Écoutoux (en réalité on n'observe sa charnière nulle part parce qu'elle est rompue par une cassure extensive, la faille de Mauvernay occidentale, orientée N-S, qui suit le pied du volet urgonien et abaisse la lèvre auquel appartient celui-ci).

 Le synclinal de la Pinéa peut être considéré comme un pli qui relaie le synclinal du Néron vers le nord, mais, n'en est pas réellement le prolongement : c'est par une simplification abusive qu'on l'a souvent confondu avec ce dernier (notamment dans bien des écrits de l'auteur de geol-alp). En fait il s'intercale entre l'anticlinal de l'Écoutoux et le vrai synclinal du Néron, lequel est absent à cette latitude, coupé en biseau par le chevauchement de la Chartreuse orientale (voir les pages "Aiguille de Quaix" "Quaix" et "Écoutoux").

Le versant occidental de la crête de la Pinéa tombe par de raides pentes boisées sur le vallon de Planfay. La partie raide du versant appartient à la Chartreuse orientale, mais le vallonnement qu'elle domine est déterminé par les molasses du synclinal de Proveysieux, qui appartient pourtant déjà au domaine chartreux occidental.

image sensible au survol et au clic

La partie orientale du vallon de Proveysieux et le chaînon de la Pinéa
vus du sud - sud-ouest, depuis les falaises du plateau de Sornin.
a.R = anticlinal du Rachais ; s.G = synclinal de Girieux (branche orientale du synclinal de Proveysieux) ; a.F = anticlinal du Fournel ; s.Pr = synclinal de Proveysieux (se dédoublant au nord de Planfay) ; a.L = anticlinal de Leuilly ; s.Pi = synclinal de La Pinéa ; f.pQ = faille des Prés de Quaix.
Ø3 = chevauchement de la Chartreuse orientale ; ØC = chevauchement de l'écaille de Canaple.
Le tracé de la surface du chevauchement de la Chartreuse orientale (Ø3) s'élève du sud (à droite) vers le nord (à gauche), jusqu'à être sectionnée par la surface d'érosion sur la ligne de crête entre la Pinéa et Canaple. Ce plongement est parallèle à celui de l'axe du synclinal de Proveysieux et du synclinal du Néron.


En effet le matériel mésozoïque de la Chartreuse médiane, qui constitue plus au nord le Charmant Som se poursuit en rétrécissant ses affleurements par la crête de Canaple et des Balmes de l'Air jusqu'au Montfromage. Mais il se réduit là à une lame d'Urgonien qui s'effile sous la Pinéa et disparaît à la latitude de Planfay.



Panorama du versant ouest du chaînon de la Pinéa, vu de la prairie de Girieux.
Ce panorama donne une vue perpendiculaire aux structures (dont aucune n'est donc observable en coupe). Mais cette perspective a l'avantage de bien montrer le plongement généralisé des lignes et surfaces structurales vers le sud.
Ø3 = chevauchement de la Chartreuse orientale (au nord du décrochement du Montfromage il est masqué derrière l'épaule ouest de ce sommet) ; ØC = chevauchement de l'écaille de Canaple (au sud du décrochement son tracé est masqué par les échines boisées à substrat miocène).
Le Sénonien supérieur calcaire (SC) affleure largement au nord du vallon du sentier Vermorel. Il y dessine la voûte de l'anticlinal du Fournel (ou plus exactement d'un repli du flanc ouest de cet anticlinal). Au sud au contraire il est masqué sous le chevauchement de la Chartreuse orientale, car celui-ci, décalé par le décrochement, y avance plus fortement vers l'ouest.


 

 On assiste donc à la latitude de la Pinéa à la disparition de la Chartreuse médiane, progressivement débordée vers le sud par l'avancée relative du front du chevauchement de la Chartreuse orientale. On peut l'attribuer à un enfoncement "en tunnel" sous ce dernier ; mais cela ne s'accorde pas avec le fait qu'elle ne réapparaissent pas plus au sud. Il est donc plus plausible de penser que cela correspond à un effacement du grand anticlinal médian qui lui confère plus au nord son individualité, soit par sectionnement en biseau, soit par un amortissement pur et simple.

Au nord du sommet c'est à peu près à la charnière du synclinal de la Pinéa qu'appartiennent les calcaires du Fontanil qui forment la crête boisée du Montfromage, et ce jusqu'à l'orée de la prairie sommitale. Mais ils butent très précisément là contre le Sénonien de l'écaille de Canaple, qui forme le soubassement de cette prairie : ce pli y est donc tranché en biseau par le chevauchement de la Chartreuse orientale.

image sensible au survol et au clic

Les pentes septentrionales de la Pinéa, vues du nord, depuis l'antécime méridionale du Charmant Som.
La Pinéa se profile sur un arrière-plan constitué à gauche par la muraille orientale du Vercors (Moucherotte) et à droite par le plateau de Saint-Nizier.
Du sud (La Pinéa) vers le nord (Canaple, Orgeval) le soubassement de la montagne est de plus en plus profondément entaillé par l'érosion, en raison du plongement axial des structures vers le sud.
f.ME = faille de Montvernet orientale ; f.MW = faille de Montvernet occidentale.
Ø3 = chevauchement de la Chartreuse orientale (la lame discontinue d'Urgonien qui le souligne, dans les pentes du Mont Fromage, a été délibérément omise) ; ØC = chevauchement de l'écaille de Canaple.

s.P = synclinal de la Pinéa ; a.CS = anticlinal du Charmant Som ; s.H = synclinal des Haberts ; a.F = anticlinal du Fournel.


Dans les pentes orientales du Mont Fromage, que traverse à mi-pente la route du Charmant Som entre le col de Porte et son tournant coté 1442 (voir la page "route pastorale"), il est difficile de suivre, en raison du couvert forestier, les accidents qui sont également observables sur la crête orientale, boisée, qui descend de la Pinéa, par la bosse de l'Husclas, jusqu'au col de Porte. Néanmoins les inversions de sens de pendage permettent d'y localiser au moins deux autres replis, anticlinal puis synclinal (d'ailleurs recoupés par deux failles presque N-S) : ils s'agit probablement des prolongements septentrionaux des replis de même style observables plus au sud à Sarcenas (voir la page "Quaix"). En tous cas eux aussi sont tranché en biseau du côté nord par le tracé du chevauchement de la Chartreuse orientale dans sa portion qui traverse en oblique les pentes à l'ouest du ruisseau que traverse le pont des Cottaves (voir la page "Col de Porte").

image sensible au survol et au clic

Le versant oriental de la Pinéa vu du SE d'avion.
d.L = décrochement de Léra (cf. carte ci-après) ; d.S = décrochement des Salanches ; d.B? = décrochement du Bachasson : f.pQ = faille des Prés de Quaix ; f.MW = faille de Montvernet occidentale ; f.ME = faille de Montvernet orientale.

Le versant sud de La Pinéa est également affecté par diverses complications, d'ailleurs souvent difficiles à voir en raison du couvert forestier : en premier lieu la crête méridionale est traversée par un décrochement de Léra qui passe immédiatement à l'extrémité sud de l'arête rocheuse sommitale de la Pinéa : il limite ses affleurements d'Urgonien et décale dans le sens dextre les autres cassures, orientées N-S. Ces dernières, au nombre de deux, ont des pendages sub-verticaux et sont donc sans doute de type extensif : elles se manifestent sur l'échine orientale, de Montvernet en dénivelant la limite entre Hauterivien et calcaires du Fontanil. En raison de son sens de rejet, c'est vraisemblablement le prolongement de la plus orientale qui dénivelle la barre des calcaires du Fontanil au revers est de l'éperon sud de la montagne ; on voit d'ailleurs là que cette faille de Prés de Quaix est accompagnée de beaux crochons*.

image sensible au survol et au clic

Le versant méridional de la Pinéa (haut vallon du Rivet), vu du sud, depuis le sommet du Rachais.
d.L = décrochement de Léra ; d.S = décrochement des Salanches ; f.pQ = faille des Prés de Quaix ; f.MW = faille de Montvernet occidentale ; f.ME = faille de Montvernet orientale.



image sensible au survol et au clic
Détails de la déformation des lèvres de la faille des Prés de Quaix, vus du sud depuis la route D.57, entre Clémencières et Mélatte.
Noter le pendage anormalement fort des surfaces de cassure, compte tenu du sens de rejet, et le fait que la lèvre orientale ne dessine pas un clochon symétrique mais des froissements qui ne sont pas déversés vers l'est : ces traits portent à penser qu'il s'agit d'une faille originellement extensive puis basculée dans le sens horaire (c'est-à-dire vers l'est).

 

Ce secteur est visité par le fascicule n°1T des itinéraires d'excursions.


carte géologique au 1/50.000° à consulter : feuille Grenoble

Carte géologique du secteur de la Pinéa

Les dépôts quaternaires sont supposés enlevés

version plus grande

voir la carte géologique du secteur situé immédiatement plus au nord (environs du Charmant Som).


 Carte géologique simplifiée de la Chartreuse au sud du Charmant Som.
(fond topographique d'après la carte IGN au 1/100.000°)

carte cliquer sur les imagettes Légende

Charmette

Canaple

Saint-Pierre de Chartreuse
Girieux

LOCALITÉS VOISINES

Col de Porte

Proveysieux

Quaix

Écoutoux
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section Chartreuse

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 25/09/18