crêtes autour des Lacs des Estaris

entre le haut Champoléon, le bassin du Drac Noir et le vallon de Dourmillouse

La Pointe des Estaris se situe là où s'embranche, sur le chaînon SW-NE qui limite le haut Champoléon, la crête NW-SE du massif du Pinier ; cette dernière sépare le bassin du Drac Noir, au SW, de celui de Dourmillouse (affluent de rive droite de la vallée supérieure de la Durance), au NE. Cette crête constitue la frontière septentrionale du domaine skiable d'Orcières-Merlette.

Cet ensemble est essentiellement sculpté dans la puissante formation nummulitiques des Grès du Champsaur. Au SE du Col de Freissinières les affleurements des Grès du Champsaur du massif du Pinier qui dominent et ferment le cirque des Pisses sont surhaussés et surépaissis par le chevauchement du Diolion qui les redouble dans les pentes méridionales de la crête du Roc Diolion.

image sensible au survol et au clic

Le Grand Lac des Estaris, vu du nord depuis le col de Prelles : en arrière-plan vue sur les confins entre les nappes de l'Embrunais et leur autochtone sud-pelvousien.
ØD (en jaune) = chevauchement "parautochtone" du Diolion (direction de mouvement vers l'avant droit, par rapport à l'observateur, c'est-à-dire vers le SW) ; ØE = surface de chevauchement des nappes de flysch de l'Embrunais ; Nol = formation olistolitique terminant la sédimentation nummulitique de l'autochtone.


Plus bas au niveau des pentes qui s'élèvent depuis Merlette jusqu'au Grand Lac des Estaris, ces mêmes couches sont seulement plissées par une succession de synclinal plutôt ouverts et d'anticlinal de forme en genou. Il s'y manifestent dans le relief par une succession de replats où sont conservés des témoins de la formation olistolitique qui coiffe ces grès et d'échines qui traversent ces pentes orthogonalement à la vallée du Drac ; tous sont orientés NW-SE, selon la direction axiale de plis.
Ces plis sont mieux visibles, plus à l'est, sur la coupe naturelle transversale qu'en donne la rive droite du vallon de Blaisil, en amont de Prapic (voir la page "Pinier - Prapic").

Du côté NW, du fait de la remontée des axes de ces plis dans cette direction, tout le chaînon de la Pointe des Estaris, jusqu'au Sommet Drouvet est formé par les grès du Champsaur ; mais les plis qui les affectent ne s'expriment plus dans le relief même s'ils sont visibles dans les abrupts du versant Champoléon, du côté ouest de la crête.

image sensible au survol et au clic

Les pentes intermédiaires des Estaris, vues du nord-ouest depuis le Roc des Hommes.
ØD
(en jaune) = chevauchement "parautochtone" du Diolion (direction de mouvement vers l'avant droit, par rapport à l'observateur, c'est-à-dire vers le SW) ; ØE = surface de chevauchement des nappes de flysch de l'Embrunais.
s.Pi = synclinal des Pisses ; a.Pé = anticlinal des Pélissons ; s.Ju = synclinal de Jujal ; a.Pr = anticlinal de Prapic ; f.Pa = faille extensive) de Paravar ; Nol = formation olistolitique terminant la sédimentation nummulitique de l'autochtone.
Les plis sont uniquement dessinés par les échines et vallonnements (relief "conforme") mais s'observent beaucoup plus clairement dans les grès sous-jacents dans la coupe du torrent de Blaisil aux abords de Prapic.


La formation olistolitique tapisse d'abord les pentes du Forest des Estaris et l'échine du Queyrelet en y enveloppant la voûte de l'anticlinal de Prapic (qui est bien visible dans l'entaille du Drac Noir juste en aval de Prapic).

Les grès affleurent au revers est de cette échine, car ils y sont surhaussés par la faille de Paravar. Cette dernière est une cassure sub-verticale dont il est difficile de savoir si elle est extensive ou coulissante et si son jeu a été antérieur ou postérieur à celle des plis. Elle semble bien se prolonger, plus à l'ouest (voir la page "Méollion"), par la faille des Hommes qui abaisse le sommet Drouvet par rapport au Roc des Hommes, sur la crête dominant le vallon de Méollion. Plus au SE elle semble se poursuivre en rive gauche du Drac Noir au sud de Prapic, en bordure orientale du Plateau de Basset (voir la page "Pinier").

image sensible au survol et au clic

Le vallon du Grand Lac des Estaris, à son débouché en rive droite du vallon de Blaisil, vu de l'est depuis les pentes orientales du Lac des Pisses (cliché original obligeamment communiqué par Mr. D. Cayron).
f.Pa = faille du Paravar (lèvre arrière abaissée) ; a.Pé = anticlinal des Pélissons (pli en genou) ; s.P = synclinal des Pisses ; a.cF = anticlinal du col de Freissinières (?) ; "n.s." = niveau à schistes prédominants.


Dans le vallon suspendu de Jujal les grès dessinent un synclinal de Jujal à fond presque plat ; au NE ils sont ployés, à la crête des Dents, par un assez brutal anticlinal en genou (anticlinal des Pélissons). Dans l'échine des Pélisssons, au Lac des Sirènes et en rive ouest du Lac Long les grès de la voûte de ce pli sont une dernière fois coiffés par la formation olistolitique.

Au revers nord-oriental de cette échine, notamment au Grand Lac des Estaris et dans le lit du torrent qui évacue ses eaux, on ne rencontre plus que des affleurements de grès du Champsaur. Ils sont affectés néanmoins par une dernière ondulation, le synclinal des Pisses dont la charnière se dessine en rive NE de ce vallon.

image sensible au survol et au clic

La crête et le Grand Lac des Estaris, vus du SE (cliché original obligeamment communiqué par Mr. D. Cayron).
s.P = synclinal de la Pisse ; a.cF = anticlinal du col de Freyssinières


Au NE du Grand lac des Estaris la crête du Martinet montre en coupe naturelle une succession de plis d'orientation axiale similaire. Mais il est cependant difficile d'y reconnaître clairement les prolongements de ceux du plateau des lacs, d'autant que l'on y observe que leurs charnières deviennent de plus en plus fermées en direction du NE.

image sensible au survol et au clic

Le revers sud-oriental de la crête du Martinet, vu du sud-est depuis les pentes septentrionales du Roc Diollion (cliché original obligeamment communiqué par Mr. D. Cayron).
À droite du col de Freissinières les pentes qui en descendent (vers l'est), sont celles du très haut vallon de Dourmillouse.
a.cF = anticlinal du col de Freissinières.
Ce versant est entièrement sculpté dans la puissante formation des Grès du Champsaur : il en montre bien les alternances de niveaux à prédominance de bancs de grès et de ceux à lits de schistes argileux et, comme son orientation SW-NE est pratiquement orthogonale à direction des couches, les multiples plis d'axes NW-SE qui les affectent (ils sont vus, par conséquent, presque selon leur azimut axial).


Les plis de cette crête se lisent de façon plus complète (et encore plus spectaculaire) dans les parois du versant opposé, qui tombe sur les sources du Drac Blanc "de Champoléon" (voir le contexte à la page "Cavale"). Leurs charnières à axe NW-SE s'y montrent plutôt déversées vers l'ouest.

image sensible au survol et au clic

La face ouest de la Crête du Martinet (entre la Pointe des Estaris et la Pointe de Rougnoux) vue du nord, depuis le vallon de la Pierre.
vue détaillée, presque selon leur axe, de quelques plis du flysch nummulitique autochtone :
paS = plans axiaux des synclinaux ; paA = plan axial anticlinal (son tracé est décalé par le traversée d'une ravine) ;
noter les phénomènes de dysharmonie* qui affectent le flanc supérieur de l'anticlinal principal.


Le style capricieux et souvent dysharmonique*de ces plis, proche de celui des plis du vallon de Dourmillouse, s'explique assez bienpar le mode de déformation qui a dû être celui de ces couches. Tous ces accidents tectoniques ont en effet sans doute été créés par un effet d'"entraînement", sous l'avancée , du NE vers le SW, des nappes de l'Embrunais ; en tous cas il est clair qu'ils ne sont pas postérieurs à ce charriage car la surface de base de ce dernier n'en est pas affectée (voir aussi à ce sujet la page "Prapic").

voir l'aperçu général sur le Champoléon


cartes géologiques à 1/50.000° (*) à consulter : feuille Orcières

Carte géologique simplifiée
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074



(La Rouite)

(La Cavale)

(Fournel ; Dourmillouse)
(Méollion)

LOCALITÉS VOISINES

(Dourmillouse)

Orcières

Archinard

Pinier ; Prapic
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section Embrunais

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 8/11/16