Mont-Blanc, Miage, Tré-la-Tête

les hautes crêtes méridionales du massif cristallin du Mont Blanc

Du côté nord-occidental (versant de Chamonix) le Mont Blanc ne montre guère son substartum rocheux, masqué sous sa couverture de glaciers. Par contre du côté SW la montagne est entaillée par de profonds vallons à fond glaciaire dont les versants dénudent assez profondément son ossature rocheuse.

image sensible au survol et au clic

Les montagnes de rive droite du Bon Nant vues de l'ouest, depuis le sommet de l'Aiguille Croche.
f.C = faille des Contamines (prolongement vraisemblable de la branche occidentale de la faille de Chamonix) ; f.cN = faille de Combe Noire ; f.A = faille de l'Angle ; f.cB = faille du col du Bonhomme (prolongeant la précédente) ; f.TT = faille de Tré-la-Tête.
"myl." = bandes de gneiss mylonitisés (failles ductiles* anciennes).


On voit qu'elle est constituée par des gneiss, plus ou moins micaschisteux ou au contraire migmatisés, dont la foliation pend fortement vers l'intérieur du massif c'est-à-dire vers le SE. Ils sont débités en grandes tranches d'orientation NE-SW par des bandes plus ou moins épaisses de mylonites qui pendent vers le SE de façon sensiblement parallèle. Vers le sud lorsque, du fait de l'enfoncement général du massif cristallin dans cette direction, l'on atteint la surface de la pénéplaine anté-triasique on voit que des failles à compartiment SW abaissé émergent de ces bandes mylonitiques il s'agit sans doute d'anciennes cassures extensives initialement fortement pentées vers le NW qui ont été déversées d'environ 60° par la déformation du socle qui a déformé sa voûte en un gros anticlinal .


Le massif du Mont Blanc
vu dans sa totalité, du sud-ouest, depuis l'aplomb d'Arêches (à bord d'un avion de ligne).

f.C = faille de Chamonix : elle limite, du côté ouest, l'hémigraben de Chamonix ;
f.A = Faille de l'Angle : au nord de Chamonix elle sépare le granite du Mont-Blanc des orthogneiss clairs des crêtes occidentales ;
f.CB = faille du col du Bonhomme (prolongement méridional de la précédente) ;
f.TT = faille de Tré-la-Tête.

spa (tirets rouges) = surface de la pénéplaine anté-triasique (interface socle - couverture). Le tracé anticlinal dessiné au dessus de l'extrémité nord du massif est symbolique et n'a rien de rigoureux.

Les tirets jaunes gras correspondent aux tracés des failles extensives d'âge jurassique.
Les tirets roses indiquent la limite granite - gneiss : noter sa forte obliquité par rapport à l'allongement du massif.

le simple survol de cette image par votre souris déclenchera le chargement de sa version muette

En effet cette surface réapparaît, respectée par l'érosion aux extrémités des crêtes méridionales qui se détachent du "toit de l'Europe" et y plonge vers le sud avec une pente modérée, qui ne la mène pas à passer bien au dessus du sommet (voir la page "Lacs Jovet").


Le Mont-Blanc, face ouest vu du sud-ouest, à 40 km de distance, depuis la Belle Étoile (environs d'Albertville).
Ce profil du "toît de l'Europe" est celui que l'on voit depuis le Dauphiné et depuis une bonne partie de la Savoie. Paradoxalement il s'agit d'une des faces du sommet qui est en territoire italien : on la voit par dessus les crêtes frontières de Miage et de Tré-la-Tête qui en sont séparées par la profonde entaille du glacier de Miage italien (cette dernière fait dessiner à la frontière un rentrant vers le nord-ouest).
Le pied de ces sommets est masqué, ainsi que la vallée de Montjoie, par l'échine d'alpages du col du Joly (partie inférieure du cliché). Elle est constituée par des affleurements de la couverture sédimentaire sous laquelle, dans le massif du Beaufortain, s'enfonce le socle cristallin vers le sud.


Le sommet du Mont-Blanc correspond non seulement au point culminant topographique du massif (et des Alpes) mais sans doute également, à peu de chose près, au sommet de la culmination de la voûte anticlinale que dessinait (avant qu'elle soit décapée par l'érosion) la surface de la pénéplaine anté-triasique (pour plus d'explications voir la page "massif du Mont Blanc").

image sensible au survol et au clic

Le Mont-Blanc, face ouest vu de l'ouest, à travers le col de Miage, depuis l'aplomb du glacier de Miage français.
Le granite n'affleure qu'à l'intérieur d'une boutonnière d'érosion qui a percé les gneiss, entre rochers du Mont-Blanc et crête du Brouillard. La charnière symbolise le dessin antiforme du toit du pluton granitique (a.t.p.).

D'autre part c'est à quelques dizaines de mètres sous le sommet, en versant nord, que passe (masquée sous la neige) la surface du toît du pluton granitique qui forme toute le reste du coeur du massif plus au nord : le soubassement rocheux du sommet du Mont-Blanc lui-même est donc vraisemblablement formé de gneiss.

image sensible au survol et au clic

Le Mont-Blanc, pilier sud (arête du Brouillard) vu du sud, depuis l'aplomb du Lac de Miage (Italie) ; le profil droit du Mont Blanc de Courmayeur constitue les "Piliers du Freney".
Le granite affleure du côté nord-est tandis qu'il est masqué du côté sud-ouest : le toit de son pluton dessine une demi voûte antiforme d'axe pratiquement N-S.

Cette voûte du pluton plonge très vite vers l'ouest, de plus en plus rapidement vers le bas, jusqu'à devenir presque verticale. C'est pourquoi tous les abrupts de la face ouest et la crête du Mont Brouillard sont formés de gneiss, alors que tous les abrupts orientaux (et la crête de Peuterey) sont taillés dans le granite.

Cette structure est sans rapports avec les déformations tectoniques subie ensuite par le massif : ces dernières consistent en un bombement antiforme d'axe NE-SW et une fracturation de même direction, c'est-à-dire obliques d'environ 50° à cette limite dupluton. Cette disposition est tout-à-fait cohérente avec celle des autres bandes structurales hercyniennes des autres massifs cristallins septentrionaux.



Carte géologique simplifiée de l'extrémité sud du massif du Mont-Blanc
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074

carte géologique au 1/50.000° à consulter : feuille Mont-Blanc


Prarion

Chamonix

Mer de Glace
Les Contamines LOCALITÉS VOISINES  

lacs Jovet

Les Chapieux

col de la Seigne
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Mt Blanc

début de la page

sommaire de GEOL_ALP
Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 17/12/17