col du Mont Cenis
entre la vallée de la Haute Maurienne et celle de la Dora Riparia

La vallée de la Haute Maurienne communique avec celle de la Dora Riparia (val de Suse) par le col du Mont Cenis. Ce dernier est ouvert en plein domaine des schistes lustrés, à l'extrémité septentrionale d'une dépression suspendue (rattachée au territoire français), séparée de la partie plus aval de la vallée par un fort verrou : c'est cette disposition qui a été mise à profit pour y établir une retenue hydroélectrique.

image sensible au survol et au clic

les crêtes du col du Mont Cenis vues du sud-est, depuis la rive orientale du lac du Mont Cenis, à proximité du belvédère du barrage EDF.
srp = lambeau de "roches vertes" (serpentine) inclus à la base de la succession des schistes lustrés
u.Ch = nappe (de schistes lustrés) du Charbonnel ; n.G = "nappe des gypses" ; u.Al = nappe (de schistes lustrés) de l'Albaron (?).


La dépression du lac du Mont Cenis est en grande partie creusée dans une puissante lame de gypses et de cargneules, à faible pendage vers le nord, qui sépare deux masses de schistes lustrés (celle du Lamet - Rocciamelone et celle de Corne Rousse - Pattacreuse) plongeant l'une et l'autre globalement de la même façon vers le nord.

image sensible au survol et au clic

Le lac du Mont Cenis, vu du nord-ouest, depuis le sommet du Signal du Petit Mont Cenis (clichés originaux obligeamment communiqués par M. Bernard Genre)

SLc = schistes lustrés calcaréo-argileux ; SLm = schistes lustrés marbreux ; SLs = schistes lustrés argilo-schisteux.
n.MM = nappe de Méan Martin ; n.Ch = nappe du Charbonnel ; n.G = "nappe des gypses" ; n.Al = nappe de l'Albaron (?).

Cette bande gypseuse se termine vers le sud-est dans les contreforts méridionaux de la montagne de Rocciamelone. Vers l'ouest elle se connecte vers Bramans, en passant par les pentes septentrionales du col du Petit Mont-Cenis, aux affleurements de la "nappe des gypses" de la Maurienne, dont elle apparaît donc comme un diverticule sud-oriental.

Cette géométrie laisse à penser que la lame gypseuse du Mont Cenis est imbriquée, à la façon d'un coeur de grand pli-couché, dans un système de rétro-chevauchement*, similaire à celui qui affecte le schistes lustrés au nord de Lanslevillard ou qui détermine la lame de cargneules du versant sud-est du col de l'Iseran.

image sensible au survol et au clic

La crête dominant la rive nord-orientale du lac du Mont Cenis
vues du col du Petit Mont Cenis.

La bande de gypses et cargneules dans laquelle la dépression du lac a été creusée s'intercale entre l'unité de schistes lustrés de Corne Rousse - Pattacreuse (angle inférieur droit du cliché) et celle Rocciamelone. Cette dernière inclut des faciès plus ou moins calcaires ou argileux et montre à la Pointe du Lamet un redoublement de série qui n'est pas dû à un pli-couché mais à une imbrication (car la succession n'y change pas de polarité).
srp = lambeau de "roches vertes" (serpentine) inclus à la base de la succession des schistes lustrés
n.MM = nappe de Méan Martin ; n.Ch = nappe (de schistes lustrés) du Charbonnel ; n.G = "nappe des gypses" ; n.Al = nappe (de schistes lustrés) de l'Albaron (?).
voir l'exposé sur la nomenclature des nappes de schistes lustrés ligures

 

Du côté sud du lac du Mont Cenis la partie haute des reliefs qui le dominent (Cime du Bard) appartiennent déjà à la marge du massif d'Ambin, formé de matériel briançonnais, qui est porté au jour par un gros bombement anticlinal.

image sensible au survol et au clic

le Lac du Mont Cenis, vu du nord, depuis le col du Mont Cenis
u.Ch = nappe (de schistes lustrés) du Charbonnel ; n.G = "nappe des gypses" ; u.Ch = nappe (de schistes lustrés) de l'Albaron (?).
msv = micaschistes supérieurs, verdâtres,du socle d'Ambin.


Il s'agit essentiellement de micaschistes quartzeux souvent verts, anciennement rapportés au Permien mais maintenant attribués à la partie supérieure du socle cristallin proprement dit. Leur couverture carbonatée (essentiellement jurassique et crétacée) est réduite, comparable à celle qui repose plus au nord sur le socle cristallin du Mont Pourri. On n'en trouve en fait que des lambeaux résiduels, très dicontinus, présents notamment en rive droite du vallon qui descend de Corne Rousse (versant nord de la Cime de Bard).



Carte géologique simplifiée des abords du Mont Cenis

redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
plus au nord ; plus au nord-est
plus à l'ouest < cartes voisines > plus à l'est
plus au sud
Autre découpage de la même carte, par coupures moins agrandies et couvrant des secteurs plus larges


aperçu général sur la Vanoise
cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Lanslebourg

Dent Parrachée

Lanslevillard

Avérole
Signal du Mont Cenis

LOCALITÉS VOISINES

Rocciamelone

vallons d'Ambin

Susa
.

accueil section Vanoise

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 3/10/13