Mont du Chat

Le chaînon qui sépare le Bugey du reste de la Savoie

Le Mont du Chat proprement dit correspond à la portion médiane, la plus élevée (1483 m), d'un long chaînon qui court du nord au sud depuis la vallée du Rhône (à Chanaz) jusqu'à la bordure occidentale du massif de la Chartreuse, où il s'efface dans le sillon molassique périalpin (aux Échelles, au nord de Saint-Laurent-du-Pont).

Vue de l'est, depuis Chambéry ou Aix-les-Bains la montagne du Chat ne montre qu'un versant boisé très déclive mais dépourvu d'aspérité, en contrebas d'une ligne de crête presque horizontale.


Croquis panoramique du versant oriental du Mont du Chat

Sur la crête le pendage des couches est plus faible que la pente topographique, alors qu'il devient plus fort (du fait de l'enroulement des couches par le pli) en bas des pentes : c'est pourquoi la profondeur de l'érosion, dans la pile stratigraphique, atteint son maximum dans la moitié supérieure du versant (voir la coupe ci-après).
La transgression du Miocène s'est faite sur un pli dont la voûte était déjà partiellement érodée car les molasses basales masquent le plus souvent l'Urgonien et reposent localement jusque sur le Valanginien.
Au pied du Mollard Noir (Le Caton) un paquet de Valanginien effondré ("décoiffement") recouvre et masque le contact du Miocène sur le Néocomien.
Le tracé de la faille de Belledigue (non indiqué) se confond avec la limite inférieure entre Valanginien et Portlandien.

De fait le relief de cette portion du chaînon est extrêmement simple, puisqu'il consiste en une crête arrondie flanquée de deux pentes régulières presque symétriques. Cela vient de ce que c'est un mont* jurassien presque typique : il est simplement décapé des couches plus récentes que celles du Jurassique supérieur, qui ne sont conservées que par lambeaux, en chapeau sur la crête et au bas des flancs.

image sensible au survol et au clic

Le versant occidental du Mont du Chat, vu du sud-ouest, depuis le village d'Ayn (en pourpre le tracé de la D 916).
f.B = faille subverticale, d'orientation nord-sud, de la bordure ouest du plateau de Belledigue
NB : cette cassure abaisse la voûte de l'anticlinal du Mont du Chat (a.MC) du côté oriental, puis se perd, vers le nord, dans le revers oriental du Château Richard (sa géométrie suggère qu'elle puisse représenter une faille extensive antérieure au plissement).
on trouvera, à la page Aiguebelette, une autre vue de l'extrémité sud du Mont du Chat


Contrairement à ce que laisserait croire ce relief et la conservation, sur ses deux flancs, de couches dont le pendage est conforme à la pente topographique, ce pli n'est pourtant pas un simple anticlinal droit (à flancs symétriques). Au contraire il est déversé vers l'ouest ; de plus, son flanc ouest, qui semble s'enfoncer sous la molasse miocène du synclinal de Novalaise, est en réalité rompu par une cassure que masquent très largement les formations superficielles quaternaires.
En effet le creusement (en vue de l'assainissement du lac du Bourget) d'une galerie joignant le Bourget-du-Lac à la vallée du Rhône en aval de la Balme, à peu près à la latitude de Trouet, a révélé que le coeur anticlinal de la montagne est tranché, à l'altitude des basses pentes de son flanc ouest, par une zone de chevauchement modérément inclinée vers l'est.

Coupe transversale au chaînon du Mont du Chat (direction N115)
le long de la galerie d'assainissement du Bourget-du-Lac (extrait de P.Antoine et al 1978)

Le chevauchement révélé par cet ouvrage est en fait constitué par un couloir de failles, comportant trois cassures principales F1, F2 et F3. Celles-ci sectionnent les couches selon un schéma bien connu en Chartreuse, notamment illustré par la coupe naturelle de Fourvoirie).
La zone marquée d'un point d'interrogation, où devrait "émerger" le chevauchement, correspond au soubassement du plateau de Vacheresse : l'interprétation donnée ci-après de l'origine de ce dernier explique particulièrement bien que ce chevauchement ne soit pas localisable sur le terrain (voir ci-après).
N.B. : Il paraît nécessaire de retoucher cette coupe en ce qui concerne le prolongement en profondeur, vers l'est, du chevauchement rencontré : pour éviter que la surface de chevauchement sectionne les couches du flanc oriental du pli.son pendage doit en effet s'accroître avec la profondeur. Cette inclinaison croissante vers le bas de la surface de cassure s'accorde bien avec une interprétation qui consiste à y voir une faille initialement fortement inclinée, basculée ultérieurement.

Cette découverte est très cohérente avec ce que l'on sait de la structure de ce chaînon dans ses secteurs plus septentrionaux (voir les développements relatifs à ce sujet, à la page "Dent du Chat"), où le flanc ouest de la montagne est parcouru par une cassure longitudinale, la "faille du Mont du Chat"

image sensible au survol et au clic

L'extrémité septentrionale du Mont du Chat, vue du nord-ouest, depuis les abords du village de Nattages, au nord de Yenne (suite du cliché vers la gauche à la page "Dent du Chat") .
f.mC = faille longitudinale du Mont du Chat ; a.mC = anticlinal du Mont du Chat.


Un trait de relief curieux du versant ouest de la partie sud de la montagne est que ce versant est occupé à mi-pente, sur plus de deux kilomètres de long, par le plateau suspendu de Vacheresse, que coiffe une belle crête morainique qui court entre 1080 et 1090 m d'altitude.

image sensible au survol et au clic

Le versant occidental du Mont du Chat,vu du sud-ouest, depuis les abords du village de Méthenod (au nord-est de Gerbaix)

La morphologie de ce secteur, différente de celle du reste du versant, a tous les caractères de celle d'un paquet tassé*. Elle est sans doute due à un énorme effondrement du flanc ouest de la montagne.

Cette interprétation nouvelle (qui n'est donc pas figurée sur la carte géologique au 1/50.000°) semble effectivement confirmée par trois groupes d'observations :
1 - Le raide talus d'éboulis qui délimite, du côté amont, les pentes de Vacheresse par rapport aux affleurements sains de la crête, a une disposition et un tracé (incurvé vers l'aval au nord comme au sud) qui semble bien correspondre à celui d'une ancienne crevasse d'arrachement : c'est selon cette ligne que la masse effondrée a dû se détacher, avant que - comme toujours dans de tels cas - les éboulis provenant de l'effritement de sa lèvre supérieure soient venus combler la crevasse.
2 - Le rebord inférieur du plateau est armé par des calcaires récifaux du Kimméridgien supérieur, dont les affleurements dominent brutalement les pentes plus douces de Verthemex, où affleurent les molasses miocènes. Ceci suggère que ce Jurassique recouvre les molasses et ne s'enfonce pas dessous. De plus ces affleurements avancent ainsi nettement plus loin vers l'ouest que l'alignement des affleurements de Crétacé du flanc ouest du pli, qui sont absents ici mais visibles plus au nord (montagne d'Affouage) et plus au sud (ruines des Villas Doria).
3 - la crête morainique qui couronne le plateau ne se prolonge ni au nord ni au sud. Le caractère très local de cette conservation est étonnant. Il s'explique si l'on considère que, appartenant au tassement, la moraine a été décollée du versant et ainsi mise à l'abri de l'érosion qui, sur le reste de ce versant, a déblayé par de multiples ravinements les autres traces de ces hautes moraines.
On peut donc envisager que cette crête ait été celle du maximum de Würm, malgré son altitude actuelle a priori trop faible (on attendrait plus volontiers 1400 m), car elle a due être abaissée d'une valeur correspondant à la perte d'altitude du paquet tassé.

Il est à noter que ce tassement se situe à l'altitude où devrait passer le chevauchement qu'a révélé, sur cette transversale de la montagne, la galerie d'assainissement du Bourget. C'est donc probablement la présence de ce paquet tassé qui explique que l'émergence de cet accident soit ici invisible, car masquée sous les matériaux effondrés.
Cette considération rend dès lors plausible l'hypothèse selon laquelle ce chevauchement correspondrait simplement à la faille du Mont du Chat que l'on suit plus au nord, dans le bas du versant occidental de la crête de la Dent du Chat, jusque dans les pentes de la montagne d'Affouage.

.

Carte géologique très simplifiée du Mont du Chat
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074

Le paquet tassé de Vacheresse est marqué d'une surcharge de < bleues


cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Chambéry

Yenne

Dent du Chat

Chambotte
Mont Tournier

LOCALITÉS VOISINES

Aix-les-bains

Dullin La Bridoire

Aigue- belette

(vallée de Couz)
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section Avant-Pays

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 25/08/12