Structure du Dévoluy et de ses massifs satellites


La partie orientale du Trièves
Le Beaumont méridional et le chaînon de la Sambut
(entre Monestier d'Ambel et Beaufin)
Le Bochaine proprement dit,
entre le col de Lus et Veynes
Le Dévoluy proprement dit
La rive gauche du Champsaur
(versant oriental du Dévoluy)
Le Bochaine méridional,
au sud de Veynes et de la vallée du Petit Buëch
Le Bochaine oriental,
à l'est de Montmaur et au nord de la vallée du Petit Buëch

Le massif du Dévoluy, au sens strict, correspond à la partie de l'ensemble Dévoluy-Bochaine où les terrains sénoniens sont présents de façon quasi continue (même s'ils sont, par places, masqués sous le Nummulitique).

On peut y distinguer deux sous-ensembles :

. Le Dévoluy intérieur : c'est un grand synclinorium caractérisé par son plissement très ample, d'âge post-nummulitique, où les axes de plis remontent vers l'extérieur du massif, à la fois au nord et au sud, de sorte que les terrains y dessinent finalement une vaste cuvette à coeur de Nummulitique. Il comporte deux plis majeurs, le synclinal de Saint-Disdier, N 20°E, à l'ouest et le synclinal de Saint-Étienne, N 150°E, à l'est.

image sensible au survol et au clic

Le chaînon de l'Obiou - Grand Ferrand, et les dépressions intérieures du Dévoluy vus d'avion, depuis l'aplomb du col Rabou

a.B = anticlinal des Baumes (repli accessoire au flanc est de l'anticlinal de Bure - Aurouze ; s.SE = synclinal de Saint-Étienne

. Les crêtes bordières : armées par les calcaires sénoniens, ce sont des crêts* bien typés, qui regardent vers l'extérieur par une puissante barrière de falaises, tandis que leurs revers sont des dalles structurales inclinées vers l'intérieur du massif (elles ont d'ailleurs un pendage plus fort à l'est qu'à l'ouest).
Le chaînon de l'Obiou se détache du reste du massif en prolongeant le crêt occidental et forme un long promontoire qui s'avance vers le nord, jusqu'à la latitude de Mens, entre les dépressions du Trièves et du Beaumont (vallée du Drac autour du lac de retenue du Sautet). Le Sénonien, qui n'y affleure que sur la ligne de crête, y présente uniformément un pendage (d'ailleurs modéré) vers l'est : il correspond au seul flanc ouest du synclinal de Saint-Disdier.


Coupes transversales, E-W du massif du Dévoluy proprement dit


Le coeur du synclinorium est parcouru longitudinalement par l'accident médian du Dévoluy. Il s'agit d'une cassure dont le caractère chevauchant est particulièrement bien visible à l'Est de Saint-Disdier, où il constitue le chevauchement du Gicon. Cet accident représente la terminaison septentrionale ultime du chevauchement de Digne et se raccorde, dans les pentes de Monestier d'Ambel et de Beaufin, au linéament d'Aspres-lès-Corps.

image sensible au survol et au clic

La dépression intérieure du Dévoluy et la vallée d'Agnières vue du sud-ouest, depuis les pentes occidentales du col du Festre (Le Selenq)

s.sD = synclinal de Saint-Disdier ; a.G = anticlinal du Gicon (prolongement septentrional de l'anticlinal de Bure) ; s.sE = synclinal de Saint-Étienne ; Ø = chevauchement médian du Dévoluy.
Les tirets roses correspondent au tracé de la limite Sénonien - Nummulitique.

A l'Est de l'accident médian, deux bombements anticlinaux font réapparaître le Sénonien du coeur du synclinorium. Ce sont l'anticlinal du Gicon au nord et la coupole anticlinale de la montagne d'Aurouze - Bure au sud. Les voûtes de ces deux plis plongent presque symétriquement de part et d'autre du synclinal de Saint- Étienne, de direction NW-SE, qui les recoupe obliquement (cette disposition està l'origine de la structure en cuvette du Dévoluy).

On peut remarquer que le grand synclinal de Saint-Étienne - col Rabou se place approximativement dans le prolongement occidental de l'ensellement du massif de Piolit, dans lequel se logent les témoins avancés des nappes internes, entre les deux bombements de socle que sont le massif du Pelvoux (au NE) et le Dôme de Remollon (au SE)

image sensible au survol et au clic

La partie orientale du Dévoluy septentrional vue depuis le sommet du Pic de Bure

s.SD = synclinal d'Agnières - Saint-Disdier ; Øm = accident médian ; a.B = anticlinal de Bure -Aurouze (flanc est) ; a.G = anticlinal du Gicon ; s.A = synclinal de l'Aup ; s.SE = synclinal de Saint-Étienne.


Coupe simplifiée de l'extrémité NE du Dévoluy

par M. GIDON (extrait de la légende de la carte au 1/50.000° Saint-Bonnet) légende des couleurs

Le synclinal de l'Aup, bordé du côté ouest par la faille de l'Aup, se situe au centre de cette coupe.


- Le flanc oriental de l'anticlinal du Gicon tombe assez brutalement sur le synclinal N-S du col de l'Aup. Il s'avère que cette particularité est due à ce qu'elle correspond à une cassure syn-sédimentaire extensive (compartiment oriental abaissé) dont le jeu a été contemporain du dépôt des premières couches nummulitiques (Priabonien). Cette faille de l'Aup avait donc joué antérieurement au plissement, en dénivelant déjà le futur fond du synclinal par rapport à la future voûte anticlinale et l'on peut donc considérer que la localisation de ces ces plis résultent de sa présence (phénomène d'"ancrage*").

image sensible au survol et au clic

Les crêtes de l'extrémité NE du Dévoluy vues du nord, d'avion, depuis l'aplomb de Pellafol.

s.A = synclinal de l'Aup ; s.sD = synclinal de Saint-Étienne ; f.A = faille (extensive) de l'Aup, le long de laquelle se sont effondrés, au Nnummulitique, les olistolites du col de l'Aup ; a.G = anticlinal du Gicon ; Øm = chevauchement du Gicon (extrémité septentrionale du chevauchement médian du Dévoluy) ; s.sD = synclinal de Saint-Disdier. Le chevauchement du Gicon se connecte, sous le col de l'Aup, aux deux failles du linéament d'Aspres : f.fF = faille du pied des falaises du Faraut et f.A-C = faille principale d'Aspres les Corps.
La surface de discordance du Sénonien est représentée en rose et celle de la base du Nummulitique en jaune.



Coupe simplifiée de l'extrémité NE du Dévoluy

par M. GIDON (extrait de la légende de la carte au 1/50.000° Saint-Bonnet) légende des couleurs


- La voûte anticlinale de la montagne d'Aurouze est affectée d'autre part par des failles post-nummulitiques, orientées principalement N 30°E. Elles s'amortissent vers le SW mais accentuent leur rejet vertical à la traversée du synclinal de Saint-Étienne - col Rabou avant de disparaître presque toutes dans le flanc oriental de ce pli : leur rejet résulte donc sans doute, au moins en partie, de mouvements verticaux différentiels, lors du plissement post-nummulitique, entre les panneaux successifs de la dalle sénonienne en cours de cintrage.

Enfin, si le flanc ouest du synclinorium du Dévoluy intérieur est faiblement incliné, par contre son flanc oriental est fortement redressé ; il montre même, à son extrémité sud (dans le secteur du col de Rabou), un pli-faille ("chevauchement des Banards") déversé vers l'Ouest.
La partie frontale de la tranche chevauchante plonge vers l'intérieur du synclinal où elle est seulement conservée en klippes (dont certaines se sont disloquées et ont glissé sur les marnes nummulitiques).

image sensible au survol et au clic

Le versant est de la crête de Porel - Raz de Bec, vu des pentes nord- septentrionales du Pic Mélette.

ØB = chevauchement principal des Banards (le tracé dans le ciel, sur la droite matérialise l'hypothèse selon laquelle il se prolonge vers l'est par le chevauchement du col de Chétive (voir page "Chaudun"), au prix d'une torsion antiforme.
Øb, Øc = chevauchements satellites secondaires.
DS = surface de discordance du Sénonien ; A.gr = grès verts de l'Albien supérieur.

voir aussi : le cadre structural du massif , les étapes de déformation, les cartes du massif , les coupes du massif

vous pouvez aller directement à l'exposé concernant les autres secteurs qui vous intéressent :
La partie orientale du Trièves
Le Beaumont méridional et le chaînon de la Sambut
(entre Monestier d'Ambel et Beaufin)
Le Bochaine proprement dit,
entre le col de Lus et Veynes
Le Dévoluy proprement dit
La rive gauche du Champsaur
(versant oriental du Dévoluy)
Le Bochaine méridional,
au sud de Veynes et de la vallée du Petit Buëch
Le Bochaine oriental,
à l'est de Montmaur et au nord de la vallée du Petit Buëch


FIN DE LA PAGE : retour au début de la page
Aller à la page d'accueil DÉVOLUY
Retour à la paged'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 28/05/10