Grand Maison, Mont Froid, Croix de Picheu

le versant ouest des Grandes Rousses dans la vallée supérieure de l'Eau d'Olle

La vallée supérieure de l'Eau-d'Olle s'élargit vers l'amont après avoir franchi le défilé du Maupas, où elle tranche l'extrémité sud du pluton de granite des Sept-Laux, entre les chaînons orientaux du massif des Sept-Laux et celui des Rochers Rissiou. La raison en est que l'on rentre là, brutalement, dans l'hémigraben* de Bourg-d'Oisans dont le contenu argilo-calcaire a été érodé plus amplement que le socle cristallin et donne des alpages à pentes beaucoup plus douces. Ce changement de nature des roches, qui caractérise le site de Grand Maison, est à l'origine du verrou* assez accusé qu'entaille la gorge de l'Eau d'Olle. Sa brutalité est accentuée par le fait que l'on franchit là l'importante faille bordière orientale de Belledonne (prolongement septentrional de la faille du col d'Ornon).

image sensible au survol et au clic

La vallée supérieure de l'Eau-d'Olle vue du sud-ouest, depuis l'extrémité septentrionale de la crête des Rochers Rissiou.
f.BE (en rose) = faille bordière orientale de Belledonne (prolongement septentrional vraisemblable de la faille du col d'Ornon).
d.P = décrochement du Rocher Pilliozan (voir page "Rocher Blanc"), qui décale la faille bordière dans le sens dextre en créant un redent de couverture au niveau du belvédère EDF.
Dans le compartiment oriental (hémigraben de Bourg-d'Oisans) le socle cristallin du col du Sabot affleure en un bombement anticlinal en genou dont la voûte plonge vers le nord sous les eaux du lac de retenue. Mais il est constitué par des schistes chloriteux à conglomérats qui ne prolongent aucunement les gneiss de la rive opposée (cette bande de schistes chloriteux se retrouve au nord du col du Glandon dans la montagne de la Sambuis, donc décalée d'une petite dizaine de kilomètres dans le sens dextre).


Cette situation était évidemment favorable à l'implantation d'un barrage. Ce dernier est du type surbaissé, dit "en terre", ce qui est un choix d'autant plus pertinent que l'on a pu ainsi utiliser les schistes argileux de l'amont de la retenue pour son noyau étanche et les gneiss de l'aval pour ses parements externes (mais les carrières ouvertes à cet usage ont laissé des traces encore très visibles sur les rives orientales de la vallée...).

image sensible au survol et au clic

Le barrage de Grand Maison vu du nord, depuis les basses pentes du Rocher Pilliozan (sentier du lac de l'Ane).
f.BE = faille bordière orientale de Belledonne (prolongement septentrional vraisemblable de la faille du col d'Ornon). Elle est vue ici à peu près selon la direction de sa surface de cassure.


En fait la marge occidentale de l'hémigraben de Bourg-d'Oisans est ici accidentée par un petit bloc cristallin secondaire du Sabot qui partage son contenu en isolant du côté ouest une bande d'affleurements de Lias. Celle-ci se termine très vite, coupée en biseau le long de la faille principale, en rive droite de l'Eau-d'Olle.
Ce bloc de socle du Sabot représente l'extrémité septentrionale d'une marche d'escalier qui accidente la pente orientale de l'hémigraben de Bourg-d'Oisans. Son socle cristallin est constitué de micaschistes chloriteux et de schistes noirs graphiteux, admettant des passées parfois épaisses de conglomérats à galets de quartz, ainsi que quelques lits métriques de cipolins blonds. Cette formation, peu métamorphique, est très analogue à celle du "cortex" du massif du Pelvoux qui forme une bonne partie du massif du Taillefer
Or une formation très similaire se retrouve du côté ouest de la faille de bordure orientale de Belledonne. Mais il faut l'y rechercher nettement plus au nord, de Grand Maison, au delà du col du Glandon, à la montagne de la Sambuis. Il est très vraisemblable que ces deux bandes de chlorito-schistes se correspondent car elles sont, l'une comme l'autre, bordées du côté est par une bande granitique (le granite de Saint-Colomban) de caractéristiques également proches.
Il y a donc, de part et d'autre de la faille de bordure orientale de Belledonne un décalage cartographique dextre des bandes (subverticales) des roches du socle. Il atteint une valeur de l'ordre de 20 kilomètres en le mesurant le long de la faille et de 5 km en le mesurant orthogonalement aux bandes décalées. Cette observation atteste fortement du jeu coulissant de cette cassure lors des étapes compressives de la formation des Alpes.


Les pentes d'alpage de la rive orientale de la retenue, qui descendent de la crête de la Croix de Picheu, sont formées par l'épaisse succession de bancs de calcaires argileux et de lits de schistes argileux du Lias inférieur (prolongeant vers le nord les affleurements des Aiguillettes). Ces couches sont reployées par des plis multiples qui sont cachés par la végétation et qui prolongent ceux observables plus au sud dans le ravin de la Cochette.


Les pentes inférieures du Montfroid vues du nord-ouest depuis la route D.526, en rive droite du lac de retenue.

Les plis multiples qui affectent les bancs de calcaires du Lias inférieur ne se remarquent que par un examen attentif et lorsqu'un éclairage rasant souligne ces bancs : voir ci-après le détail agrandi de la partie cadrée en rouge du cliché ...

Noter que la forme réelle des plis (telle qu'on la verrait en coupe transversale) est bien moins moins fermée, avec des charnières beaucoup plus arrondies que ne le ferait croire leur dessin sur la surface topographique : en effet cette dernière sectionne les plis de façon fort peu oblique à leurs axes (presque parallèles à l'orientation du versant), ce qui en caricature la forme dans le sens d'un étirement parallèle à leur axe. De ce fait ces plis ont l'air de plis couchés, alors qu'ils ne sont que déversés vers l'ouest (vers l'avant gauche).


Mais dans le haut des pentes les couches du Lias reposent de façon tout-à-fait normale, par l'intermédiaire d'une bande de dolomies et de cargneules triasiques, sur le socle cristallin du bloc des Grandes Rousses occidentales. La surface de ce dernier dessine d'ailleurs une belle voûte anticlinale puisqu'elle pend de plus en plus fort vers l'ouest, alors qu'elle est horizontale sur la crête et sur le revers oriental de l'échine de la Croix de Picheu.

image sensible au survol et au clic

L'extrémité septentrionale du massif des Grandes Rousses vue du nord-ouest, depuis le sommet du Rocher Blanc des Sept Laux.

La flèche rouge masque l'emplacement des lacs inférieurs de Saint-Sorlin (Lac Blanc et Grand Lac) ; elle souligne l'abaissement progressif, vers le nord, de la voûte du bloc de socle cristallin des Grandes Rousses.
a.mR
= accident médian des Grandes Rousses (masqué entre l'échine de la Croix de Picheu et la crête de l'Aiguille Rousse) ; f.LB = faille du Lac Blanc (faille extensive jurassique accidentant le flanc ouest du bloc des Grandes Rousses) ; f.BE = faille bordière orientale de Belledonne.
Le contact du Trias sur le socle cristallin est marqué en tirets rouges sur le flanc occidental de la voûte du cristallin. Cette surface de la pénéplaine anté-triasique est dénudée et doucement arrondie en anticlinal à gauche de la Croix de Picheu (emplacement de la flèche rouge).
(suite de ce cliché vers la droite à la page "Pic de l'Étendard" ou à la page "Cochette")


La faille du Lac Blanc, qui délimite ce bloc de socle plus au sud, semble ne pas se prolonger dans ce versant et s'amortir aux abords de la Croix de Picheu ; en fait il est plus vraisemblable (compte tenu de ce que montre le ravin de la Cochette) qu'elle se poursuive dans le socle, en contrebas de la limite d'affleurement de la couverture, et qu'elle affecte cette dernière à mi-pente du versant, sans que l'on soit en mesure d'en suivre le tracé.

En contrebas ouest des escarpements de la Croix de Picheu les éboulis qui en descendent se sont épandus jusqu'assez bas dans les vallons secondaires qui incisent les pentes d'alpage de la rive est de la retenue. Ils y ont sans doute recouvert des névés sur lesquels ils ont glissé, car ils y ont pris la morphologie typique des "glaciers rocheux", notamment dans le vallon du Mont Froid.


Le vallon du Montfroid vu d'amont (de l'est) depuis la crête de la Croix de Picheu
Les bourrelets de pierraille, symptomatiques des glaciers rocheux, sont soulignés par d'étroits cordons de végétation concentriques et se dessinent également à la périphérie de la masse d'éboulis, là où la végétation a commencé à la coloniser.


 


Carte géologique simplifiée de la vallée de l'Eau d'Olle
à la latitude de Grand Maison
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
plus au nord ;
plus à l'ouest ; cartes voisines : plus à l'est ;
plus au sud


cartes géologiques à 1/50.000° (*) à consulter : feuilles Domène, Saint-Jean de Maurienne, Vizille et La Grave
(aperçu général sur le massif de Belledonne) // aperçu général sur le massif des Grandes Rousses

(Rocher Blanc)

(Aig. de l'Argentière)

Croix de Fer
(Sept Laux)

LOCALITÉS VOISINES

Lacs de Saint-Sorlin

(Rrs Rissiou)

col du Sabot

Pic de l'Étendard
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Belledonne

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 21/04/13