Grand Colon, Lac du Crozet

montagnes entre le Col de la Pra et le vallon du Doménon

La partie moyenne du cours du Doménon, entre les lacs Robert et le refuge de La Pra, est orientée NE-SW, longitudinalement à la chaîne de Belledonne. Elle appartient au compartiment occidental de la chaîne, situé à l'ouest de l'accident de La Pra (voir l'aperçu d'ensemble sur le massif de Belledonne). Il en va de même pour le petit chaînon du Grand Colon (qui en constitue la rive occidentale en amont de l'Oursière) et le haut vallon de Lancey avec son Lac du Crozet.

image sensible au survol et au clic

La rive droite (nord) de la vallée du Doménon vue de l'ouest, d'avion, de l'aplomb des Seiglières.
en tirets bleus la voûte du socle hercynien de Belledonne (base des schistes et grès houillers ; en tirets rouges le tracé supposé (non observé) de la surface de la pénéplaine anté-triasique (spa).
a.mB = accident médian de Belledonne ; f.pA = faille du Pré de l'Arc.


Cette partie de la chaîne est caractérisée par un large développement de roches très "basiques" et très sombres, typiques d'une succession ophiolitique*, qui prolongent celles de la station de Chamrousse et qui sont, ici aussi disposées à l'envers : c'est le terme inférieur de cette succession (les serpentinites) qui affleure en chapeau au sommet du Grand Colon, où il se trouve d'ailleurs logé dans une inflexion synforme* d'axe NNW-SSE.

Le vallon du Crozet traverse cette succession ophiolitique, qui ne se poursuit sur sa rive droite que dans les seules parties basses des crêtes occidentales de la Grande Lance, car plus haut l'accident de la Pra la coupe en traversant à flanc de pentes.


Le vallon et le lac du Crozet, vus d'amont, du sud-est, depuis le col de La Pra
Les serpentinites sont logées dans un berceau synforme* assez étroit, que le vallon coupe presque orthogonalement et dont le flanc oriental se relève assez fortement en rive droite aux approches de la faille de La Pra. Cette dernière s'élève depuis le col dans le versant de la Dent du Loup, un peu plus à droite que la limite du cliché.


Le verrou qui retient le lac du Crozet est formé par les gabbros qui appartiennent au flanc ouest de la synforme du Grand Colon : ces roches ont mieux résisté à l'affouillement par la langue glaciaire qui descendait du vallon des lacs supérieurs du Doménon que les serpentinites, souvent très riches en fissures entrecroisées, qui forment le berceau du lac et la partie tout-à-fait supérieure du vallon. Les amphibolites (terme normalement supérieur de la succession ophiolitique) affleurent en contrebas du verrou, notamment dans les pentes que traverse le sentier montant de Freydières (flanc ouest de la synforme) mais aussi aux abords du col de La Pra (flanc oriental de ce pli).

image sensible au survol et au clic

La Grande Lance de Domène vue du nord-ouest, d'avion, depuis l'aplomb du Bois de Freydière.
f.LP = faille de La Pra
sur ce cliché le lac du Crozet est masqué par l'arête de gabbros qui s'abaisse jusqu'à former son verrou.


Dans le vallon du Crozet le chapeau de serpentinites du Grand Colon est, comme normal, séparé des amphibolites qui affleurent au revers sud de la montagne (Roc de l'Hopital) par un puissant coussin de gabbros. Par contre, plus à l'ouest, dans le versant de la montagne qui s'infléchit progressivement pour tomber vers la basse vallée du Doménon, il repose directement sur les amphibolites. Cette absence locale des gabbros est énigmatique (sans doute est-eelle due au jeu d'accidents tectoniques ayant joué pendant ou peu après la formation de la croûte océanique ?).

image sensible au survol et au clic

Le versant sud du Grand Colon vu de l'est, depuis le sommet de la Grande Lauzière
f.L = faille du col des Lessines et du lac Longet ; f.LP = faille principale de l'accident de La Pra ; f.PV = faille de la Petite Vaudaine.


Le col de La Pra est déterminé par le passage du large couloir de failles N-S qui est connu sous le nom d'accident de La Pra et qui s'ouvre ici en un faisceau de cassures peu divergentes vers le sud (voir la page "Grande Lauzière") dont se détache notamment la faille des Lessines, en tant que branche la plus occidentale de ce faisceau.
Cette fracturation a déterminé là une zone de faiblesse vis-à-vis de l'érosion : cela a apparemment suffi à dévier les eaux s'écoulant des lacs du Doménon vers le sud-ouest au lieu de les laisser continuer à s'écouler vers l'ouest, en passant par le lac Crozet. Il s'agit là d'une véritable capture des eaux qui devaient précédemment alimenter le torrent de la Combe de Lancey par cet itinéraire beaucoup plus direct (qui fut certainement celui aménagé par l'ancien cours des glaciers aux époques où ils occupaient ces hautes vallées). Cette capture n'est d'ailleurs probablement réalisée que depuis assez peu, car l'échine du col (qui barre l'ancien cours), ne domine le lit du torrent que d'une vingtaine de mètres !.

Le vallon du Doménon, en aval du col de La Pra et jusqu'à la cascade de l'Oursière, montre le prolongement de la disposition observable à l'est de la Croix de Chamrousse ; c'est-à-dire une zone centrale, plutôt déprimée (hébergeant les lacs Merlat et Longet), où affleurent des serpentinites* (c'est-à-dire des Péridotites* métamorphisées) encadrée de deux bandes de gabbros*, elles mêmes flanquées latéralement d'amphibolites* qui s'engagent en dessous : on reconnaît bien là une succession ophiolitique renversée.

image sensible au survol et au clic

Le vallon supérieur du Doménon, à l'ouest de La Pra, vu du nord-est, depuis le sommet de la Grande Lance de Domène.
a.mB = accident médian de Belledonne ; f.L = faille du col des Lessines et du lac Longet ; f.LP = faille de La Pra ; s.A. = synforme* des lacs Achard
Tr. = Trias ; chl.sch. = chloritoschistes* ; amph. = amphibolites* ; gab = gabbros ; serp. = serpentinites.
Le regard plonge dans la dépression (longitudinale à la chaîne) qui court de Chamrousse au col de la Pra en hébergeant un chapelet de lacs. Ses ravins éventrent la synforme* des lacs Achard qui affecte les roches vertes de Chamrousse et au coeur de laquelle s'alignent les affleurements de serpentinites.
D'autre part ce cliché, grâce au fait qu'il est pris en vue légèrement plongeante, montre d'enfilade la surface supérieure du socle de la chaîne de Belledonne (tirets rouges). Ainsi perçoit-on bien le fait qu'elle s'enfonce progressivement vers le sud, pour disparaître sous sa couverture sédimentaire, représentée par les montagnes du Grand Serre et du Conest.


Le tout semble bien affecter, ici aussi, une disposition en synforme* déversée vers le sud-est. Son flanc occidental, conservé au NE de cascades du Doménon jusqu'au sommet du Pic Chauvin, y prend même la disposition d'un flanc normal à fort plongement vers l'ouest (complétant ainsi la charnière vers le haut).

image sensible au survol et au clic

La partie moyenne du vallon du Doménon, vue du sud-ouest depuis la butte 2232 au nord des lacs Robert.
s.A = synforme des lacs Achard (anticlinal plongeant) ; f.lP = faille de La Pra ; f.L = faille des Lessines.
Tous les affleurements situés en avant de la faille de La Pra appartiennent à l'ensemble ophiolitique renversé de Chamrousse, mais des failles y occasionnent des basculement du pendage des surfaces de contact entre les différentes formations. Il est vraisemblable que les affleurements de serpentinite des pentes sud-orientales du Pic Chauvin représentent le cœur (déversé vers le SE) de la synforme des Lacs Achard (voir la page"Chamrousse"). la succession à l'endroit de ce sommet est séparée de celle, à l'envers, du Grand Colon (sans doute relativement surélevée) par une faille NE-SW (voir le premier cliché de la présente page).


 Il faut rappeler que cette interprétation implique que la succession ophiolitique aurait été replissée postérieurement à son renversement, fait qui est d'ailleurs considéré comme avéré dans le secteur du Grand Pic de Belledonne.
La charnière de ce pli, d'axe, NNE-SSW est sectionnée du côté nord-est par l'accident de La Pra. D'autre part son flanc nord-ouest et son coeur sont profondément entaillés par le cours NW-SE, du Doménon en aval de la dépression des lacs, ce qui a disjoint en deux groupes les affleurements de serpentinites des Lacs Robert et du Grand Colon - Pic Chauvin.

 



Carte géologique simplifiée des crêtes entourant les pics de Belledonne

redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
plus au nord ;
plus à l'ouest ; cartes voisines : plus à l'est
plus au sud


Page d'introduction à la géologie de la chaîne de Belledonne au sens large.
aperçu d'ensemble sur le massif de Belledonne


Cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Vizille

Revel Saint- Mury Grande lance de Domène

Uriage

LOCALITÉS VOISINES

Grand Pic

Chamrousse Romanche, Vaudaines Grande Lauzière
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Belledonne

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 3/01/17